Archive | août, 2010

36 HEURES À MONTRÉAL Hours in Montreal

20 Août

Un article du NYT.  http://www.nytimes.com/2010/08/15/travel/15hours.html?_r=3 

FRENCH or English? One of the beautiful things about Montreal is that you never know in what language you will be greeted. Which brings up a second thing: Maybe it’s the good food, the open skies or the free-spirited students who call this city their campus, but the folks of Montreal are friendly. Ask someone for directions in the Métro, part of the vast Underground City that stays toasty during the winter, and you may end up making drinks plans later. That’s not a bad thing, bien sûr. With the city’s music-charged night life, slaughterhouse-chic restaurants and post-industrial revival, it helps to have a guide. 

Multimedia

Slide Show  

Montreal, CanadaFriday 

4:30 p.m.
1) GET WHEELS 

Public bikes are sweeping Europe, so leave it to Montreal, “the other Paris,” to popularize the concept in North America. Some 5,000 gray-and-red Bixi bikes were deployed last spring, becoming an instant hit. Familiarize yourself with the system: it’s as easy as swiping a credit card at one of the 400 Bixi stations and going for a spin. (Go to bixi.com for details.) It’s one of the quickest ways to get around and, at 5 Canadian dollars (about the same in U.S. dollars) for 24 hours, among the cheapest. To find the nearest Bixi station, including a large one on Rue McGill with 20 docks, download one of the many iPhone apps that offer real-time updates on available bikes including Bixou Lite (free). 

5 p.m.
2) DOWNTOWN ROLL 

A bike is only as good as the network it’s on. And Montreal delivers, with 310-plus miles of bike lanes that crisscross the city, about half of which are physically separated from cars. To see why Montreal was designated a Unesco City of Design in 2006, point your handlebars toward the Lachine Canal, a former industrial waterfront that has been transformed into a lush green belt. The path is dotted with architectural gems like Habitat 67 (2600, avenue Pierre-Dupuy; habitat67.com), the Brutalist-style experiment in modular housing designed by Moshe Safdie. Or pedal along Boulevard de Maisonneuve, which cuts through downtown Montreal, where a 2.1-mile path was recently named after the late Claire Morissette, a cycling activist. 

8 p.m.
3) QUÉBÉCOIS PLATES 

Maybe it’s the hype, but Toqué!, once praised by critics as the city’s best restaurant, seems to have slipped. The most memorable thing about a recent dinner was the high price: 200 Canadian dollars for two, not including wine. Happily, Normand Laprise, who pioneered the use of fresh Québécois ingredients at Toqué!, opened a midpriced sister restaurant this summer, Brasserie t! (1425, rue Jeanne Mance; 514-282-0808; brasserie-t.com). Situated at the foot of the Contemporary Art Museum, the brasserie looks like a sleek cargo container. Inside, a contemporary French menu showcases unfussy dishes like grilled flank steak and cod brandade; early reviews have been favorable. Dinner for two: 60 dollars, without wine. 

10 p.m.
4) MUSICAL MILE 

The music snobs may have moved on, but it’s still impossible to talk about the Mile End district without name-dropping bands like Arcade Fire and the gritty stages that gave them their start. The beloved Green Room recently closed because of a fire, but upstart bands are still jamming at Divan Orange (4234, boulevard St.-Laurent; 514-840-9090; divanorange.org). Farther east, with a bigger stage and sound, is Il Motore (179, rue Jean-Talon Ouest; ilmotore.ca). To see who’s playing, pick up either of the two free art weeklies, Hour or Mirror. 

Saturday 

10 a.m.
5) LIKE THE MARAIS 

While Mile End is still the place to hear bands, its retail scene has cooled off. The action has shifted to Old Montreal, where historic cobblestones and high foot traffic ensures the survival of indie boutiques. For homegrown designers like Denis Gagnon and Arielle de Pinto, squeeze inside Reborn (231, rue St.-Paul Ouest; 514-499-8549; reborn.ws), a small shop with a sharp eye. Down the block is À Table Tout Le Monde (361, rue St.-Paul Ouest; 514-750-0311; atabletoutlemonde.com), an elegant store that carries exquisitely crafted ceramics and housewares. And while you’re exploring the historic district, drop into DHC Art (451, rue St.-Jean; 514-849-3742; dhc-art.org), one of the city’s leading contemporary art galleries. 

1 p.m.
6) THREE LITTLE PIGS 

Blame it on the poutine and foie gras, but Montreal was early to the nose-to-tail game, with countless meat-centric restaurants around town. But how many can also claim their own organic garden out back? That’s one of the surprises at McKiernan (2485, rue Notre-Dame Ouest; 514-759-6677; mckiernanbaravin.com), the latest in a mini-empire of restaurants from the same trio behind the much-hyped Joe Beef and Liverpool House, which are next door. Another surprise? McKiernan might look like a farm-stand luncheonette, with checkered wax paper liners and tin baskets, but the food is top flight. Try the porchetta tacos, made with fresh tortillas (11 dollars). 

4 p.m.
7) CITY OF DESIGN 

For the third summer in a row, the aptly named Gay Village has been closed off to traffic, creating a pedestrian mall along Rue Ste.-Catherine. But unless you want to start drinking at this hour, there’s not much to do. A more inviting strip is around the corner, along Rue Amherst, where a string of design shops, some gay-owned, have sprung up. Start at Headquarters Galerie + Boutique (No. 1649; 514-678-2923; hqgalerieboutique.com) for novelties and such, then pop into Antiquités Curiosités (No. 1769; 514-525-8772), crammed with little treasures. One of the smallest is also the nicest, Montreal Modern (No. 1851; 514-293-7903; mtlmodern.com), which feels like a midcentury modern jewel box. 

8 p.m.
8) FRENCH BITES 

A neighborhood wine bar that happens to serve terrific food is one of those pleasures that make Paris, well, Paris. That’s the vibe at Buvette Chez Simone (4869, avenue du Parc; 514-750-6577; buvettechezsimone.com), an oaky bar in Mile End with sly design touches and a comfy brasserie menu. A roast chicken, served on a carving board with roasted potatoes, plus a green salad, is about 50 dollars for two. If you’re hankering for more inventive fare, bike over to Pullman (3424, avenue du Parc; 514-288-7779; pullman-mtl.com), a high-end tapas bar that serves clever plates like venison tartare, foie gras cookies, and olives with candied lemon (2 to 18 dollars each). The crowd at both restaurants skews young, fashionable and chatty. 

10 p.m.
9) ELECTRONIC ARTISTS 

In another sign of Euro-flair, techno music is huge in Montreal. And one of the coolest parties is thrown by Neon (iloveneon.ca), a digital music collective that has showcased a who’s who of electronic artists like Glass Candy and Hudson Mohawke. Many events take place at Le Belmont Sur Le Boulevard (4483, boulevard St.-Laurent; 514-845-8443; lebelmont.com), an intimate club that has a pool table up front, and a pulsing sound system in the rear. For a more analog vibe, head to Velvet Speakeasy (420, rue St.-Gabriel; velvetspeakeasy.ca), a posh club that opened last October in the Old Port district. 

Sunday 

11 a.m.
10) EGGS TO GO 

For a delightful brunch served in an old town house with communal tables, look no farther than Le Cartet (106, rue McGill; 514-871-8887). Part cafe, part grocery store, Le Cartet draws young families and professionals with hearty platters of eggs that come with figs, cheese and salad greens (about 16 dollars). On your way out, feel free to stock up on crusty baguettes, French mustards and picnic cheeses. 

2 p.m.
11) DANCING MAN 

If the sun is out, join Montreal’s barefoot and pierced crowd at Piknic Électronik (piknicelectronik.com), an outdoor rave held on Île Ste.-Hélène during the summer. Bike or take the Métro to Jean-Drapeau Park, and follow the slithering beats to the Man, a giant sculpture created by Alexander Calder for the 1967 Expo. It hovers over the dance floor, like a space-age cathedral. The leafy island has other architectural ruins from the Expo. Between beats, stroll over to the Montreal Biosphere (biosphere.ec.gc.ca), the iconic geodesic dome that still evokes a utopian vision of technology. It’s also a good place to meet friends. 

IF YOU GO 

Multiple airlines, including Air Canada, American Airlines and Continental, fly nonstop to Montreal from New York. A recent Web search found round-trip fares starting at about $340. The scenic drive from New York takes roughly seven hours, and is an easy trip up Interstate 87. 

Montreal’s newest luxury property, the 123-room Le St.-Martin Hôtel Particulier (980, boulevard de Maisonneuve Ouest; 514-843-3000; lestmartinmontreal.com), opened in June in a 17-story building downtown with an outdoor pool and fitness center. Rooms from about 225 Canadian dollars. 

Le Petit Hôtel (168, rue St.-Paul Ouest; 514-940-0360; petithotelmontreal.com) opened in 2009 in a 19th-century building in Old Montreal with 24 cozy but modern rooms. Rooms start from 148 to 188 dollars, depending on season. 

Publicités

Bernardin Cardinal Gantin, Prince du Bénin et de l’Église

15 Août

[[Image:{{{blason sans ornement}}}|50px]]

Sous le soleil de Saint-Louis J’y allais pour Mermoz, j’y ai aussi trouvé Maï et ses Mandjaks. Magnifique rencontre. Carolyne Parent 14 août 2010 Voyage

15 Août


Saint-Louis du Sénégal — La toubab que je suis en a ras le boubou, mais oh la la!, ce qu’elle assure. De rue en boulevard, on m’aborde et on me baratine avec la régularité d’une marée. Comme Louise Marleau dans La Comtesse de Bâton-Rouge, une meute masculine me talonne. Des rabatteurs, plus sympas que rabat-joie. Mieux vaut en rire, et je ris avec eux. Ils sont beaux. Ils ont peut-être faim. Et c’est bien la seule pensée qui risque d’entacher mon bonheur d’être à Saint-Louis du Sénégal. Allez, c’est combien, vos bracelets en corne de machin?

À Dakar, on m’avait prévenue: «Vous verrez, Saint-Louis est une ville émouvante.» Dans le mille, Aziz! L’émotion suinte de partout. De la lumière, qui égaie ou attriste, selon l’heure, les crépis décrépits de la vieille ville, inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco. De l’architecture coloniale portugaise et française à demi ruinée, qui laisse deviner un avenir qui se conjugue au passé prospère. Et puis, il y a la relative «fragilité» de son emplacement géographique: situé au nord-ouest du pays, Saint-Louis, ou N’Dar en wolof, s’étale en partie sur le continent et en partie sur la langue de Barbarie, un long et maigrichon cordon de sable, qui protège des déferlantes de l’Atlantique une petite île dans l’embouchure du grand fleuve Sénégal, où se répand la vieille ville.

La cité portuaire, qui a soufflé ses 350 bougies l’an passé, a connu de meilleurs jours, ça se voit à l’oeil nu. L’élégance du pont Faidherbe, du Palais de justice et de l’édifice de la gouvernance en témoigne. De belles résidences, certaines en train d’être restaurées, aussi. Première colonie française en Afrique, Saint-Louis s’est enrichi du commerce de l’ivoire, de l’or, de la gomme arabique et, surtout, des esclaves. Un négoce auquel participaient notamment, tiens donc, des métisses influentes — certaines étaient armateurs — appelées signares et nées d’unions entre femmes sérères et commerçants portugais. À la fin du XIXe siècle, la ville est à son apogée grâce à l’ouverture d’un chemin de fer la reliant à Dakar. La perte de son statut de capitale de l’Afrique occidentale française, en 1902, puis de la colonie à la veille de son indépendance marqueront le début de la fin de son rayonnement.

Dans les années 1930, elle accueille néanmoins d’intrépides visiteurs. En provenance de Toulouse et en route pour le continent sud-américain, les aviateurs de la Compagnie aéropostale, qu’Air France prendra éventuellement sous son aile, y font étape. Dans la vieille ville, un musée rend hommage à deux d’entre eux: Antoine de Saint-Exupéry et, surtout, Jean Mermoz, à qui l’on confiait les missions les plus périlleuses, telle la première traversée de l’Atlantique Sud, entre Saint-Louis et Natal, au Brésil. L’hôtel de la Poste, l’ancien relais de ces casse-cou, où Mermoz avait sa chambre attitrée, attire toujours leurs admirateurs.

Le marché aux poissons des pêcheurs du quartier Guet N’Dar, les pirogues impressionnantes qu’ils chevauchent dès le lever du jour, les maisons à portes cochères et à balcons en fer forgé un rien néo-orléanais du coeur historique, les mosquées immaculées, la mer, le fleuve, frontière naturelle avec la Mauritanie… Si la ville de 175 000 habitants, où Bertrand Tavernier a tourné en partie Coup de torchon — un resto du même nom le rappelle —, peut se découvrir en calèche le temps d’un parcours commenté, c’est encore à pied qu’on l’apprécie le mieux. Et qu’on fait les plus belles rencontres.

Oh, Maï…

Je suis allée chez Tësss sur la recommandation de Muriel Bancal, propriétaire, avec son mari, de La Résidence, un des plus anciens et des plus charmants hôtels de Saint-Louis. À la fois boutique, atelier de tissage et galerie d’art, Tësss (une interjection en wolof qui exprime le ravissement) a une vocation bien spécifique: la valorisation des pagnes traditionnels des Mandjaks, un groupe culturel établi au Sénégal, au Cap-Vert et en Guinée-Bissau.

Le pagne est un vêtement de première importance en Afrique. Il y a celui du baptême, celui du mariage, celui des funérailles, qui se transmettent de génération en génération. Il y a aussi celui avec lequel les mères attachent leurs enfants sur leur dos jusqu’à ce qu’ils marchent. Bref, ce sont à la fois de longs pans de tissu utilitaires et de véritables trésors de famille.

Née en Haute-Savoie, tisserande de métier, Véronique Picart est arrivée au Sénégal en 1998 pour y faire un séjour de perfectionnement en peinture et n’en est plus repartie. Elle a pris un époux sénégalais, un nom sénégalais, Maï Diop, s’est entichée des textiles locaux et, en 2000, fondait Tësss pour préserver un artisanat qui se meurt. Une belle histoire.

«Chez nous, on crée des tissages selon des originaux des Mandjaks, car il s’agit d’un patrimoine très riche et très ancien, dit-elle. Toute la culture de ce groupe, toutes ses superstitions y sont intégrées dans des motifs représentant les animaux-totems des familles et des symboles aux significations occultes. Ce sont les tissages les plus élaborés d’Afrique. Sauf qu’il y a une perte de transmission de ce savoir. Aucun jeune ne veut apprendre le métier parce que les tisserands ne peuvent plus vivre de leur labeur.»

En effet, s’il reste bien quelques Sénégalais nostalgiques et assez fortunés pour s’offrir ces pagnes traditionnels, devenus très chers, poursuit Mme Diop, la majorité de la population n’en a plus les moyens. Aux touristes sensibles aux belles matières, Tësss propose du linge de maison, une façon de renouveler et de perpétuer l’héritage des Mandjaks.

Depuis 10 ans, Maï Diop collectionne également des étoffes anciennes, qu’elle souhaite faire connaître. Elle en possède une centaine, majoritairement mandjaks et datant de 1930 et même au-delà, qui constituent le corpus d’une exposition itinérante ne demandant qu’à être vue. «J’attends d’être invitée à la présenter!», lance la tisserande. Avis à nos instances muséales… Le Metropolitan Museum of Art de New York et le Minneapolis Institute of Arts ont déjà, par ailleurs, fait l’acquisition de quelques pièces.

Outre la culture mandjak, la Saint-Louisienne d’adoption a apprivoisé un autre enseignement au fil des ans: la valeur de la modestie. «Étonnant pour une Française, non? dit-elle en riant. Je pense qu’il faut arrêter de donner des leçons aux Africains et qu’il est temps de les écouter. Les Sénégalais nous donnent volontiers la parole. Et nous la prenons, comme nous l’avons prise au temps de la colonie, car avec elle vient le pouvoir. Mais quand on les laisse exister, on comprend qu’on a affaire à un peuple noble.»

Un peuple à découvrir à travers son artisanat, sa culture, son histoire, et en des lieux aussi attachants que Saint-Louis.

En vrac

– Y aller: avec Air Canada, qui offre des correspondances relativement rapides sur Dakar, via Bruxelles notamment. Avec Royal Air Maroc via Casablanca, l’attente est de 12 heures. Soit on se repose à l’hôtel (le transporteur met des chambres à la disposition des passagers en transit), soit on en profite pour visiter la mosquée Hassan II, siroter un thé à la menthe à la terrasse d’un café de la Corniche ou explorer la médina du quartier des Habous. (www.aircanada.com; http://www.royalairmaroc.com)

– Se loger: dans la vieille ville, à La Résidence (www.hoteldelaresidence.com; la chambre 300 dispose d’une superbe terrasse panoramique) ou à l’hôtel de la Poste (http://hotel-poste.simpleform.eu). Sur la langue de Barbarie, au campement Océan et Savane (www.oceanetsavane.com), où on aura des kilomètres et des kilomètres de sable à ses pieds et l’Atlantique à perte de vue, qu’on ne partagera qu’avec quelques hôtes, des sternes naines et des pélicans géants.

– Rendre visite à Maï Diop: Tësss est situé au 396, rue Xalifa-Ababacar-Sy. http://www.destinationsenegal.com/tesss.htm et http://www.textilesmandjak.over-blog.com.

– Zyeuter les volatiles: de décembre à février, des millions d’oiseaux migrateurs atterrissent au parc national du Djoudj, inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco et situé sur un bras du fleuve Sénégal, à une soixantaine de kilomètres au nord de Saint-Louis.

– Naviguer au fil des caprices d’un fleuve, pour reprendre le titre du beau film de Bernard Giraudeau, tourné à Saint-Louis: au départ de la ville et à destination de Podor (ou inversement), le bateau de croisière Bou el Mogdad fait halte dans les ports des anciens comptoirs français jalonnant le grand fleuve. http://www.compagniedufleuve.com.

– En savoir plus: la Maison de l’Afrique convie le grand public à son Salon du tourisme, où le Sénégal sera à l’honneur les 25 et 26 septembre prochains. http://www.maison2lafrique.com.

– Renseignements: http://www.tourisme.gouv.sn, http://www.tuktuk.ca.

***

Carolyne Parent était l’invitée du ministère du Tourisme du Sénégal et de Royal Air Maroc.

http://www.ledevoir.com/galeries-photos/sous-le-soleil-de-saint-louis/65481

CASA D’ITALIA : SALLE MULTIFONCTIONNELLE, BIBLIOTHÈQUE ET BEAUCOUP PLUS

11 Août

 

La Maison d’Italie de Montréal (Casa d’Italia), lieu symbolique de l’histoire de la communauté italienne au Canada construit en 1936, fait partie du patrimoine architectural du Québec.  La Maison d’Italie, située au coin des rues Jean-Talon et Berri, est un centre communautaire qui accueille différents organismes italiens et italo-canadiens.  Pendant 70 ans, la Maison d’Italie a représenté le point d’arrivée des Italiens au Québec et le lieu des événements les plus importants de leur vie sociale : les fêtes, les mariages, les réunions des différentes associations régionales, etc.

 Afin de redonner son lustre d’antan à la Maison d’Italie, les représentants de cette institution et la Fondation Communautaire Canadienne-Italienne (FCCI) ont lancé une campagne de financement conjointe avec l’objectif de recueillir une somme importante qui s’ajoute aux contributions des différents ordres de gouvernement.

 Une fois l’édifice restauré, la Maison d’Italie accueillera une salle multifonctionnelle, une bibliothèque, un centre d’archives, une exposition historique, des bureaux locatifs et un centre d’information touristique.  Tels étaient les lignes tracées depuis quatre ans pour ouvrir un chapitre tout neuf d’un lieu mythique, Casa d’Italia.

 Berceau de la conscience culturelle collective

 Personne mieux que Pasquale L. Iacobacci, dans un document de recherche et un texte qui parlent de l’historique et nous conduit à la vocation nouvelle, n’a réussi à expliquer clairement la place centrale de ce lieu dans notre histoire commune.  Au-delà de la communauté d’origine italienne, nous sommes, du début du siècle passé aux moments actuels où vont renaître l’espace et les multiples missions de la Casa d’Italia, dans une aventure collective, une démarche stratégique unique et riche.

 La renaissance de la Casa d’Italia  a pris une tournure significative avec la construction du Centre Leonardo da Vinci à Saint-Léonard, sous la houlette de Giuseppe Borsellino et des « gouverneurs » de la Fondation communautaire canadienne italienne (FCCI).  Une nouvelle orientation, un repositionnement et de nouvelles perspectives se dessinaient désormais pour Casa d’Italia : comité des horizons nouveaux, débats, programme architectural renouvelé et bien sûr un processus de financement à court, moyen et long terme.

 Au cœur de l’automne 2010, alors que depuis l’automne passé d’immenses travaux sont exécutés sous la direction, avec la vigilance et la passion de Pasquale L. Iacobacci, Montréal va avoir une nouvelle salle aux aires fonctionnelles, aux accents fantaisistes, aux allures artistiques et surtout au service de nos meilleures institutions et de tous les organismes culturels, sociaux et à vocation de promotion, de création et de diffusion. 

 Casa d’Italia est à voir, à redécouvrir, à apprivoiser, à vivre pour notre plus grand bonheur.  Une galerie pour les arts visuels, les arts graphiques et les arts médiatiques et électroniques, un musée et centre de la découverte mis à la disposition des élèves, des étudiants et du monde de l’éducation pour la sensibilisation au civisme et l’éducation aux droits; un espace dit hall des célébrations ouvert aux activités socioculturelles, aux conférences de presse, aux soupers et aux événements variés; le Temple de la mémoire et des hommages consacré à l’apport et aux contributions des Canadiens d’origine italienne à notre société dans tous les secteurs d’activités qui sera en complément au Mémorial visuel sur le mur extérieur, Nord-est de l’édifice, mettant en relief la mémoire passée et présente des Canadiens d’origine italienne.  Une bibliothèque et des archives qui rassemblent des documents (passeports, périodiques, photographies, livres, publications, artefacts) témoins du patrimoine.  Nouveauté, un laboratoire culinaire où suivre des cours de cuisine, interface directe de la Petite Italie, avec des repas à thèmes, des productions gourmandes sous les commandites des régions et des départements du tourisme ainsi qu’un volet consacré aux vins et aux huiles d’origine « contrôlée ».

 Casa d’Italia est nouvelle avec les travaux de rénovation et d’expansion.  Le trio maître de la campagne de financement (Nicholas Di Tempora, Jean-Pierre Desrosiers et Guiseppe Danisi) aura sûrement à déployer de nouveaux efforts tant l’œuvre mérite des moyens supplémentaires qui sauront conduire le projet à sa maturité complète.  De la facture art déco et des structures patinées par l’histoire et le temps, une fleur belle et éminemment utile vient parfumer d’une essence unique le panorama actuel et futur du Montréal culturel.  Dans quelques semaines Casa d’Italia sera, semblable à un jeune prince, prêt à convoler en justes noces avec les forces vives de chez nous et du monde entier.  Préparez-vous à découvrir ce lieu qui comblera vraiment votre soif de beauté.

Yves ALAVO

Photos Camilo Gomez Duràn

5426 : Le Grand Hall de 1936 :       Future salle de rencontre, de concert et de cocktail restauré dans l’esprit de l’art déco.

# 5431             L’Écomusée : Transformation de la Rotonde : Futur emplacement de l’Écomusée sur la présence des Italiens à Montréal et leur intégration (aux plafonds détails décoratifs de l’artiste Guido Nincheri).

# 5435 & 5444           Le Hall de la mémoire : Futur hall d’exposition; Détails du mur de la mémoire et du plancher du temps relatant l’histoire et des moments saillants de la présence italienne a Montréal

Photos  Camilo Gomez Duràn

LA JOURNÉE INTERNATIONALE DES PEUPLES AUTOCHTONES DU MONDE

9 Août

 

Ce lundi 9 août 2010 est la Journée internationale des peuples autochtones du monde.  Cette Journée est placée sous le signe de la reconnaissance des savoirs ancestraux (diversité culturelle) et de leur apport au maintient de la diversité génétique et de la conservation de la diversité biologique.  Ceci constitue un enjeu majeur de la Convention que les Parties examineront lors du Sommet de Nagoya en octobre 2010. 

Constituant un faible pourcentage des 6,3 milliards de personnes dans le monde, les communautés autochtones et locales représentent une large portion de la diversité linguistique et culturelle de la planète et leurs terres et cours d’eaux contiennent très certainement les plus grandes réserves restantes de biodiversité.  Les connaissances traditionnelles des communautés autochtones et locales, dont le corpus en médecine et en pharmacopée, peuvent jouer un rôle important pour aider à faire face aux sérieuses questions affligeant l’humanité, comme les changements climatiques et la perte de biodiversité.  Ces ressources importantes, sociologiquement et surtout politiquement négligées constituent un potentiel dont l’exploitation changerait la posture et le rapport de l’humanité face aux écosystèmes globaux, aux habitats et aux espèces qui existent. 

Les célébrations de cette année de la Journée internationale des peuples autochtones du monde ont une connotation spéciale.  Elles coïncident avec les célébrations de la Journée internationale de la biodiversité et de l’Année internationale du rapprochement des cultures.  Elles se tiennent au moment où la grande famille de la biodiversité finalise activement un protocole international sur l’accès et le partage des avantages, qui apportera une contribution significative à la promotion de l’objectif même de la Journée internationale des peuples autochtones du monde.

En négociant le Protocole préliminaire sur l’accès et le partage des avantages liés à la diversité biologique, les Parties reconnaissent les liens entre les connaissances traditionnelles et la diversité génétique, pour s’assurer que les communautés autochtones et locales en bénéficieront en bout de ligne lorsque leur savoir sera accessible, partagé et utilisé avec leur accord.  Ainsi, les connaissances traditionnelles associées aux ressources génétiques constituent une facette importante du régime international, qui promet d’établir l’équilibre nécessaire entre les intérêts de tous ceux qui sont concernés par le sort de notre planète, notamment les communautés autochtones et locales. 

Cette situation opportune, dont nous sommes les contemporains, coïncide également avec l’organisation, pour la première fois dans l’histoire des Nations Unies, d’une réunion de haut niveau de l’Assemblée générale exclusivement dédiée à la biodiversité, avec la participation des Chefs d’États et de gouvernements.  Les 192 dirigeants mondiaux établiront la direction et fourniront l’assistance nécessaire à la formulation de la stratégie en matière de biodiversité pour la période allant de 2011 à 2020.   La dixième réunion de la Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique, qui se tiendra en octobre 2010 à Nagoya, Préfecture d’Aichi, au Japon, devrait adopter un nouveau Plan stratégique pour la même période (2011-2020) avec l’engagement complet de toutes les parties prenantes et, en particulier, des communautés autochtones et locales.

Le fait que la diversité biologique, que les connaissances traditionnelles et que la culture soient reliées de par leur nature impose une approche étendue pour la conservation de la diversité biologique.  La perte de diversité linguistique et culturelle est directement liée à la perte de diversité biologique.  Pour se faire, lors du Sommet de la biodiversité d’Aichi Nagoya, les résultats de la Conférence internationale sur la diversité biologique et culturelle, tenue à Montréal en juin cette année seront présentés, en partenariat avec l’UNESCO et le Forum économique international de Montréal.

Le but de la Conférence était de contribuer à la transformation d’engagements politiques en actions concrètes en proposant des recommandations ayant pour but d’intégrer efficacement la diversité biologique et culturelle dans les programmes et dans les stratégies de coopération au développement.  Avec le Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique agissant comme point focal mondial pour la biodiversité et l’UNESCO en tant que point mondial de convergence pour la diversité culturelle, les liens entre les initiatives pour la diversité biologique et culturelle au niveau international, ont été consolidés.  Cette étape franchie a permis de soutenir le développement entre les dispositions connexes des conventions et les programmes traitant de la diversité biologique et culturelle selon les échelles appropriées.

C’est dans un respect profond que nous devons tendre la main aux communautés autochtones et locales du monde car elles sont nos partenaires pour sauver la Terre dans toute sa splendeur et dans sa diversité, autant pour maintenant que pour les générations futures.  Souhaitons aux peuples autochtones du monde des célébrations mémorables de la Journée internationale qui leur est consacrée afin qu’ils profitent de cette occasion pour continuer à participer à l’Année internationale de la biodiversité, ainsi qu’à l’Année internationale du rapprochement des cultures.

Yves ALAVO

Pour de plus amples informations sur le Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique (SCDB), dont l’actualité et les prochaines étapes vers le Sommet de Nagoya :

http://www.cbd.int/

Pour en savoir un peu plus sur les publications du SCDB :

http://www.cbd.int/doc/newsletters/

BAMBARA TRANS, UNE OASIS DE MONTRÉAL AU MONDE

5 Août

La fête est magique, la salle, le salon, la boîte mythique du Balattou, ce lundi 7 juillet 2008, 07-07-08, vibre d’intenses émotions et de larges souffles d’énergie sublime, le lancement, la musique du CD de Bambara Trans, KHALOUNA, exultent dans cette oasis virtuelle. Le peuple métis, les amoureux de l’Afrobeat, du reggae, de la fusion, d’une salsa Gnawa aux accords futuristes, flambent unis et divers. Sons des cuivres, guitares sorcières, voix harmonique et diachronique et voix rauque mélodique du maestro Khalil Abouabdelmajid, percussions nègres et suaves, sensuel saxophone et trombone mystérieux, c’est la consécration du groove supérieur. Musique actuelle et jaillie pour nos espoirs à naître.

Paroles de vie et en langues si humaines et si tendres aux oreilles, verbe qui chante et offre une généreuse énergie, une invitation au partage, une sonorité qui plante les nostalgies et ouvre des espaces de paix infinie. Les notes, les accents de rêve et les mélodies désertiques soignent nos âmes éternellement. Les voix sont chaleureuses, sensuelles et envoûtantes. Les productions Nuits d’Afrique, Musique Multi Montréal, comme une avancée pour la mise au monde des Productions Bambara Trans. Bravo.

Seconde après seconde, la danse des notes habite chacun, la danse des sons enveloppe les âmes et fait surgir l’esprit créatif. KHALOUNA. Procurez-vous le CD. Écoutez, vivez et partez en expédition intérieure avec la première aventure du disque Afrobambara. Onze minutes de voyage trans-créatif. Il s’agit de la vie, des actions qui portent à réfléchir. Pas d’analyse, des rythmes, des paroles en or, des sons rassembleurs, des interactions comme dans Hijab, chocs de sons et confrontation des sentiments, mélodies vertes et fortes qui explosent en un bouquet semblables à ceux des décors des palais anciens. La mer est présente rassurante, fusion profonde des musiques unies et progressives. Or des sons, argent des teintes, couleurs de cuivre, musique universelle qui attend son heure et qui va connaître la consécration mondiale. Allez, jouez musiciens de Bambara Trans, vous avez le monde à vous.

La pochette, l’habit du CD, design de Mehdi Benboubakeur : caravane urbaine dans un centre Montréalais aux ocres, sables et vents de passion, dit cette soif de vivre et de créer. Vive Bambara Trans.

Yves Alavo

Les Frères GUISSÉ, Troubadours et ambassadeurs

5 Août

Écouter leurs mélodies, participer aux concerts, jamais vous ne serez rassasiés car les Frères Guissé sont avec leurs oeuvres artistiques, ce que le génie africain enraciné dans la culture profonde et ouvert sur les influences universelles, a produit de meilleur.

Originaires de la région du Fouta, au nord du Sénégal, Alioune, Cheikh et Djiby Guissé sont, à l’instar des riches alluvions que charrie ce fleuve magistral qui donne son nom au pays, Sénégal; les Frères Guissé sont des artistes spéciaux attachés à une identité culturelle forte et, en même temps, modèles d’une liberté et d’une créativité qui laissent cours aux apports d’ailleurs, qui intègrent et qui valorisent les échanges avec toutes les cultures. Ces artistes de la musique, virtuoses du chant et instrumentistes ergonomiques au jeu acoustique d’une rare élégance, prônent et témoignent d’une ouverture d’esprit qui en fait les troubadours modernes les plus œcuméniques de la planète.

À Montréal et sur les scènes canadiennes, les frères Guissé ont charmé mélomanes et adeptes du beau, mais ils ont réussi à réconcilier les publics les plus récalcitrants avec la musique, le chant dans leur essence première. Les concerts au Tributaire et aux Bobards, tous organisés par les Productions Débrouill’Art , les Arts Underground, et bien d’autres, ont marqué la vie culturelle du Québec et attiré des publics nombreux au point où, les salles réservées sont apparues exiguës au cours de ces soirées merveilleuses de chant, de danses, d’écoute et d’échanges avec les artistes.

Les Frères Guissé comme à leur habitude, avec générosité et engagement, ont ouvert la scène aux défenseurs de causes à dimension sociale comme celles de la Fondation des enfants Talibés du Sénégal. Artistes au cœur de lion, militants de la justice et des droits des peuples, acteurs de tous les combats pour plus de dignité et plus d’humanité, ces humanistes de la musique et poètes/philosophes des temps actuels et futurs, ont invité d’autres artistes locaux et internationaux à monter sur scène afin de dialoguer avec percussions et guitares, ce fut le cas du musicien El’Hadj Diouf.

Depuis plus d’une décennie, ce trio, deux guitares, des voix en harmonie qui respirent du souffle des vents du Sahel et qui nous font voyager au-delà des frontières de l’Afrique de l’Ouest, soutenues et en contre rythme avec le 3e frère aux percussions, tam-tams, sabaars, djembés, calebasse, accompagnements subtils et en nuance, s’expriment acoustique. Le volume vocal, les respirations mélodiques, les structures rythmiques portent à l’écoute, à l’échange, à la danse. La mobilisation des âmes se discerne à la suite de chaque son produit, la lumière éclate sur les visages, les réactions de sympathie et d’enthousiasme s’entendent dans la ferveur des applaudissements qui semblent naître de ce jardin musical sans cesse renouvelé.

Trio harmonique et tonique, les Frères Guissé jouent leurs créations d’auteurs compositeurs qu’ils sont. Ils ont le don d’interpréter le registre complet des airs, mélodies, succès qui couvrent le large champ des musiques et traditions de l’Afrique australe aux confins des rives du Zambèze en passant par les contreforts du Bandiagara et en voyageant sur les savanes qui jalonnent les villes et les villages entre la Mauritanie, le Sénégal, le Mali, jusqu’aux sommets de l’Atlas et de l’Adrar.

Pour mettre au monde de nouvelles compositions et pour faire part à tous les auditoires de leurs trésors, les Frères Guissé sont devenus nomades et « globe-trotters » de l’art dans le seul but de livrer leur message de paix et d’amour. Ils affectionnent le contact direct avec tous les publics. Ils brodent les mots et les expressions, ils tissent toutes les sonorités continentales et extra continentales et ils se vêtent de la diversité de toutes les expressions culturelles sans distinction de langues, sans discrimination mélodiques et sans différence pour les rythmes dont ils maîtrisent avec agilité la densité. Ils voyagent sur tous les fuseaux horaires et traversent toutes les trames culturelles à l’image de la composition des salles dans lesquelles ils se produisent, ils attirent autant les Européens que, bien sûr, les Africains, mais aussi les Asiatiques, les gens du Moyen-Orientque les « latinos » lusophones ou hispanophones.

Leur discographie est intemporelle, en termes de réception, de popularité et de diffusion. Trois albums ont déjà vu le jour en Afrique : en 1995, la cassette Fama rencontre un large succès. En 1998, Siré connaît le même engouement, et ce succès ne se dément pas quand, deux ans plus tard (2000), sort la troisième cassette N’déye. En 2003 paraît le disque Fouta, sorti uniquement en Hollande, en 2005, le CD Siré et en 2008, un autre intitulé Yakaar « Espoir ». Ils chantent en pullar « Peulh » principalement et en Wolof, les textes disent la paix et la fraternité.

Véritables troubadours devant l’éternel, ils ont animé et participé à plusieurs festivals comme : 17e Festival Africa Fête à Paris, le Marché des arts et du spectacle africain d’Abidjan, le Festival d’été de Québec où ils ont remporté le prix Miroir de l’espace francophone et le Sommet de la Francophonie de Hanoi. Dans les mois qui viennent, on fera peut-être la découverte de Moustapha Guissé, chanteur évoluant dans un petit groupe de variétés. Peut-être sera t-il un jour le quatrième Frère Guissé.  » Notre musique n’a ni de couleur ni d’âge, elle est musique de tous les hommes et de toutes races : tel un fleuve. Son destin n’est pas de se replier sur son cercle ethnique mais plutôt de se jeter à l’océan de la musique mondiale en assumant une identité ouverte sur l’autre. C’est le lamantin qui n’oublie jamais la source… « .

Yves ALAVO