Archive | septembre, 2010

VERTIGES SUBLIMES ET COULEURS DES SAISONS INTIMES

13 Sep

VIENT DE PARAÎTRE AUX ÉDITIONS GRENIER

Le livre Vertiges sublimes et couleurs des saisons intimes

L’auteur Yves Alavo vous écrira bientôt pour le rendez-vous du récital de lancement qui aura lieu Mardi 9 novembre à 18 h 00

Bientôt nous aurons tous les détails,

Vertiges sublimes et couleurs des saisons intimes, la Couverture

Publicités

MÊME CONFIANCE ET HÉRITAGE COMMUN

9 Sep

VIVRE POUR PLUS DE JUSTICE, DANS LA DIGNITÉ ET AVEC ENGAGEMENT

Partager la vie et vivre pour aimer, louanges profondes.

MUSE SUBLIME

9 Sep

Kaléidoscope  des spectres intimes

Ailes du destin secret

Tunnel des esprits inventifs

Illumine, songes et rêves

Allumaient les étoiles divines

Devanture sublime du temps

Aube des siècles souverains

Hublot neuf pour les sens

Antenne, spirituelle offrande

Navigue sur la crête du monde.

Présence magnétique

Te voir

Sensation au vent des falaises

Tu es solaire et aérienne

Coule dans tes yeux la lune

Gouttes sacrées et sensuelles

Le bain de l’air est doux

Tu vas sur les flots du soir

Ombres et couleurs lucides

La tente du cœur est offerte

Sur les marches du ciel

Dérives et irruptions de gloire

Sur les bords de l’esprit

Dansent les émotions rouges

Neige des désirs fous

Embruns sur la frontière bleue

L’écume jaune coule de ta bouche

Saveur curcuma de l’infinie tendresse

Les rayons verts de tes joues mangues

Promesse ultime du cercle sorcier

Palpitent les baisers retenus

Dansent les courbes de l’amour fugitif.

Tu passes comme un ouragan

Sur la savane

Tu dis la flamme folle

Du désir

Tu brûles de vives essences

Tu es royale et douce

Tu es tigresse et ange

Tu es lionne de l’espace

Parfois gazelle aux attaches fines

Parfois abeille aux ailes de tonnerre

Parfois libellule bleue

Sur la toile des mers

Parfois flèche qui vole

Parfois soleil et explosion

Parfois terre et volcan

Parfois onde et orage

Parfois ciel et nuage.

Je me tiens à ton flanc

Je respire l’odeur de ta chevelure

Je bois ton regard de velours

Je goûte l’humeur de ton cou

Je fantasme sur l’esprit qui t’habite.

Je rêve souvent de lunes d’ailleurs

Je me baigne dans les roses de tes paroles

Je gambade sur les tapis de tes sentiments

Je flotte dans l’espace de ton amour

Moments de nos aventures

Pirogue de nos éclipses

Idée de notre imaginaire

Odeurs de nos corps unis

Rayon oculaire de nos yeux

Nez divin de nos arts

Hanches de ta silhouette infinie et sensuelle

Nous voici pétris aux confins de nos univers conjoints.

Yves Alavo.

LE BULLETIN DU CONSEIL RÉGIONAL DE L’ENVIRONNEMENT

9 Sep

De nombreuses nouvelles stimulantes dans ce Bulletin et Bravo à Mme Coralie Deny, DG du Conseil Régional de l’Environnement de Montréal, une vraie Chef de file.

http://www.cremtl.qc.ca/node.php?id=1315

 Jeudi 9 septembre 2010.

SYNCOP, KARIM, TRADITIONNEL ET AVANT-GARDISTE

8 Sep

Samedi 11 septembre 2010 à 21 h 00 au BOBARDS, St-Laurent, coin Marie-Anne à Montréal

Karim leader et maître de scène de SYNCOP, est ce jeune homme au contact sympathique, grand, souvent les cheveux assez courts.  Des les premières paroles, tout de suite vous vous en rendrez compte, les idées foisonnantes et la réplique intelligente s’imposent. Il dirige les Productions de CD de la compagnie Les Productions Nuits d’Afrique, un bourreau de travail, accessible comme artiste, déterminé et surtout très sensible dans la vie comme sur les planches.

Une des prestations qui a marqué les publics montréalais c’est celle du Groupe de Karim, SYNCOP, en avant première du show d’IDIR au Métropolis.  La musique est riche des métissages et de la force des thèmes qui sont inspirés et enracinés sur nos propres réalités urbaines, sentimentales, artistiques et économiques.  La joie sur scène entre les musiciens, la qualité musicale du produit livré, les mélodies envoûtantes et percussives, ainsi qu’un volume sonore aux tonalités ajustées, le soin accordé aux instruments, à leur diffusion dans le contexte d’expression des voix et leur portée grâce à des micros choisis, constituent quelques unes des caractéristiques de SYNCOP.

Dansez, prenez le plaisir de vivre les spectacles de SYNCOP, la fête est sans retenue, il y a une part très humaine dans cette musique qui a le secret de mettre en harmonie paroles et rythmes, mots et mélodies,  une expérience qui permet à chaque personne de situer son originalité au sein de la collectivité.

Yves Alavo

Plein de tonus et de la qualité à donner

Notes sur l’artiste

Durant son adolescence, Karim Benzaïd vit à Tunis.  Il écoute alors IAM, Boys 2 Men, et Cheb Hasni, se passionne pour la musique en général et organise des fêtes privées où il invite des amis à partager sa passion.  Parfois, durant ces soirées, il se produit sur scène avec quelques camarades.

Quelques années plus tard, le jeune Karim décide de s’installer à Montréal. Une fois arrivé, il enregistre des démos, chante dans des bars.  Un apprentissage difficile, long mais qui finit par porter ses fruits.  En 1998, dix ans après ses premiers pas sur le sol québécois, Karim participe à la création de Syncop, un groupe aux accents à la fois urbains et orientaux, qui se fait peu à peu un nom à Montréal.  Ils jouent ainsi au Spectrum, au Medley, au Club Soda, au Petit Campus, au Kola Note, au Club Balattou.

En 1999, Syncop remporte le prix du public des universités art-t-fac.  Deux ans plus tard, le groupe est couronné du troisième prix du festival « La Fiesta des musiques diversifiées ».  Peu à peu, de reconnaissance en reconnaissance, de concert en concert, Syncop sort un album intitulé Les gens du voyage, inspiré des Touaregs.

Leur musique, colorée et chaleureuse, surfe entre raï, chaoui (une des musiques berbères par excellence), reggae, ragamuffin et hip hop.  Le groupe compte aujourd’hui sept membres : outre Karim Benzaïd au chant, les joyeux lurons sont Annick Beauvais (chant et hautbois), Guillaume Landry (batterie), Gabriel Lambert (guitare), Anit Ghosh (violon et guitare), Gabou Lajoie (basse) et Aziz Badi (chant et percussions).

Une rencontre entre Algérie et Québec fructueuse, une invitation aux mélanges en tout genre. Grâce à la richesse de ses membres, grâce à leur énergie, Syncop entraîne les spectateurs dans une avalanche d’énergie, dans une envie de danser et de chanter irrésistible.

Le bonheur est sur scène

Plus souvent sur les scènes montréalaise, nous le souhaitons

MARIANNE AYA OMAC VENEZ VITE LA VOIR AU CABARET DU MILE END LE 8 SEPTEMBRE 2010 À 21 H 00

6 Sep

Marianne Aya Omac, une voix qui transcende les cultures

Une voix hors frontières, Marianne Aya Omac

Personnellement j’ai eu le privilège de voir et d’écouter Marianne Aya Omac, elle est entière, vibrante de foi et d’énergie qui la relient directement avec la poésie et tous les arts musicaux, des instruments (voix, guitare, percussions et esprits universels), elle est habitée par la force des rythmes, la beauté des mots et la musique des anges.

Marianne Aya Omac ne vient pas de France, elle est de la Méditerranée, tant africaine par sa voix et son rythme, elle est européenne par cette mélodie du coeur et plus proche de nos parents Berbères par l’inspiration, les montagnes, les échos ancestraux unis aux figues, aux dattes, aux essences essentielles de la vie.

Pour votre bonheur, pour la joie d’être et le partage des émotions pures et sensuelles, cette alliance du Beau et de l’infini, venez participer à cette soirée de fête unique.

Yves Alavo

Biographie :

Marianne Aya Omac, c’est une auteure, une compositrice et une guitariste mais aussi une voix, puissante, chaleureuse, diverse qui attire l’oreille. Et mieux vaut avoir ce don lorsque l’on joue durant six ans, 300 jours par an dans les rues de Montpellier. C’est comme ça que Marianne Aya Omac a commencé sa carrière d’artiste, se forgeant un public à l’énergie.

Parallèlement, Marianne rejoint la Gospelize-it Mass Choir, chorale gospel amatrice. Elle y apprend les techniques du gospel, l’implication du corps et de l’esprit dans la musique. Durant ces années, elle voyage souvent en Amérique latine et vit, en outre, dans le quartier gitan de Montpellier. Un cocktail qui lui permet d’avancer également dans le domaine des musiques latines et gitanes.

Grâce à ce parcours éclectique, elle se lance dans la création de son groupe en 1997, Ginkobiloba. Avec cette formation, elle enregistre deux albums, Pachamama (1999) et Mamacita (2002), et donne de nombreux concerts. Le succès est au rendez-vous, le public bien présent et pourtant, Marianne ne veut pas s’arrêter là. Elle choisit en 2005 de laisser le groupe et de se lancer dans une nouvelle aventure. Une double aventure.

En octobre 2004 et en janvier 2005, elle crée respectivement le Choeur de la Buèges et le Choeur de la Garrigue, deux choeurs de gospel, composé chacun de plusieurs dizaines de choristes. Parfois les deux choeurs se retrouvent pour donner des concerts en commun sous le nom de Grand Choeur de la Garrigue, mais chacun avance sur son chemin. Ils font ainsi la première partie de personnalités des « musiques du monde », Salif Keita, Idir, Souad Massi, Compay Segundo…

Aujourd’hui, Marianne se produit sous son propre nom, en solo. Qu’elle chante en anglais, en français ou en espagnol, son énergie reste la même, sans artifices et sans détours, avec une voix toujours aussi présente et des textes plein d‘humanisme.

Son site : http://www.marianneayaomac.com/

À Voir aussi :http://www.myspace.com/ayaomac

m_5d1da69036884db1b54a1900c5307325.jpg

Marianne Aya Omac, une voix qui transcende les cultures.