Archive | juin, 2011

QUARTIERS DISPARUS DE MONTRÉAL

18 Juin

VENEZ VIVRE QUARTIERS DISPARUS DE MONTRÉAL

Par Yves Alavo

Une exposition à découvrir dès le 15 juin 2011.

Le Centre d’histoire de Montréal (CHM), créé en 1983, est un musée de la ville de Montréal situé dans une ancienne caserne de pompier, lieu patrimonial unique.  Au rez-de-chaussée du musée, vous pouvez découvrir l’exposition permanente Montréal en 5 temps qui présente aux visiteurs un survol de l’histoire de la ville de 1535 à aujourd’hui.  Cette exposition se veut ouverte sur la ville, invitant le visiteur à s’y promener pour y redécouvrir les traces de l’histoire.

Le musée s’intéresse tout particulièrement au quotidien des Montréalais et aux histoires de vie.  Les expositions temporaires mettent de l’avant la ville, ses habitants et leurs vécus.  Nous pouvons souligner les succès, en 2009 et 2010, de l’exposition Les aventures de l’imprévisible Dr Béthune, ainsi que de Montréal moderne.

Le Centre d’histoire se veut aussi un centre d’animation de la ville.  C’est pourquoi il est initiateur d’activités sur l’ensemble du territoire montréalais.  Son programme de visites s’adresse tout autant aux enfants qu’aux adultes, particulièrement le public du primaire, ainsi que les élèves en francisation.  Acteur présent dans le tissu social, culturel et urbanistique de Montréal, le CHM articule de manière dynamique la préservation de notre histoire, de notre patrimoine, sa mise en valeur et la transmission aux générations actuelles et futures de ce capital immatériel mis en action et en vie, de manière accessible, citoyenne et participative.

La spécificité du Centre d’histoire est son approche communautaire et sociale centrée sur la mémoire des Montréalais.  L’institution tient à être un lieu d’accueil des témoignages des citoyens.  Cette attention au patrimoine immatériel s’illustre à la fois dans les cliniques de mémoire ainsi que dans le projet « Vous faîte partie de l’histoire ! ».

Le musée, de par son expertise, peut accompagner des projets de mémoire et de commémoration des communautés montréalaises issues de la diversité, de différents groupes ou de quartiers.  La mission du Centre d’histoire est de mettre en valeur cette mémoire enracinée dans le territoire, le patrimoine et l’histoire montréalaise.  C’est cette démarche envers le patrimoine immatériel et ce choix d’une muséologie citoyenne et participative que nous retrouvons dans l’exposition Quartiers disparus.  Plus en avant et comme véhicule transversal par excellence, le CHM va recueillir, organiser, mettre à la disposition des citoyennes et des citoyens les trésors et le patrimoine immatériel de l’immigration, devenir le point de convergence de notre expérience migratoire collective.

En s’appuyant sur le patrimoine immatériel recueilli et sur sa collection, le Centre d’histoire de Montréal (CHM) est devenu un acteur de premier plan pour montrer l’histoire de la ville, plus spécifiquement son histoire récente, et accompagner ses transformations actuelles et futures.  « Vous faites partie de l’histoire ! », voilà ce que dit le Centre d’histoire de Montréal aux Montréalais et Montréalaises de toutes conditions et origines par ses expositions, ses activités éducatives et ses divers projets dans les arrondissements.  Leur expérience quotidienne de la ville, de ses quartiers et de ses lieux, tout comme de ses événements apporte à notrecompréhension de la ville une dimension qui s’ajoute aux connaissances tirées des archives écrites et visuelles.  Cette expérience révèle aussi l’histoire cachée des bâtiments, des lieux et des rues qui constituent notre patrimoine commun, le rendant ainsi plus accessible et parlant pour la majorité de nos concitoyens.  Pour que cette mémoire individuelle enrichisse notre mémoire collective, il faut savoir la mettre en scène, mais aussi la questionner, la confronter afin qu’elle livre le meilleur d’elle-même».

Ainsi s’exprime Jean-François Leclerc, directeur du CHM, qui a des ambitions légitimes et fertiles de plusieurs projets pour ce lieu dont les citoyennes et les citoyens doivent s’approprier et sont inviter à participer au destin.  Le CHM a la vocation de poursuivre sa mission d’interface entre notre histoire, notre patrimoine et nous et ainsi d’incarner la volonté citoyenne d’appartenance et d’identité mais aussi d’ouverture à la diversité et à la modernité.

Dans cette optique et en fonction de la mission centrale du Centre d’histoire de Montréal (CHM) Jean-François Leclerc s’explique : «Le Centre d’histoire de Montréal a patiemment amorcé, depuis une décennie, ce travail d’écoute et de mise en valeur de la mémoire des Montréalais et Montréalaises, au musée et dans les arrondissements.  Il s’intéresse à la fois aux patrimoines matériel et immatériel de la ville et à ceux des citoyens qui détiennent, eux aussi, des aspects significatifs de la mémoire de Montréal.  L’exposition Quartiers disparusest pour notre institution l’occasion d’exprimer publiquement, plus que jamais, cet engagement».

Quartiers disparus à revivre

Automne 2009 : le vaste chantier de l’exposition Quartiers disparus est lancé.  Plus de 6000 photographies de la Section des archives de la Direction du greffe de la Ville de Montréal (partenaire principal de l’exposition) documentant les anciens faubourgs nous inspirent.  L’objectif, faire revivre trois quartiers ouvriers : le Red Light, le Fauboug à m’lasse et Goose Village (Pointe-Saint-C harles).  Entre les années 1950 et 1970, les projets de rénovation urbaine d’envergure; la construction des Habitations Jeanne-Mance, de la tour Radio-Canada, des infrastructures de l’Expo 67 et de l’autoroute Ville-Marie; entraînent l’expropriation, le délogement et l’évacuation de plus de 20 000 personnes du centre-ville.

La recherche documentaire a permis de réunir, données, statistiques, cartes, plans et archives documentaires, photographiques et audiovisuelles sur ces quartiers et le mouvement de modernisation de la ville.  Parallèlement, pendant neuf mois, l’équipe terrain a réalisé 43 entrevues réunissant 55 participants, pour un total de plus de 100 heures de tournage. Trente-neuf anciens résidants, 7 intervenants de l’époque et 9 experts actuels se prononcent sur les transformations de la ville d’autrefois et d’aujourd’hui.

Les entrevues réalisées proposent un récit à la fois érudit et détaillé, individuel et collectif, humain et émouvant de l’histoire des grands bouleversements urbains qui ont métamorphosé la ville dans la deuxième moitié du 20e siècle.  Ces entrevues donnent la parole aux citoyens : aux expropriés, aux professionnels qui expliquent les enjeux de l’époque et aux observateurs d’aujourd’hui qui en mesurent l’héritage.  Tous ensemble, ces témoignages construisent un discours qui permet d’engager une réflexion sur le passé et de rêver le Montréal à venir.  Telle est la genèse et la démarche méthodologique mises en œuvre pour reconstituer, via les objets témoins et les mémoires témoins, une exposition que vous êtes invités à vivre, dès le 15 juin 2011.

Principal partenaire, les Archives de la Direction du greffe :www.ville.montreal.qc.ca/archives

En marge de l’exposition Quartiers disparus du Centre d’histoire de Montréal, laCinéRobothèque, espace public de l’Office national du film du Canada, rue Saint-Denis, propose une sélection de films accessibles gratuitement sur ses 21 postes de visionnage individuel.  Une occasion unique pour les visiteurs d’en apprendre davantage sur les quartiers disparus et de découvrir Montréal autrement, en naviguant sur une collection, vraiment intéressante, célébrant l’architecture, la scène de la contre-culture ou la mosaïque culturelle de la ville.

À l’intention des groupes, la CinéRobothèque propose également Cartes postales de Montréal, un circuit accompagné d’un animateur pour explorer Montréal d’hier à aujourd’hui, à partir d’extraits de films de l’ONF.

Films à voir sur place

Tarif : Gratuit

Horaire : Du mardi au dimanche, entre midi et 21 h

Cartes postales de Montréal (activité de groupe sur réservation)

Tarif : 7 $ par personne

Horaire : Du lundi au dimanche entre 9 h et 21 h (durée : 2 heures)

CinéRobothèque de l’ONF

1564, rue Saint-Denis, Montréal

514 496-6887

www.onf.ca/cinerobotheque

Informations pratiques

Le Centre d’histoire de Montréal, institution muséale municipale, a pour mission de transmettre

une meilleure compréhension de Montréal, de sa diversité culturelle et de ses patrimoines matériels et immatériels.  Par sa démarche participative, il met son expertise au service des citoyens et recueille leurs récits et leurs objets dans le cadre de ses expositions et de ses activités.  Il dévoile comment les Montréalais et Montréalaises ont façonné l’environnement urbain et défini l’identité de la métropole.

À la découverte des quartiers disparus

Des circuits commentés à pieds seront offerts par le Centre d’histoire de Montréal à l’automne

2011 et au printemps 2012 sur trois quartiers disparus de Montréal : le Red light, le Faubourg

à m’lasse et Goose Village.

Le Centre d’histoire de Montréal

335, place D’Youville

Vieux-Montréal (Québec)

Métro Place-d’Armes ou Square-Victoria

Horaire

Du mardi au dimanche

De 10 h à 17 h

Tarification

Adulte 6 $

Étudiant 4 $

Aîné 5 $

Tarifs spéciaux pour les groupes, les détenteurs de la carte Accès Montréal et de la Carte Musées Montréal

Information

514 872-3207

www.ville.montreal.qc.ca/chm

Renseignements médias

André Gauvreau

andregauvreau@ville.montreal.qc.ca

514 872 9385

Légende des 2 photos :

VM94-U124-002_600

Archives de la Ville de Montréal.  Vue aérienne du site déblayé de Radio-Canada, anciennement le Faubourg à m’lasse.

C-290-05

Archives de la Ville de Montréal. Fonds : Terrains de Radio-Canada et démolition des dernières maisons. 11 Décembre 1963.  Bâtiment démoli dans le quadrilatère de Radio-Canada.

Publicités

Agenda 21 : l’avenir de la culture au Québec

9 Juin

1961-2011, cinquante ans du ministère de la Culture

 

Agenda 21 ?

 L’apport de tous est nécessaire pour tisser des liens entre culture et économie, culture et environnement, culture et dimension sociale et ainsi tracer ensemble l’avenir de la culture au Québec.

 L’élaboration d’un Agenda 21 de la culture pour le Québec est une initiative du ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine. Il s’agit de l’action-phare du Plan d’action de développement durable 2009-2013 du Ministère, intitulé Notre culture au cœur du développement durable.

 L’Agenda 21 de la culture sera un cadre de référence qui viendra préciser les principes à respecter et les objectifs à viser pour intégrer pleinement la culture dans le développement durable de la société québécoise. Ce document fondateur donnera l’impulsion au renouvellement de notre approche dans le domaine de la culture. Il permettra d’élargir la perspective et de mettre en évidence le rôle global que la culture peut jouer en tant que levier économique, catalyseur de la créativité, facteur de cohésion sociale et élément constitutif de notre cadre de vie. Cela permettra de repenser les rapports de la culture avec tous les secteurs de la société, et ainsi d’établir les assises d’un nouveau chapitre de la politique culturelle du Québec.

L’Agenda 21 de la culture pour le Québec permettra de :

Renouveler notre compréhension du rôle de la culture;

Créer de nouveaux liens entre différents secteurs de la société;

Reconnaître la culture comme une dimension essentielle du développement de notre société.

 Le lundi 30 mai dernier, le Forum national sur l’avenir de la culture au Québec a dévoilé et mis en débat les premières propositions pour un Agenda 21 de la culture québécois, une initiative du ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine.  La Ville de Montréal suit attentivement l’élaboration de cadre de référence dont les grandes lignes font écho au Plan d’action 2007-2017 – Montréal, métropole culturelle. Fondés sur une démarche participative et transversale, ces deux projets mettent en avant l’accès de tous à la vie culturelle, un rapprochement entre culture et économie et le rôle de culture dans l’amélioration de la qualité du milieu de vie. En somme, l’Agenda21Cpour le Québec comme le Plan d’action montréalais visent à faire de la culture une dimension essentielle du développement durable du territoire.

 Le Forum national a conclu la période de consultations organisée dans l’ensemble du Québec depuis novembre 2010 et qui a réunit plus de 4 000 participants. En ouverture, la ministre, madame Christine St-Pierre a réaffirmé sa volonté de porter le premier Agenda 21 de la culture réalisé par un État provincial et de rassembler tous les secteurs de la société dans l’élaboration de ce cadre de référence.

Les 4 porteurs et 8 relayeurs, qui forment le comité de liaison de l’Agenda21C, ont livré un premier bilan très positif des consultations réalisées auprès de leur milieu respectif (secteur culturel, gens d’affaires, jeunes, travailleurs sociaux, etc.).

 La synthèse des dialogues publics a été étudiée lors de quatre ateliers intitulés :

• art et culture

• culture et économie

• culture et société

• culture et territoire/environnement.

Ces ateliers permettaient de prendre connaissance des 22 objectifs et de la centaine d’engagements synthétisés. 

Des principes fondamentaux ont été rappelés, notamment :

la participation citoyenne (éducation des plus jeunes, médiation culturelle, inclusion de tous, gouvernance créative);

la promotion et la protection de la diversité culturelle (place aux jeunes et à la relève, défense de la langue française, peuples autochtones);

la coopération entre acteurs des territoires (nouvelles solidarités et partage des ressources, mélange de différentes expertises plus en amont des projets, travail en réseau, échanges de bonnes pratiques, etc.).

 Ces discussions alimenteront le projet d’Agenda21Cpour le Québec lancé en septembre 2010 et dont le texte final est prévu à l’automne 2011. À l’heure où le ministère fête ses cinquante années d’action culturelle, l’Agenda21Cest un outil unique pour repenser les fondements du développement global de notre société.

 Ce projet aura un impact sur l’ensemble des agences et ministères du gouvernement et aussi sur ces partenaires dont les villes. Montréal a déjà débuté une plus large réflexion sur l’Agenda 21 de la culture. Elle a adopté l’Agenda 21 de la culture en 2005 et participe à la coordination postérieure de ce texte à titre de vice-présidente de la Commission Culture de l’organisation mondiale Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU). Les agendas 21 de la culture et le Plan d’action Montréal, métropole culturelle 2007-2017 apportent une nouvelle approche de la gouvernance culturelle qui inclue tout les secteurs de la société. Nous vous invitons donc à en prendre connaissance.

 La ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, Mme Christine St-Pierre, a participé avec grand plaisir aux échanges lors du Forum national de l’Agenda 21 de la culture dont le thème était L’avenir de la culture au Québec, un engagement de tous les secteurs de la société. Organisée par l’Institut du Nouveau Monde (INM), cette rencontre, réunissant plus de 200 personnes à Québec, a permis la contribution de gens venant de divers horizons pour s’associer à la définition des grandes orientations d’un Agenda 21 de la culture.

 « Aujourd’hui, avec la tenue du Forum national, nous vivons un moment important alors que nous mettons la table pour un document qui placera les arts et les créateurs au centre d’une démarche tournée vers l’avenir de la culture et le développement durable. La vision commune qui se dégage des discussions des participants de tous les milieux nous permettra de réaliser un cadre de référence qui viendra préciser les principes à respecter et les objectifs à viser pour intégrer pleinement la culture dans le développement durable de la société québécoise », a déclaré la ministre St-Pierre.

 Le Forum national a été l’occasion d’approfondir la réflexion sur l’ensemble des enjeux soulevés au cours des discussions depuis le début de la démarche, mais également de mettre en valeur les éléments qui font consensus. À l’issue du Forum, l’Institut du Nouveau Monde fera rapport à la ministre de la Culture, des Communications et de la Condition féminine pour l’élaboration de l’Agenda 21 de la culture. Ce dernier sera dévoilé l’automne prochain avant une mise en œuvre dans les mois qui suivront.

 « Sans présumer du résultat final, nous pouvons déjà dire que notre projet d’Agenda 21 de la culture (A21C)  proposera de donner une place prépondérante aux arts et à la création comme vecteur du développement de notre société. Quelques grands thèmes font consensus tels que le renforcement des liens entre culture et éducation, la participation citoyenne, le respect de la diversité culturelle, le dialogue interculturel et les questions concernant l’identité, l’enracinement et la cohésion sociale », a ajouté la ministre.

Une participation citoyenne au-delà de nos attentes

 Depuis novembre dernier, plusieurs activités organisées à travers le Québec, tels que la tournée de Dialogue, le forum interministériel ainsi que les Cafés culture sur l’Agenda21C ont permis la participation de près de 4 000 personnes. Ces périodes d’échanges ainsi que les tribunes dans les médias sociaux visaient à enrichir les discussions et les réflexions sur le rôle de la culture dans le développement de notre société. Le Forum national vient clore la première étape de la démarche menant vers un Agenda 21 de la culture.

 Rappelons que la démarche d’élaboration d’un Agenda 21 de la culture, lancée en septembre dernier, est une initiative du ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, qui a pour objectif principal de faire reconnaître la culture comme dimension essentielle du développement durable de la société québécoise. Ce projet est l’action-phare du Plan d’action de développement durable 2009-2013 du Ministère, intitulé Notre culture au cœur du développement durable. Il s’agit d’une démarche participative qui fait appel à tous les secteurs de la société pour dresser un portrait de ce que représente la culture aujourd’hui, en faisant ressortir des liens entre culture et environnement, culture et économie, culture et dimension sociale, et ainsi penser la culture de demain.

 «  La culture revêt une importance majeure au cœur de notre société. Il est indispensable de manifester publiquement ce qu’elle représente pour nous et de tracer ensemble son avenir. Je remercie tous ceux et celles qui ont participé aux discussions et aux échanges au cours des derniers mois, leur contribution nous a été précieuse. Je tiens également à souligner l’effort des membres du comité de liaison, composé de personnes profondément engagées dans divers secteurs de la société, qui a mené avec brio la démarche en insistant sur la place importante des artistes et des créateurs », a conclu la ministre St-Pierre.

Yves ALAVO

Membres du Comité de liaison de l’Agenda 21 de la culture pour le Québec

Les porteurs de vision :

 M. Simon Brault, président fondateur de Culture Montréal

M. Karel Mayrand, directeur pour le Québec de la Fondation Suzuki

M. Christian Paire, directeur général du Centre hospitalier de l’Université de Montréal

Mme Françoise Bertrand, présidente-directrice générale de la Fédération des chambres de commerce du Québec

Les relayeurs :

 Mme Louise Sicuro, présidente-directrice générale de Culture pour tous

Mme Amélie Vaillancourt, cofondatrice du Forum U40 Amériques

Mme Véronique Guèvremont, professeur et chercheuse, Faculté de droit, Université Laval

Mme Solange Drouin, coprésidente de la Coalition pour la diversité culturelle et directrice générale de l’Association québécoise de l’industrie du disque, du spectacle et de la vidéo

M. René Derouin, artiste en arts visuels

M. Michel Côté, directeur général du Musée de la civilisation

M. Jean Fortin, président de l’Union des municipalités du Québec et co-président de Les arts et la ville

M. Gilles Moisan, Chambre de commerce de Québec

http://www.agenda21c.gouv.qc.ca/une-demarche-collective/

Les festivals et événements culturels de juin :

5e Festival TransAmériques : http://www.fta.qc.ca/

Jusqu’au 11 juin

21e Festival Fringe : http://www.montrealfringe.ca/

Jusqu’au 19 juin

11e Festival Suoni Per Il Popolo : http://www.casadelpopolo.com/contents/node/101

Jusqu’au 25 juin

23es FrancoFolies de Montréal : http://www.francofolies.com/default-fr.aspx

Jusqu’au 18 juin

4e Festival de théâtre de rue de Lachine : http://www.theatrederue.com/

Du 23 au 25 juin

9e Festival Montréal Baroque : http://www.montrealbaroque.com/index.php?vMenu=54&vLangue=fr

Du 23 au 26 juin

Pour suivre au quotidien la vie du QDS :

http://www.quartierdesspectacles.com/