Archive | mars, 2012

HASSANE AMRAOUI, PEINTRE ET UNIVERSEL PROPHÈTE

14 Mar

 

Au cours des deux dernières décennies, cet artiste prolifique au talent exceptionnel crée et expose, en solo ou en collectif, dans les lieux les plus prestigieux en Afrique du Nord (Algérie et Tunisie surtout), en Europe (France) ailleurs sur le continent mère Afrique (en 2007, il a participé à une exposition collective à Libreville au Gabon) et aussi, ces quatre dernières années, il est présent sur la scène culturelle montréalaise. Il est parmi les professionnels les plus remarqués de Diversité artistique Montréal (DAM) sous l’égide du Conseil des arts de Montréal (CAM).  Il est engagé dans la promotion du langage pictural ancestral des arts premiers jaillis de la culture Amazigh ou Berbère, fondatrice d’une expression artistique ancienne originaire du bassin méditerranéen.

 

 

Fort de cet enracinement dans les traditions profondes d’une culture transversale qui a inspiré les arts de la Renaissance et s’est mariée aux expressions arabo-berbères et négro-africaines, formé aux techniques modernes et confronté aux expressions universelles tant en peinture que dans tous les arts visuels, Hassane Amraoui s’est imposé par la qualité de ses œuvres. À Montréal, Hassane Amraoui s’est vite mis au diapason d’un mouvement culturel en mutation marqué du sceau de la diversité des expressions culturelles et des pratiques artistiques professionnelles nouvelles qui en résultent.

 

 

Il a pris part à la 6e exposition du Collectif Bain Mathieu en 2008. Hassane Amraoui a aussi présenté une exposition solo, intitulée Où va le monde?, à la galerie Crescent Contemporain toujours à Montréal en 2006. Hassane Amraoui a réalisé dans son pays d’origine, l’Algérie, plusieurs fresques mesurant entre 15 et40 m dans des grottes et sur des rochers. Entre 1997 et 2005, Hassane Amraoui a exposé dans la plupart des grandes galeries tunisiennes et algériennes, de même qu’à l’Hôtel de ville de Paris (2001).

 

 

 

Ses œuvres sont exposés dans différents lieux publics (édifices, hôtels, banques) dont notamment le Musée de l’Hôtel Hasdrubal prestige a Djerba. On retrouve aussi de ses œuvres dans différentes collections en Europe et dans le monde arabe dont des tableaux acquis par la commission d’achat des artistes tunisiens pour la Collection de l’État.

 

Diplôme en arts de l’École nationale de Batna (Algérie) et de l’École supérieure des Beaux-arts d’Alger (Algérie). Formation en photographie à la Maison de la presse d’Alger. Il a aussi suivi de nombreuses formations et participé à des ateliers de perfectionnement technique, administratif en Europe et au Canada.

 

 

Au cours de l’automne 2012, octobre et novembre, une exposition spéciale (à la Chapelle historique du Bon Pasteur), à la fois tentative de rétrospective et de prospective, permettra aux experts, aux collectionneurs, aux artistes, critiques, amateurs et au grand public, de participer à une expérience d’immersion avec un accès sensoriel multidimensionnel aux œuvres de Hassane Amraoui.  Cette occasion très particulière devrait, aussi, nous donner à baigner dans l’univers d’un autre artiste, Vasil Nikov sculpteur.  L’espace offrira une intégration croisée de mondes conçus de cultures différentes qui font émerger, par leur enracinement et la force de l’ouverture créatrice, une fécondité nouvelle qui confère à Montréal, sa vocation de première métropole culturelle internationale des Amériques. C’est Mehdi Benboubakeur qui devrait en assurer la direction artistique.

 

 

 

 

 

 

 

 

Fiche synthèse :

 

Depuis 20 ans, cet artiste prolifique au talent exceptionnel crée et expose, en solo ou en collectif, dans les lieux les plus prestigieux en Afrique du Nord (Algérie et Tunisie surtout), en Europe (France) ailleurs dans le monde.  Hassane Amraoui « est engagé dans la promotion du langage pictural ancestral des Arts Premiers jaillis de la culture Amazigh ou Berbère, fondatrice d’une expression artistique ancienne originaire du bassin méditerranéen. Fort de cet enracinement dans les traditions profondes d’une culture transversale qui a inspiré les arts de la Renaissance et s’est mariée aux expressions arabo-berbères et négro-africaines».

 

Nous pouvons dire, que la plupart des critiques ou que les observateurs spécialistes en art visuel, journalistes ou écrivains des rubriques artistiques des supports spécialisés, aujourd’hui, en occident, ont encore peu de moyens de percevoir, d’appréhender et encore moins d’analyser une œuvre aussi complexe et si riche en ferment d’innovation, de créativité et qui remets en cause les critères et les dogmes existants de l’esthétique contemporaine.  Je vous souhaite le bonheur et la grâce de vivre l’expérience, un jour d’entrer et de vous laisser imprégner par la grâce qui émane de l’atelier de Hassane Amraoui.  Il est  au fameux 2065, de la rue Parthenais, au 3e étage (303A), des immeubles Grover, par excellence, lieu des ateliers d’artistes et de nombreuses agences de publicité, de design.

 

 

 

Allez voir ses œuvres uniques de texture, au pouvoir suggestif immense et qui sont authentiquement prophétiques.  En effet, Hassane Amraoui a été le précurseur du Printemps de l’Orient et du Moyen-Orient (œuvres de 2007 ou de 2957 selon le calendrier Berbère).  Cette révolution qui en 2011 a  balayé les dictatures et se poursuit pour éradiquer le régime sanguinaire de Bachar El Assad de la Syrie, il l’a décrit en plusieurs œuvres magnifiques, explicites et si belles de couleurs et d’évocation avec le .com sur l’œuvre exposée avant la Révolution.  Nous sommes en 2962 de l’ère Tamazigh, calendrier Berbère (12 yennayer, 12 janvier, Nouvel an berbère). Une histoire qui remonte à 10 000 ans avant Jésus-Christ. L’histoire y a des contenus de création et de production.  Dans cette perspective, en ce qui concerne cette œuvre si complexe et pourtant d’une fraîche adhésion à nos esprits, nous sommes convaincu désormais que l’artiste Amraoui a cet avantage spatial et temporel dans cette kinesthésique de l’avènement, dans le processus de la mise au monde métaphysique des œuvres.  Un avantage qui donne à l’artiste, à ses créations, un caractère innovant décisif.

 

Je recommande, pour les visionnaires, les collectionneurs sérieux qui savent gérer l’avant-garde, de bénéficier de la découverte des œuvres et créations de l’artiste total Hassane Amraoui.  Artiste hors cadre, il est pionnier, au XXIe siècle, ses œuvres actuelles le confirment, de l’art de la mondialité, comme l’a si bien documenté Richard Conte dans un article de septembre 2011.

 

http://www.artslant.com/global/artists/show/52493-hassane-amraoui

 

 Par Yves ALAVO

Découvrez plusieurs de ses œuvres :

 

http://www.artslant.com/global/artists/show/52493-hassane-amraoui?tab=ARTWORKS

 

Une œuvre (La tribu du soleil) de Hassane Amraoui a été sélectionnée en 2009 pour le prix du concours interculturel de Montréal, prix Abe-Limonchik.  En 2010 le prix du concours d’affiche du Festival PanAfrica International (Vues d’Afrique) à Montréal et une exposition présentée dans le cadre du Mois de l’histoire des Noirs à l’édifice Gaston- Miron du Conseil des arts de Montréal.

Courriel : amraoui.hassane@gmail.com

 

Publicités

FRANÇOIS HOLLANDE PASSIONNÉ ET ENGAGÉ POUR CHANGER LA FRANCE

6 Mar

J’ai été investi le 22 octobre dernier comme candidat du Parti socialiste et des Radicaux de gauche pour l’élection présidentielle de 2012.

 

Je souhaite partager avec vous quelques moments forts du parcours qui ont fait de moi ce que je suis. Je suis né à Rouen en 1954 et lorsqu’à 10 ans j’ai découvert la politique par la télévision, il n’y avait encore qu’une seule chaîne. A cette époque, les Français s’interrompaient pour regarder le général De Gaulle, dont les gestes menaçaient à chaque instant de sortir du cadre, et découvraient un jeune parlementaire au talent prometteur, François Mitterrand.

Mon père était médecin et ma mère assistante sociale. D’eux, j’ai appris l’attention que l’on doit porter aux autres.

A l’Institut d’études politiques de Paris, j’ai découvert la passion de l’engagement militant dans le syndicalisme étudiant. Jeune homme de gauche, j’avais envie d’être utile au camp que j’identifiais comme celui de la justice, du progrès, de l’innovation et de la liberté. Je nourrissais l’ambition à travers mes études – d’abord économiques à HEC, puis à l’ENA – de mettre mes compétences au service d’une gauche tenue à l’écart du pouvoir depuis 1958. A l »ENA, je milite pour une réforme démocratique de cette institution.

 

 

C’est tout naturellement que j’ai rejoint le parti socialiste en 1979. Repéré par Jacques Attali, je rédigeais des notes économiques pour celui qui allait devenir, deux ans plus tard, le premier président socialiste sous la Vème République. Le service de l’Etat, de la République, la lutte contre les injustices n’ont jamais cessé de rythmer mon existence.

De 1981, je conserve deux souvenirs : celui d’une magnifique victoire, celle du 10 mai, et celle d’une défaite, la mienne, aux législatives qui ont suivi, à Ussel en Corrèze, face à  Jacques Chirac. Commence alors ce long combat face à l’ancien Président de la République. Sans doute n’imagine-t-il pas que non seulement je ferai basculer son département à gauche, que j’y ferai ma terre d’élection, le lieu de ma légitimité, mais qu’en plus je deviendrai son premier opposant à partir de 2002 comme Premier secrétaire du Parti socialiste.  En Corrèze, dans cette région rude et généreuse la confiance se mérite. Il y a  toujours à apprendre  d’une apostrophe sur le marché  de Tulle. Comment agir, animer, conduire un pays dont on ne reconnaîtrait pas la diversité ? Comment être le président des Français sans les aimer, sans connaître leur histoire, sans entendre la respiration profonde du pays ?

 

 

J’ai rejoint l’Elysée en 1981, puis dirigé le cabinet de Max Gallo  dans le gouvernement de Pierre Mauroy.

Je suis socialiste. Depuis toujours. Je n’ai jamais aimé les batailles de courants et n’en ai jamais constitué moi-même. On me décrit comme un inlassable chercheur de synthèses. Je ne m’en défends pas.

 

 

 

Aujourd’hui, le mot est connoté, on lui préfère celui d’unanimité. L’essentiel, c’est que le sens demeure. Les socialistes ne sont forts que s’ils sont unis, la gauche n’est victorieuse que si elle accepte de prendre la meilleure part de chacune de ses composantes.

C’est cette règle que je me suis appliquée lorsque je suis devenu Premier secrétaire en 1997. Durant ces onze années à la tête de mon parti, quels qu’eurent été les enjeux, dans la victoire comme dans la difficulté, je ne me suis jamais laissé détourner de mon devoir. La ténacité, l’abnégation, la volonté, sont autant de vertus que j’ai développées durant cette mission. J’ai été associé par Lionel Jospin à toutes les décisions de la gauche plurielle. Chaque semaine, nous nous sommes rencontrés pour les grands arbitrages. Nous avons ouvert de nouveaux droits,  fait reculer le chômage, consolidé la croissance. Tout n’a pas été parfait, nous n’avons pas toujours su nous faire comprendre. La défaite du 21 avril 2002 a été cruelle.

 

 

 

Il a ensuite fallu reconstruire. Tenir la barre. Je m’y suis attelé avec mes amis. Au moment où tous les regards se tournaient vers la « troisième voie » de Tony Blair ou Gerhard Schröder, j’ai défendu l’originalité des socialistes français. Lorsque la tentation du repli protestataire gagnait les esprits, j’ai maintenu le cap. J’aime à penser que c’est grâce à ce travail qu’en 2004, la gauche a remporté 20 des 22 régions de métropole et la Guadeloupe ; grâce à cette rénovation qu’une majorité de départements a, la même année, basculé dans le camp de la gauche ; grâce à notre remobilisation que le PS a connu son meilleur score lors d’élections européennes. Et lorsque le PS s’est déchiré en 2005, j’ai maintenu l’unité sans laquelle toute espérance d’une victoire en 2007 se serait définitivement évanouie.

Ségolène Royal a été désignée pour nous représenter. J’ai accompagné sa campagne comme Premier secrétaire.

En 2008 nous avons gagné les élections municipales. Le parti socialiste s’est ensuite déchiré au congrès de Reims… Puis est venu le temps de la réconciliation.

Pour ma part, après avoir si souvent porté la parole collective, j’ai voulu faire entendre une parole singulière. J’ai travaillé, rencontré, écouté.

 

 

 

 

Le défi que représente ma candidature à l’élection  présidentielle, le plus important de toute ma vie, je le relèverai avec vous, avec les forces que j’ai développées durant ces années. Je le relèverai avec les valeurs, les croyances, celles qui, dans le for de ma conscience ont guidé mon chemin et m’ont conduit à défendre nos valeurs lors de l’élection présidentielle.

Une majorité de Français attend maintenant le changement.

Je veux porter avec eux, avec vous, mon projet pour la France.

 

François Hollande

 

LUNDI 5 MARS 2012 :

François Hollande se déplace lundi 5 mars à Nancy et Saint-Dié sur le thème de l’enseignement supérieur. Il finira la journée par un grand rassemblement public.

MARDI 6 MARS 2012 :

François Hollande sera présent au rassemblement Parole de femmes – ESG, 25 rue St Amboise

MERCREDI 7  MARS 2012 :  

François Hollande est l’invité de la matinale d’Europe 1

François Hollande accueille à 11h les conseillers élus de l’Assemblée des Français à l’étranger à local de campagne.

François Hollande sera présent à la soirée Féministes en mouvement à La Cigale.

JEUDI 8 MARS 2012 :

Journée internationale de lutte pour le droit des femmes: François Hollande tiendra un grand meeting à Reims

VENDREDI 9 MARS 2012 :

Déplacement en Pologne.