Archive | décembre, 2012

2012 in review. Revue 2012

30 Déc

Les lutins statisticiens chez WordPress.com ont préparé un rapport annuel 2012 pour ce blog.

Voici un extrait :

600 personnes ont atteint le sommet du Mont Everest en 2012. Ce blog a reçu environ 3 500 vues in 2012. Si chaque personne ayant atteint le somment de l’Everest visitait ce blog, il aurait fallut 6 and pour atteindre autant de vues.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.

Publicités

WESLI BAND, L’ARTISTE UNIVERSEL ET ENRACINÉ

13 Déc

Wesli, guitare

Wesli a en moins de dix ans, sous toutes les latitudes, créé et mis au monde une musique, partagé avec des instrumentistes, des musiciens avec qui il formé de nombreuses et variables formations.  Au coeur de son art, une vision qui dit que le langage de la musique est universel.  Wesli n’est pas du style à être mis sous étiquette.  Il impose un talent qui défie les espaces cloisonnés, les stéréotypes, maîtrise instrumental, puissance de son écriture et exécution riche et inspirée, avec les sections rythmiques, mélodiques et aussi à vent, sont intégrées avec génie.

Sur son site tous les renseignements pour le joindre :

http://www.wesliband.com/FR/index.html#/NEWS

 

En janvier 2012, Mundial a mis son premier spectacle sur la route à destination de New York, pour qu’il soit montré à APAP. Le spectacle a été tenu au légendaire Living Room dans le Lower East Side. On a pu y entendre d’exceptionnelles performances de la part de Wesli Band, Juan Sebastian Larobina, Marco Calliari, and Kobo Town.Gardez les yeux ouvert pour plus de vitrines Mundial sur la Route… ça va être mondial!

 

 

 

Wesli sous les projecteurs

Wesli en spectacle

LE RÔLE DU QUÉBEC DANS LA FRANCOPHONIE

12 Déc

La nouvelle dynamique

07-AMRAOUI _ Révolte _Huile sur toile-76X152CM

Le 14e Sommet de la francophonie qui vient de se tenir à Kinshasa, en RDC, au cours des derniers jours, marque indéniablement la fin d’une époque et impose que nous soyons créatifs pour tracer les contours d’une toute nouvelle dynamique : axiomes redéfinis de coopération et de concertation, cohérence politique au profit de la société civile et du bien commun des peuples, coordination active en matière de culture et d’échanges commerciaux.

Le passage du président François Hollande à Dakar (ville phare et courroie entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques) ainsi que le ton et le contenu de son discours (et sa visite du mémorial de l’île de Gorée), avant d’arriver à Kinshasa, a donné le ton à cette rencontre périodique des dirigeants des principaux États et des représentants élus des nations qui ont en commun langue, histoire et projets en francophonie.

le 14 avril lors du Gala Vision et inspiration

Photo Yves Koffi, professionnel de réputation international

Maka Kotto ministre de la culture et des communications

Il est aussi extraordinaire d’observer combien Mme Pauline Marois, accompagnée du ministre responsable des relations internationales et de la francophonie, M. Jean-François Lisée, combien la première ministre du Québec a réussi avec brio son premier test sur la scène internationale.

Plus près du sujet de notre intervention, Kinshasa va signer la pose d’un jalon important, sous le signe du changement, dans le contenu et dans les formes des relations profondes qui se tissent depuis un demi siècle entre les principaux intervenants de la planète francophone.

Repositionnement collégial

Sans mélancolie ni lyrisme, il est important d’avoir en fond d’écran de réflexion les principes que les fondateurs (Léopold Sédar Senghor, Hamani Diori, Habib Bourguiba) et les actions que leurs héritiers jusqu’à nos jours, ont défendues et qui permettent désormais à la langue, à la culture et aux espaces francophones sur tous les continents d’exister et mieux, de trouver un souffle nouveau.

Dans un contexte passé du bipolaire (zones d’influence) au multipolaire (idéologique), dans un monde qui se décompose et se recompose au rythme des bonds technologiques et des initiatives de plus en plus confectionnées par les nouvelles générations issues des bassins d’innovation qui germent depuis bientôt dix ans dans les grandes métropoles multiculturelles et en majeure partie dans les espaces émergents, la francophonie a une vocation nouvelle à créer et des moyens stratégiques à inventer.

DSC_3112

La francophonie est multiple : communauté de culture et d’esprit, confédération constituée sur une logique d’échanges et de partage des valeurs d’égalité, des pratiques de solidarité et de démocratie, fiducie commune enracinée dans les sociétés traditionnelles et modernes à la fois, mais aussi la francophonie incarne l’idée d’une société ouverte sur le monde au sein duquel elle joue un rôle stabilisateur et souvent créatif.

Plus spécifiquement, la redéfinition des axiomes en matière de coopération, de concertation et d’action politique, au sein des instances de la francophonie, est un processus au sein duquel les forces en présence, elles-mêmes, se repositionnent ou devraient le faire.  Le centre de décision dans l’univers de la praxis et sur les axes de réflexion, en francophonie, n’est plus motivé, ne sera plus dirigé ni impulsé depuis la France seulement, mais déjà et dorénavant, il est de plus en plus le fait de la collégialité.

Dans cette configuration nouvelle, l’histoire de nos cycles politiques, place le Québec en excellente posture.  Au cours de la période transitoire que nous vivons entre le Sommet qui vient de s’achever au Congo dit démocratique et le prochain qui aura lieu à Dakar, Sénégal, en 2014, les chantiers sont nombreux.  Cette période est propice pour les nouvelles propositions et pour le redressement dans la gestion des opérations ainsi que dans le redéploiement, dans l’octroi et dans la distribution des ressources financières et des ressources humaines.  Pour l’avènement et la réussite de ce nouvel élan, Québec a une carte spécifique à jouer : reprise et plein exercice de ses responsabilités.

DSC_7667 Yves et Maka, vendredi 26 octobre 2012.

Dans la foulée et la mise en action d’un processus nouveau de transactions au sein de la francophonie (création de l’Agence québécoise de coopération internationale), de la part des opérateurs et des bénéficiaires, du côté des dirigeants et de celui des populations à la base; des changements se précisent qui devront être effectués.  Le Québec a une place privilégiée à occuper car son action sera déterminante dans l’aboutissement et dans la mise en vigueur d’une dynamique nouvelle et salvatrice pour la francophonie universelle.

Nouveaux mobiles idéologiques en matière de coopération multilatérale, saisie et traduction dans les réalités nationales et régionales des dimensions politiques au sein des champs collectifs d’avenir à valoriser que demeurent l’éducation, la vie internationale y compris la stratégie géopolitique des zones d’influences socioéconomiques et philosophiques, la culture, la défense et l’expansion des technologies dans l’économie et le développement durables.

Tels nous apparaissent aujourd’hui, de manière sommaire, les défis immédiats qui s’offrent au gouvernement du Québec dans un secteur spécifique où son action est attendue. Au cœur de l’ensemble polyphonique international, le Québec a la responsabilité de sa propre partition à écrire et à jouer.


GROUPE

Yves ALAVO

Écrivain et poète

LE PETIT LEXIQUE DE L’ÉCONOMIE SOCIALE AU COLLÈGE AHUNTSIC

12 Déc

Le Petit lexique de l’économie sociale, mené par le Collectif de l’innovation sociale duCollège Ahuntsic, est un outil entièrement dédié à la terminologie du secteur de l’économie sociale et des coopératives.

La publication, lancée il y a quelques jours dans le cadre de l’Année internationale des coopératives, vise à faire la promotion de l’économie sociale ainsi qu’à un « rapprochement » avec ces entreprises. Présentant 25 mots ou concepts, ainsi que diverses informations relatives au milieu, ce lexique s’adresse à toute personne « souhaitant se familiariser ou s’initier à ce secteur« , indique Paule Mauffette, qui a assuré la direction de l’ouvrage. Des termes tels que entreprise d’économie sociale, microcrédit, gouvernance et trop-perçu y sont définis.

« L’économie sociale fait partie de la structure socio-économique du Québec depuis plus d’un siècle et, pourtant, elle est encore peu connue et reconnue, peut-on lire dans la préface de Nancy Neamtan, présidente du Chantier de l’économie sociale. Ce lexique constitue une contribution intéressante au défi de changer la logique économique. Pour y arriver, il faut pouvoir sortir du discours classique des économistes qui associent trop souvent la réussite économique aux valeurs des actions en bourse. »

L’ouvrage ne se prétend pas exhaustif. « ll reste encore plusieurs autres termes d’économie sociale à définir, dit Paule Mauffette. Il existe quelques grands dictionnaires de l’économie sociale mais notre Petit Lexique est unique. En effet, il permet de saisir rapidement tout en s’amusant les contours d’une réalité québécoise. »

Le collectif de l’innovation sociale du Collège Ahuntsic, né plus tôt cette année, rassemble notamment des enseignants de divers secteurs du Collège et des membres de l’administration. Le lexique est disponible gratuitement auprès du Collège Ahuntsic.

Vanessa Hauguel

http://novae.ca/actualites/2012-12/un-guide-de-l%E2%80%99economie-sociale