Archive | Afrique de l’Ouest RSS feed for this section

Musiques africaines et modernité : 30 ans de Nuits d’Afrique 2016 par Alain Brunet de La Presse

30 Juil

Samedi 30 juillet 2016 | Toutes mes Nuits d’Afrique

Les commentaires de ALAIN BRUNET suivis de Poèmes de YVES ALAVO.

Sauf dimanche (parce que retenu par une urgence réno), je suis sorti tous les soirs aux Nuits d’Afrique. Je dois maintenant mettre le cap sur MEG Montréal et Osheaga. Voici donc, grosso modo, mes 30e Nuits d’Afrique. Et les vôtres ? Que pensez-vous de cette présentation 2016 ?

VaudouGame__PeterGraham

Vaudou Game /crédit photo : Peter Graham pour les Nuits d’Afrique

Annoncé comme une révélation du circuit world de l’Europe, Vaudou Game a donné un bon spectacle. Le chanteur togolais était assez fort pour prendre tout le plancher. Il a bien formé son groupe lyonnais au “call & response” inhérent aux traditions auxquelles il faisait référence et plongeait dans une potion d’afro-beat, vieux JB fhttp://blogues.lapresse.ca/brunet/wp-admin/themes.phpunk, ethio-jazz. Groove vintage à souhait, l’addition des variante a produit quelque chose de frais. Pour faire la différence entre un bon spectacle et une performance mémorable, il faudrait toutefois une exécution instrumentale supérieure à ce qu’on a vu et entendu. On peut quand même parler d’une réussite.

RachidTaha_M.Belmellat

Rachid Taha / crédit photo : M Belmellat pour les nuits d’Afrique

Rachid Taha a 57 ans, il reste fidèle à lui-même. Bon rock maghrébin, irrévérence des libre penseurs, sens critique, esprit rebelle. L’Algérien et résidant de France demeure un grand artiste, pilier de la modernisation de l’expression musicale maghrébine. Très créatif, visionnaire, toujours dans la coche… jusqu’au tournant de cette décennie? Mercredi dernier, en tout cas, ce fut bien fait mais on a senti l’usure du temps. Très bons musiciens, belle acquisition que celle de Yann Péchin, ex lead-guit chez Bashung, mais… Rachid Taha pourra-t-il encore rebondir et relancer sa proposition? On lui souhaite de ne pas trop s’esquinter la santé et de garder l’esprit ouvert. De belles choses pourraient encore se produire.

elida_almeida_©ElaineGraham

Elida Almeida / crédit photo: Elaine Graham

Elida Almeida serait la nouvelle étoile du Cap-Vert. Elle n’a pas 30 ans et maîtrise très bien tous les fondements d’une culture populaire riche depuis longtemps. Mais voilà, son approche aurait pu être pratiquement la même il y a 30 ans. Très belle présence, mais un accompagnement passéiste pour ne pas dire suranné. On aurait bien aimé si l’on n’avait jamais entendu la musique populaire cap-verdienne, ou encore si l’on apprécie de telles musiques populaires exécutées dans les règles de l’art. On imagine en revanche que des jeunes gens valorisent ce genres de son dans les coins reculés de l’archipel d’où elle provient. Ici? Beaucoup moins évident. Un auditoire plus âgé aimera beaucoup, remarquez.

_DSC1445

Inna Modja / crédit photo M. Belmellat

Inna Modja a déjà été une star de la FM, le temps de son album Love Revolution. Aux Nuits d’Afrique, elle a présenté sa métamorphose. Nous en sommes aux performances africaines en phase avec la culture électro / hip hop. Avec synthés analogiques et attirail numérique en parfaite cohésion avec le jeu d’un multi-instrumentiste (guitare, ngoni, tama) typique de la grande musique malienne. Des images très contrastées du Mali actuel nous sont balancées en direct. Quant à la performance de la soliste, elle était soit timorée ou mal sonorisée au départ, mais l’exécution et la puissance vocale ont pris du mieux au fur et à mesure que le spectacle s’est déployé. Très belle soirée avec Inna Modja.

Beto_AndréRival

Beto / crédit photo: André Rival

Le set de Canicule Tropicale et Beto à la Sala Rossa fut très réussi. Franchement, on avait le sentiment d’ouvrir le coffre d’un trésor, et de contempler des joyaux panaméens et colombiens de différentes époques, des années 40 aux années 70. Encore là, ç’aurait pu être austère pour un plancher de danse un samedi soir. Aucunement ! Les enchaînements de grooves étaient tout simplement excellents, irrésistibles pour les danseurs. Quant au tandem Canicule Tropicale, il ne nous a pas laissé en reste. Fort bien préparé à cette rencontre avec l’un des très bons DJ du label Soundway.

ManuDibango_M.Belmellat

Manu Dibango / crédit photo: M. Belmellat

Je n’ai assisté qu’à une partie de la soirée de la relève présentée par Manu Dibango, j’ai trouvé sympathique la séquence du saxophoniste et chanteur passée avec le groupe gagnant du Syli d’or 2016 aux Nuits d’Afrique, Proyecto Iré, sous la gouverne du chanteur Oscar Fuentes et du claviériste Yoel Diaz. Grand-père Manu a sagement choisi de jouer mollo, j’ai été quand même étonné de la qualité de son timbre au saxo… et aussi de sa forme.

MexicanInstituteOfSound__ThomasSchmitt

Mexican Institute of Sound / crédit photo : Thomas Schmitt

Au Parterre du Quartier des spectacles, j’ai pu assister au concert de l’Institut mexicain du son, power synth trio de Camilo Lara. On pouvait mieux comprendre sur scène le rapport entre son affinité avec le punk rock et la cumbia… qui se traduit en une sorte de synth cumbia rock assez sympa, le tout assorti de vidéos efficaces, très inspirées des arts traditionnels mexicains, dont certains pré-colombiens. Indice d’octane élevé, des formes musicales simples et corrosives. Je préfère personnellement la plus grande diversité sonore du Institudo Mexicano del Sonido à travers ses albums. Cela me semble plus électro, plus latin et plus riche musicalement.

DabyTouré_PeterGraham

Daby Touré / crédit photo: Peter Graham

J’ai passé la soirée de mercredi au Balattou, pour voir et entendre ce Daby Touré, qu’on suit depuis la fin des années 90, qui a tourné en première partie du Still Growin’ Up Tour de Peter Gabriel en 2004. Le mec est venu avec formation au FIJM, je n’en ai entendu que du bien. Il revenait aux Nuits d’Afrique seul, à la rencontre de musiciens locaux (violoncelle, percussions, basse, etc.) pour présenter deux sets à bâtons rompus. C’était plutôt bien, mais j’aurais préféré avec son propre groupe.

C’est d’ailleurs un problème récurrent à ce festival, trop souvent, des groupes d’accompagnements ne sont pas à la hauteur des artistes privés de leurs musiciens réguliers. Trop souvent, ces musiciens ne servent pas adéquatement les artistes invités, ce n’est pas leur faute, c’est un problème d’économie de bout de chandelle qui ne sert personne au bout du compte. Pourquoi, par exemple, les artistes révélations des Nuits d’Afrique ne chantent-il pas avec leurs formations respectives?

La mouvance africaine d’aujourd’hui

En dernier lieu, j’ai croisé pas mal de monde parmi les spectateurs et observateurs qui se montraient critiques sur la question du décalage des Nuits d’Afrique par rapport à l’Afrique réelle d’aujourd’hui. Non pas que les tendances invitées n’y soient pas légitimes mais que plusieurs réalités musicales urbaines d’Afrique pourraient être mises en lumière sans trop de retard.

Au Nigeria, au Ghana, en Afrique du Sud et en Angola, il se passe des choses. Dans les Antilles, dans les capitales occidentales, sur les côtes tropicales de l’Amérique du Sud, la mutation s’opère. Plus d’électro, plus de hip hop, plus de jazz, plus de soul / R&B, tous ces influx circulent dans une part congrue de musiques africaines en 2016. Sans se renier, les civilisations africaines ne font pas exception à cette universalisation de l’expression culturelle, en l’occurrence musicale. Elles peuvent fort bien préserver leurs acquis tout en actualisation la donne en prenant part au festin planétaire.

Il faudra entendre tout ça à Montréal. Aux Nuits d’Afrique ou ailleurs. On se souhaite de combler le décalage… au plus tard l’an prochain.

Luc_Marchessault
  • « Plus d’électro, plus de hip hop, plus de jazz, plus de soul / R&B, tous ces influx circulent dans une part congrue de musiques africaines en 2016. Sans se renier, les civilisations africaines ne font pas exception à cette universalisation de l’expression culturelle, en l’occurrence musicale. »

    D’accord avec tout ça, mais je remplacerais « universalisation » par « américanisation ».

    « Au Nigeria, au Ghana, en Afrique du Sud et en Angola, il se passe des choses. Dans les Antilles, dans les capitales occidentales, sur les côtes tropicales de l’Amérique du Sud, la mutation s’opère. »

    Les pays d’Afrique susmentionnés débordent du territoire de dépistage habituel de Nuits d’Afrique, soit l’Afrique franco. Me semble que les exceptions sont assez rares, non? Des Sierra Leone’s Refugee All Stars à l’occasion, et quelques incontournables comme fiston Kuti et Miriam Makeba au fil des décennies. Même chose pour les Antilles, dont Nuits d’Afrique exploite surtout la portion franco. Pour ce qui est des percées de dépistage en Amérique centrale et du Sud, hispano et luso, c’est un gros tant mieux. De fait, je regrette de ne pas être allé voir et entendre les représentants de l’Institut mexicain du son. Sur disque, entécas, ça torche assez.

    Ce qu’avançait joshtwo dans le billet précédent :

    « La musique populaire dans la plupart des pays du monde n’a rien de folklorique, mais c’est pas ça qu’on entend à Nuits d’Afrique ni dans plusieurs festivals du réseau world music qui perpétue une vision passéiste de la musique. Ou en tous cas, qui n’équilibre vraiment pas le portrait. »

    Votre réaction :

    « Mexican Institute of Sound, Vaudou Game, Inna Modja, le DJ set de Beto, Yael Naim, Rachid Taha… on est pas mal loin du folklore! L’image des Nuits d’Afrique est à refaire, faut croire, n’est-cela josh two? 😉 Beaucoup de monde croit encore que ce festival est destiné aux vieux trippeux de folklores non occidentaux. Il y a encore une part de ce festival qui est comme ça, mais une autre part n’a rien à voir avec le folklore et les musiques traditionnelles. »

    Et une partie de la mienne :

    « Sinon, la “vraie musique“ d’une région donnée devrait consister en pastiches locaux de ce qui bourdonne au sommet des palmarès occidentaux? »

    Comme un Drake ghanéen, une Beyoncé nigériane, une Sia argentine, un The Weeknd zambien, une PJ Harvey des Îles Vierges américaines, des Arcade Fire angolais, un Kanye paraguayen. Manquerait juste Elvis Wong.

    @luc

    Vrai, l’Afrique francophone est sur-représentée dans le contexte où le renouveau africain se passe surtout dans les pays anciennement colonisés par les Brits, Portugais ou Hollandais. Les Nuits d’Afrique ont toujours eu une préférence claire pour les pays de l’Afrique franco -Lamine Touré, le fondateur du Balattou et des Nuits d’Afrique, est Guinéen; ancien danseur du Ballet National, il est très attaché aux musiques traditionnelles d’Afrique de l’Ouest.

    Longtemps, cela n’a pas fait problème car les pays francos étaient les leaders de l’actualisation musicale, surtout dans les années 80 et 90. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas… Cette allégeance des Nuits d’Afrique au Mali, Sénégal et Côte d’Ivoire est encore valable (surtout le Mali) mais son retard par rapport au Ghana, Nigeria, Afrique du Sud, Mozambique et autre Angola est de plus en plus critiquable.

    Nous, de ce blogue, pouvons d’ailleurs faire des recherches pour la suite des choses. Prenez les suggestions world de sultitan, par exemple. Tout ça pourrait être présenté à Montréal dans les plus brefs délais. Au fait, sultitan, pourriez-vous regrouper toutes ces suggestions et nous les rebalancer ?

    Depuis que je couvre les musiques “world”, cet argument revient sans cesse lorsqu’on parle des musiques non occidentales. User en Afrique, Amérique latine ou Asie de formes éprouvées en Amérique ou en Europe revient selon certains à une forme d’aliénation résultant du colonialisme culturel. J’ai déjà adhéré à cette vision, j’ai rapidement décroché.

    Aujourd’hui, je crois que l’universalisation des formes hybridées avec de fortes composantes régionales est aussi valable que la stricte électrification des traditions ou leur maintien dans leurs formes originelles. Faire du hip hop en Afrique, ce n’est pas forcément pasticher le hip hop américain. J’ajouterais: suspecter systématiquement un manque d’authenticité chez les non occidentaux peut être aussi une posture occidentale… post-colonialiste.

    Le cas d’Inna Modja est très intéressant en ce sens: son dernier album me semble très africain malgré la technologie impliquée alors que son précédent était totalement occidental (ou presque totalement).

    La musique populaire américaine continue de s’imposer, pour les raisons que l’on connaît. Or, on peut sans doute trouver matière à consolation dans le fait qu’elle est largement issue des creusets de création afro-américains. En forçant un peu, on pourrait y voir une boucle bouclée dans le volet musique de l’idée de négritude d’Aimé Césaire.

    L’universalisation avec composantes régionales est inévitable; ne reste plus qu’à espérer qu’elle continue d’être porteuse de belles choses. Ma méfiance découle de cas d’écoute où j’ai été échaudé, mais il y a bien sûr des tonnes de trucs authentiquement de bon aloi au-delà de ça. En forçant – encore – un peu, on pourrait voir ces musiques américaines comme des avancées scientifiques qu’on serait bien nonos de ne pas mettre à profit (comme les vaccins ou Internet) : le jazz existe, la soul, le R & B, le hip hop; utilisons ces moteurs éprouvés pour faire avancer nos musiques locales.

    Et oui, le cas Inna est très intéressant… à tous égards!

  • alainbrunet
  • Les sources américaines de la musique populaire mondialisée sont toujours très présentes, mais les Européens (à commencer par les Brits) peuvent prétendre avoir vachement contribué depuis les années 60. Au tour du reste de la planète ?

  • ume Blackstar a certes sa place dans la catégorie cru bourgeois britiche 2016. Or, après beaucoup d’écoutes et à la lumière du témoignage de Tony Visconti, qui a largement fait état de toutes les influences intégrées à la patente, on pourrait croire qu’il s’agit davantage d’un hommage préposthume de DB aux genres musicaux et aux créateurs qui l’ont inspiré, durant ses derniers mois ici bas, que d’un album marquant qui influera un tant soit peu sur la pop haut de gamme.
  • PJ a déjà remporté le prix deux fois…

    RH, quant à eux, se sont retrouvés sur la liste restreinte plusieurs fois et n’ont jamais gagné ce foutu prix. Le Mercury pour Moon Shape Puddle, ce ne serait pas déplacé, en effet. Surtout que le critique attitré de L’éveil de Rosemont-Petite-Patrie a revu sa cote légèrement à la hausse, parce qu’il était au concert de RH dimanche dernier, a vu et entendu RH exécuter six tounes de Moon Shaped Puddle sans les cordes de l’Orchestre contemporain de Londres, notamment pour Burn the Witch, puis a réécouté tout ce bordel et s’est dit « Ouin, c’est du câliphe de bon stock, quand même, surtout Daydreaming et la toune hommage au folk britiche, c’est-à-dire Desert Island Disk.

    Sinon, Michael Kiwanuka et Skepta sont assez forts, Anohni aussi. Bat For Lashes, Jamie Woon, Kano, Savages et The 1975 ne me m’ont pas épaté outre mesure. Le seul album que je n’ai pas encore écouté est celui de Comet Is Coming.

    Si c’était à moi de décider à qui revient ce prix, mon choix s’arrêterait sur « The Dreaming Room » de Laura Mvula, parce qu’il s’agit de l’album le plus et le plus riche du lot. J’en reparlerai un m’ment d’né.

    Sweet sixteen… Un nouveau Leonard Cohen sous peu? Chouette! Et la bande-annonce est, ma foi, assez olé olé merci! Je dois tout de même être un peu vendu parce que j’ai même adoré ses disques dont la critique a le plus pourfendu la production et les arrangements (Dear Heather et Popular Problems)… Très hâte!
    D’autres sorties prochaines qui me font saliver: Nick Cave and the Bad Seeds, Emel Mathlouthi, M.I.A., Angel Olsen (méconnaissable sur les deux excellents premiers extraits), Run the Jewels, Supersilent…
    Côté jazz, Steve Lehman s’amène avec Sélébéyone. Son jazz d’avant-garde rencontrera l’Afrique et le rap. Ça me semble déjà pas mal génial:

    http://www.stevelehman.com/music

    Sur ce, je retourne au dernier Michael Kiwanuka. Un petit bijou, je vous dis.

  • Merci pour le compte rendu.

    Ouf, moi j’ai connu un été de zombie: labyrhintite à la mi-Juillet (vertige, malaise, une oreille complètement bouchée), suivi de Zona Ophtalmique particulièrement agonisant dont je ne suis pas encore remi en fait (c’est çà l’immunodéficience).

    Toutefois dans une période très brève entre les deux maladies j’ai eu la chance de voir Samito en concert, qui est un example d’un artiste hybride dont on ne puis pas décrire toute la musique: il y a du pop funk commun à côté de folk mozambique mais aussi des influences du rock indie, et autre chose. J’appuie ce genre d’approche “J’m’en fou, j’fais c’qu’y’m plait”.

    Et je suis d’accord qu’il faut faire attention de ne pas se pourvoyer d’une perception uniquement exotisante de l’Afrique à cette époque où je peux écouter du “gqom” comme si j’étais à Durban (référence a une compilation qui a fait buzz plus tôt cette année, même chez Pitchfork).

    CECI DIT.

    C’est plus fort que moi, j’ai rien contre un peu d’Exotica:

    https://www.youtube.com/watch?v=vRxKoDxUJiA (oui oui c’est exotica! C’est un mélange de Sher et de Cha Cha)

    Je retourne me couché.

  • Un projet dont j’attends l’album cet automne dans la catégorie Afrique est Ngadda (en fait collabo avec Mark Ernestus, on triche), sorte d’expérimentation sur le mbalax sénégalais. Çà semble dans mes cordes, on verra:

    http://ndagga.com/

    Bon, je met une pièce complète ici, semi-instrumentale (une version chantée sera apparemment sur l’album):

  • Merci! C’est bête, je pensais avoir mis le lien de Sher Cha Cha avec la pochette de l’album, probalement changé pour question de son:

    Mais le dieu de l’Exotica va toujours demeurer Korla Pandit:

    Et comme il s’appproprie ici un air egyptien, je reviens vers Afrique 2016 pour souligner ce band egyptien intriguant, The Dwarfs Of East Agouza. À surveillez!:

    https://thedwarfsofeastagouza.bandcamp.com/

  • En fait je viens de réaliser que Dwarfs Of East Agouza c’est Sam Shalabi et un membre des Sun City Girls, entres autres. Étrange car le band est décri partout comme “trio provenant du Caire”, et il semble bien que le band a été formé là. Çà fait un mois que je connais çà et j’avais même pas fait le lien alors que là çà semble très évident.

  • Bien qu’on le voit encore souvent à Montréal, je crois avoir lu quelque part que Sam Shalabi est maintenant basé au Caire.

    Coup dur pour les amants de la note bleue Rudy Van Gelder n’est plus, je ne compte plus les albums procurés simplement parce qu’il apparaissait dans les crédits. Un architecte du son qui a fait progressé la musique

  • Comme ingénieur du son, Rudy Van Gelder avec son Van Gelder Studio a participé à définir un son dans les disques de jazz (chez Blue Note, mais également sur Prestige et même Impulse! pour ne citer que ceux-là). Que serait notre monde sans “Blue Trane” (sic) et “A Love Supreme”? Incroyable qu’après toutes ces années, la qualité sonore de certains enregistrements soit toujours si excellente malgré les progrès technologiques.

Deux poèmes de Yves Alavo

Textes inédits.

NOTES NOUVELLES ET MUSIQUE DU CŒUR

 

Que vibre le bonheur à partager

Je crois que se conjugue le plaisir

À deux vivre en totale union.

 

Unir le plaisir et le bonheur

Dans cette oraison poétique

Sur les rayons épidermiques

Avec le reflet moiré de l’étoile du sud.

 

Courbe des dunes

Vent sahélien

Alors que vibre le ventricule du destin

Une onde douce coule de source

Champ séminal des rêves atlantiques.

 

La kora des nomades indigo

Psalmodie des refrains impériaux

Accompagne les signares aquatiques

Aux rythmes sahéliens et saccadés

Se marient les mélodies peuhles

Nouvel écrin sensuels des sables ocre.

 

Par les couloirs magiques des Djinns

L’orage tropical des cavaliers Amazigh

Transperce le bouclier entre savane et montagnes

Pour unir les héritages millénaires

Dresser la piste nouvelle des cultures métisses

Où jailli le puits de fierté et de bonheur

De votre union à la croisée des cultures.

 

Yves ALAVO

Pour  Tarik Brakchi et de Stéphanie Ivanusic Vallée.

Montréal samedi 8 mars 2014.

 

L’air, le silence, la musique.

 

Va et vient

Répétition sur fond sonore

Une musique

Frappes récurrentes

L’air, le silence

 

Cette musique est sublime

Éternelle

 

Vent du cœur en furie

Sensible aux émotions

Un souffle sublime

Coups successifs

L’air, le silence

 

Cette musique est sublime

Éternelle

 

Ouragan de l’âme

Réceptive aux vibrations

Un élan spirituel

Vagues répétitives

L’air, le silence

 

Cette musique est sublime

Éternelle

 

Tempête de l’occiput

Propice aux flammes

Un foyer cérébral

Sensations perpétuelles

L’air, le silence

 

Cette musique est sublime

Éternelle

 

Cyclone du sexe

Avide de tourbillons

Un autel séminal

Flux continuels

L’air, le silence

 

Cette musique est sublime

Éternelle

 

Tourmente des sens

Fous des excès

Une membrane vibrante

Tremblements infinis

L’air, le silence

 

Cette musique est sublime

Éternelle

 

Houle des planètes

Folles des rayons

Un espace masturbatoire

Bourrasques éternelles

L’air, le silence

 

Cette musique est sublime

Éternelle.

 

 

 

 

 

 

Publicités

ARTISTES DU MONDE POUR LAC-MÉGANTIC

19 Août

C’est dimanche 18 août 2013, sous le patronage de Mary Deros, responsable des communautés d’origine diverses au sein du comité exécutif de la Ville de Montréal, que s’est déroulé le souper-spectacle «Artistes du monde pour le Lac-Mégantic» au Buffet LDG Centre de congrès de Rosemont (2953, rue Bélanger est), entre 17 h et 23h.

Lasso Salif Sanou, flûtiste et joueur de Kora (Burkina Faso), Adama Daou, balafoniste et percussionniste de talent (originaire du Mali), Medo Comes (Cote d’Ivoire), la compagnie Luc et Lancinet ou encore Geneviève Roy (chanteuse d’opéra), aussi  le réputé et exceptionnel Daouda Diéye le roi du Hoddou (originaire de Mauritanie/Sénégal) sont quelques-uns des artistes qui se sont produits, généreusement  dimanche soir.  C’est l’animateur DJ Meps qui a tenu la console et l’animateur de radio et photographe, Serge Lerus qui a été maître de cérémonie.

Une soirée de solidarité avec les sinistrés de Lac Mégantic

Une soirée de solidarité avec les sinistrés de Lac Mégantic. Photo Serge LERUS

L’évènement a été organisé par Mohamed Sall du Carrefour des jeunes volontaires pour le développement mauritano-canadien, la Fête au village en collaboration avec la Croix rouge canadienne et une importante participation de la Ville de Montréal.

«Cet événement a aidé à tisser des liens privilégiés au cœur des relations qu’entretiennent les Montréalaises et les Montréalais de diverses origines et la société d’accueil.  Ces citoyennes et ces citoyens contribuent de manière notable au développement socioéconomique et culturel de la Métropole, tout en créant un réseautage interculturel et un rapprochement durable entre toutes les composantes de notre ville».  En résumé, c’est le sentiment dominant qui animait la plupart des participants à cette soirée.

Lasso-Salif-Sanou-400x212

La liste des principaux artistes participants :

– La compagnie de danse Luc et Lancinet : Guinée -Burkina Faso-Québec
– Medo Comes : Cote d’Ivoire
– Nnanta Sylla: Guinée
– Daouda Diéye le roi du Hoddou: Mauritanie -Sénégal
– Ciriac Oloum : Cameroun
– Geneviève Roy : Québec
– Henza Benty : Cameroun
– Adama Daou : Mali
– Lasso Salif Sanou : Burkina Faso
– Yari Touré : Guinée
– Alby de Bara: Sénégal-Congo
– Léonel Jules, artiste peintre haïtien

-Khady Diarra : Burkina Faso

La médaille des artiste qui contribuent pour le bénéfice des sinistrés de Lac Mégantic

SALA ROSSA VENDREDI 9 AOÛT 2013 À 21 h : UN CONCERT QUÉBEC-ARTISTES D’ORIGINE AFRICAINE

1 Août

Toutes et tous, en solidarité, les artistes Montréalais d’origine africaine, se mobilisent, sous la houlette de l’auteur/compositeur/interprète de réputation internationale Oumar Ndiaye Xosluman, avec de nombreuses participations, dont les artistes de racines québécoises Gilles Bélanger de Douze hommes rapaillés et de Sébastien Lacombe. Notons que le poète et activiste, votre serviteur, Yves Alavo, est le parrain de cette soirée dont tous les profits seront versés à l’organisme  «Taxawu  sunuy xalés»  qui vient en aide aux enfants de la rue  à Dakar (Sénégal) en soutenant leur scolarisation et en leur offrant un support individuel.

Crée  il y  a plus de 10 ans, l’organisme Taxawu Suñuy Xalés ouvre chaque jour les portes de son foyer d’accueil à plus d’une centaine d’enfants pour leur offrir les premiers soins, des vivres et l’enseignement de base. http://tsxdakar.wordpress.com/2011/08/05/nieuwsbrief-juli/

Lors de son dernier voyage au Sénégal (décembre 2012), Oumar NDiaye Xosluman, auteur compositeur interprète d’origine sénégalaise, bien connu à Montréal et au Sénégal a rencontré les fondateurs de Taxawu Suñuy Xalés, Samba Diouf et Nele Diouf.  Très touché par le  travail que le couple a accompli depuis la création de cet organisme,  il a décidé d’organiser cette soirée bénéfice dont tous les profits seront versés pour les enfants qui en sont les pensionnaires.  Le spectacle aura lieu  à  la Sala Rossa le vendredi  9 août 2013 à 21 h.

Artistes invités

Laetitia Zonzambé, Aboulaye Koné,  et de nombreuses vedettes

Laetitia Zonzambé, Aboulaye Koné, et de nombreuses vedettes

Gilles Bélanger, auteur-compositeur interprète, initiateur du projet 12 hommes rapaillés (gagnant de six Félix dont celui d’auteur et compositeur au Gala de l’Adisq 2011), a  accepté de participer à cet événement à titre d’invité d’honneur. Musicien et auteur aux textes engagés, il chantera aux cotés de Aboulaye Koné, Gotta Lago, Sébastien Lacombe, Bobo William, Cassandra, Dre-D et plusieurs autres musiciens d’origine africaine de la scène montréalaise.

Le spectacle sera animé par  l’artiste auteur, compositeur et interprète Oumar NDiaye Xosluman, et par l’écrivain et poète Yves Alavo, parrain de la soirée. Une rencontre entre le Québec et l’Afrique où les rythmes  afro, funk, reggae et soul se côtoieront pour une seule et même cause, celle des enfants.

L ‘Afrique de Montréal s’unit pour les enfants du Sénégal

Vendredi, 9 août, 21 h Sala Rossa,  4848 Boul. St-Laurent

Entrée : 20.00 $

Info et billetterie : 514-284-0122

-30- 

Information et entrevues :   Yves Alavo : 514-869-6283 et

Oumar Ndiaye : 514-439-8362

 

I
 Invités spéciaux Sébastien Lacombe
Gilles Bélanger
Oumar Ndiaye Ndiaye se prononce Jaay
Laetitia Zonzambé  se prononce comme s est écrit :
Saya
Carlie Agboton se prononce comme s ‘est écrit
 Kassandra Terry Dassent Dottin
Bobo William
Gotta Lago
Elété

FEMME MYSTÈRE

3 Juil
Les fleurs premières universelles, contraste poétique et douce caresse du végétal. Photo Yves Alavo

Les fleurs premières universelles, contraste poétique et douce caresse du végétal. Photo Yves Alavo

Elle incarne l'intelligence émotive et la capacité féminine d'analyse et d'action, totale Angela Davis.  Photo Yves Alavo

Elle incarne l’intelligence émotive et la capacité féminine d’analyse et d’action, totale Angela Davis. Photo Yves Alavo

Le mystère en amour est dans nos yeux

Un cheminement de découverte

Le mystère en amour est ce qui fuit

Une vie de famille et de pays

Le mystère en amour est ce que nous vivons

L’harmonie dans ton cœur au diapason

De ton entourage.

Gorée un boabab sur l'IleIMG_2278

Ce baobab goréen vibre de milliers de vies et d’histoires, force antique et actuelle, il est comme l’amour infini de générosité. Photo Yves Alavo

Le mystère en amour est ton image

L’image de la lumière

L’image des rayons

Les rayons de la passion

Les énergies folles qui éclatent

Pour changer nos êtres et vivre fous

Les flammes qui nous propulsent

Avec l’élan vital du bonheur infini.

Le sourire est cet éclairage spirituel capable de faire vivre les fleurs.  Photo Yves Alavo

Le sourire est cet éclairage spirituel capable de faire vivre les fleurs. Photo Yves Alavo

OSH, cour artsFemmes libres2

Lys au cœur du temple intérieur

Épanouie et tournée vers la lumière

Les couleurs filtrent l’éclat solaire

Vibrant de frissons dorés

Qui chantent ta vie profonde.

Luna34473751

Vie intérieure et de transmission

Tu es au centre de la création

Dis le fou

Toi au rêve offerte

Quand l’univers te régénère

Que vibre la pensée des divinités astrales.

Lumière atlantique, sur la mer l'oeil du monde brille, Dakar ville océane  Photo Yves Alavo

Lumière atlantique, sur la mer l’oeil du monde brille, Dakar ville océane
Photo Yves Alavo

Avec Velitchka Yotcheva, violoncelliste de génie

Avec Velitchka Yotcheva, violoncelliste de génie

L’âme au cœur du destin universel

Fond comme métal brûlant

Les formes souples enrobent la mémoire

Riche du capital historique personnel

Qui façonne l’identité centrale.

Fluide espoir qui inonde ton cœur

Favorite dans l’arène familiale

Les ombres caressent la lueur lunaire

Brillant d’étincelles de feu

Qui rythment ta vie toute neuve.

Lumière en arc sublime

Active et plongée dans le mystère

Père et fille, le croisement des émotions et les racines spirituelles, façonnent le monde d'un échange sublime qui ouvre les chemins du bonheur. Photo Paule Mauffette, Dakar

Père et fille, le croisement des émotions et les racines spirituelles, façonnent le monde d’un échange sublime qui ouvre les chemins du bonheur. Photo Paule Mauffette, Dakar                                   Les rêves donnent du tonus

Intense de projets créatifs

Qui illuminent le mystère qui s’amorce en Toi.

Sur les ailes du plaisir

Ange de force et de souple énergie

Les ailes portent sur le vent.

Ces papayes comme des gourdes de bonheur, douces couleurs et saveurs du désir immense.  Photo Yves Alavo

Ces papayes comme des gourdes de bonheur, douces couleurs et saveurs du désir immense. Photo Yves Alavo

Royale au firmament du rêve

Elle vole de talent et de joie.

Élan du mystère

Flèche vivante et perpétuelle

Sublime énergie du surnaturel.

Mangue qui offre sa joue au délices sans mots. Photos Yves Alavo

Mangue qui offre sa joue au délices sans mots. Photos Yves Alavo

Yves Alavo,

Montréal 2013.

LÆTITIA ZONZAMBÉ ROYALE CRÉATRICE DE PERLES MUSICALES MÉTISSÉES

2 Mai

Arrivée, désormais à un équilibre magistral entre l’expression de son art et l’espace d’expansion et de maîtrise de son répertoire créatif, du développement de sa personnalité et de performance de sa démarche artistique, Leatitia Zonzambé est prête à assumer le titre et le rôle de premier plan comme chef de file féminin incontestable de la musique africaine au Canada.

Laetitia, octobre 2012 à l'Astral. Photo André Chevrier

Sur la scène de l’Astral de Montréal, le grand Show de Vision Diversité, octobre 2012. Photo André Chevrier.

Sur scène cette musicienne, auteure, compositrice et créatrice d’univers est au point tonique de partage avec l’environnement qu’elle développe dans la collaboration avec d’autres artistes qui l’accompagnent : Stephane Petrocca à la basse, Assane Seck à guitare solo et mélodique, Moïse Yao Matey aux percussions. Dans l’occupation et la manière dont elle habite la scène, échange avec le public, comme si elle entrait en communion avec chaque présence, chaque vibration en face d’elle, elle est sans pareil, Quand démarre la musique, Laetitia émerge en grande royale de la musique, mélodique elle en totalité sur les nuages des notes de guitare, sur les accents de la calebasse et dans la pulsation de la basse, elle crée une harmonie toute neuve, sensuelle, respectueuse des entités en action et surtout elle imprègne au temps un rythme englobant.

Il est venu le temps où, forte de son expérience, reconnue pour ses qualités artistiques exceptionnelles, après avoir, au sein de l’univers culturel et parmi ses pairs, fait montre de tact, de personnalité et avec application, avec méthode et organisation elle a franchi tous les obstacles classiques et moins classiques qui se dressent sur le chemin des artistes apportant chez nous les joyaux culturels universels. Il est alors temps, que Leatitia Zonzambé, puisse prendre la place qu’elle s’est forgée, être admise, comme vient de le dire à sa façon la bourse de création et de recherche, obtenue du Conseil des arts et des lettres du Québec CALQ, qu’elle ait alors accès aux sacro-saints paradis des médias publics et privés unis qui semblent d’abord servir une caste bien fermée d’artistes issus du cénacle.

Royale Laetitia Z témoin des cultures africaines

Témoin des cultures africaines ancestrales, Laetitia Zonzambé innove en créant une fusion moderne offerte aux espaces glaciaux du continent canadien. Photo A. Chevrier.

Répertoire diversifié, contenu culturel riche, créations nouvelles audacieuses et qui apportent une plus value au paradigme arabo-berbère et négro-africain.  Elle innove dans la mesure où de poésie, à partir de textes inspirés de la vie et pétris des strates linguistiques et langagières de l’Oubangui-Chari et des savanes voisines du Sahel autant que de la forêt équatoriale, elle se laisse porter de stations en collines allant jusqu’à des sommets du blues et du jazz post années 2000.  Laetitia a vécu sa participation au développement d’une culture différente ici, elle a travaillé pour faire jaillir un style frère de la Rumba et cousin du Tango Negro, un Funk authentique qui s’abreuve sur les rives des fleuves intérieurs de l’Afrique centrale, une Pop urbaine afro-nord-américaine, une fusion surgit sur les rives du St-Laurent, prête à conquérir les espaces glaciaux du continent canadien.

Moderne dans son essence, la musique mise au monde par Laetitia Zonzambé se situe loin des qualificatifs ethniques qui confortent une certaine indigence des soit disant spécialistes des musiques du monde, la folle aventure passionnée de création et de persuasion artistique se déploie avec la soif intangible d’une femme née de l’Afrique des audaces et des espoirs, qui généreuse, offre sur mille notes, un souffle vital à notre angoisse existentielle.

Yves Alavo

Mai 2013.  Montréal.

 

de son site officiel qui est super : http://laetitiazonzambe.com
 

La voix colorée, profonde et chaleureuse venue du coeur de l’Afrique aux sonorités Bantous, jazzy, blues et soul. Elle tisse depuis des années la toile d’une musique basée sur la rencontre, le partage et la découverte. .. Avant d’avoir la chance de jouer avec des artistes lumineux et inspirants tels que Manu DibangoPierre Claver Akendegue ou Annie-Flore Batchiellilys.

Elle fait ses premiers pas dans la musique en 1999 dans le mouvement hip-hop avec le groupe de rap « DUKE ». Lætitia enregistre deux singles, LASSO et SITUATION KPEKEMBIRI qui parle des problèmes sociaux-politiques de la République Centrafricaine. Ces titres, qui figureront dans la compilation de rap centrafricain BANGO’S RAP1. .. Elle rencontre ensuite les musiciens du groupe « TAMBOULA NGANGOU JAZZ »lors de sa participation à la première édition du concours de la chanson francophone de Bangui en 2001, dont elle remportera le deuxième prix. .. En résidence à l’Alliance française de Bangui, Lætitia développe une nouvelle source d’inspiration au contact de musiciens expérimentés tels qu’Antoine DJOGO (Masselly) et Claude KANGALA (Amos). Elle fusionne les sonorités traditionnelles de son pays avec des sons Pop, folk, soul, rythmes and blues, hip-hop, Jazz. .. De sa rencontre avec le groupe TAMBOULA NGANGOU JAZZ, naîtra YOKA SOUKA, nouvelle vision de la musique centrafricaine. Le groupe participe à la fête de la musique à Libreville au Gabon en 2002, et figure sur la compilation ÉLÉKÉ, jeunes talents d’Afrique centrale, présentée par Pierre Claver AKENDEGUE(Le grand BAOBAB de la musique Gabonaise). En juin 2005, le groupe se produit sur la scène du New Morning à Paris et au FESPAM (Festival panafricain de musique) de Brazzaville en 2007. ..

Auteur et interprète, Laetitia chante en sango, français, anglais et d’autres dialectes de son pays. Elle se distingue par cette flamme qui rend les choses uniques et belles, la créativité. Son premier album « MA » qui signifie «  ECOUTE » français est aussi la forme contractée du mot maman (un des titres de l’album). Il est une invitation à ‘écouter cette première oeuvre musicale porté par les vents musicaux venus de ce pays du cœur de l’Afrique. ..

Aujourd’hui, Laetitia Zonzambé poursuit son objectif, celui de faire connaître et produire sa musique au niveau international. Elle évolue maintenant sur la scène musicale Québécoise depuis son arrivée à Montréal en 2009 et multiplie les projets ( nouvel album et spectacle  « NA BE OKO » réalisé en 2011) et collaborations avec différents artistes, groupes et institutions culturelles de la place (Taafé FangaKabakuwoGiveQueen-KaKalabanté,  Zoutenn de MondéléVision Diversité, etc.) lui permettant de développer et partager son art.

Ma qui signifie écoute et célèbre le lien maternel…

BABEL MUSIQUES (DU 6 AU 13 AVRIL 2013)

24 Avr

Les Carnets culturels du poète

Ce festival, cette série spéciale de spectacles a eu lieu dans les salles, la salle multifonctionnelle et dans le cabaret, de la Maison de la culture Ahuntsic-Cartierville. Cette maison de la culture est différente des autres. Pendant 20 ans elle a produit, réalisé et diffusé les rencontres, les spectacles et les réceptions du Festival MMM. C’est un lieu de diffusion, une maison de la culture qui est enracinée dans sa communauté, dans sa ville, un lieu de médiation culturelle en plein espace urbain moderne. Ainsi, depuis plus de deux décennies, particulièrement au cours du mois d’avril, le printemps est sous le souffle des musiques du monde. Je vous souhaite de vivre des spectacles dans cette ambiance faite d’enthousiasme et de tonus que créent les amateurs et les passionnés. Salle comble et vivante de mélange de plaisirs et de cette relation particulière entre l’agente culturelle, son équipe dévouée et le public qui se sait choyé.

LE GRAND SÉNÉBAL DE MONTRÉAL

Une semaine folle qui s’est mise en route avec la fête nationale de l’indépendance sénégalaise, fête montréalaise des cinquante-trois ans du Sénégal (4 avril chaque année), mais soirée du Samedi 6 avril qui a vu le grand SénéBal aménager, s’installer à Ahuntsic avec ses musiques, ses plats, ses kiosques de nourriture et d’artisanat sénégalais, pour sa quatrième édition. Cette initiative célèbre à la fois l’accession à l’indépendance du Sénégal (4 avril 1960) et le retour du printemps. Une brochette de talents, de super artistes originaires du Sénégal, Montréalais de premier plan : Boucar Diouf, Élage Diouf (Bolou Dof), Zale Seck, Zal Sissokho le maître de la Kora accompagné de la savoureuse et impressionnante Tapa Diarra animatrice, chanteuse à la voix exceptionnelle, interprète et créatrice d’une fusion novatrice réunissant traditions, rythmes et mélodies ancestrales et poèmes actuels qui disent la bataille d’une génération ambassadrice africaine pour mettre au monde chez nous la musique universelle. Zal Sissokho partait pour le Brésil, désormais pont vivant entre l’Afrique-mère et la terre africaine du Brésil où vit à Salvador Da Bahia, la source inversée et authentique des traditions profondes Fon du Bénin, comme une synthèse culturelle et humaine.

Ces grandes vedettes natives du Sénégal, ces artistes cultivés, fins dans leurs arts inventeurs de leur gestuelle et généreux de partage et de communion ont tout donné. Le public a dansé, les hanches se sont libérées, les voix ont exprimé la puissance de l’amour total dans l’enceinte de la maison de la culture, de la salle de concert, au Cabaret en passant par le grand hall animé de couleurs, d’odeurs de cuisine et fou de rythmes endiablés. Une flambée de soleil pour tuer l’hiver.

Ainsi démarrait la huitaine ahuntsicoise des musiques universelles. Longue et belle fut cette première soirée, de costumes, de musiques et de plaisirs culinaires et artistiques. Mille surprises ! Mille joies qui font le bonheur durable qui s’est mis en suite de la soirée, vers 23 heures en Musiques à danser au Cabaret Juste-là. Une invention de Liette Gauthier.

 

PHOTO soLO cUERDAS_n

Solo Cuerdas cordes à cordes

 

Mercredi 10 avril, une autre invention de Liette Gauthier et de son équipe, SOLO CUERDAS. Cette soirée de création, signée Babel Musiques, met en scène des artistes de talents sous la direction musicale de Willy Rios, grand interprète du charango, compositeur, guitariste, flûtiste et chanteur ! Une soirée de rencontres, de risques artistiques, d’improvisations et de plaisir auditif garanti !

Le groupe de Willy Rios est composé de Rodrigo Salazar à la basse, Hugo Larenas, à la guitare et Daniel Emden aux percussions. Tous ces musiciens, virtuoses et sorciers instrumentaux forgent des musiques d’inspiration andine. Liette Gauthier a concocté cette rencontre de cordes subtiles et mélodiques et de percussions sans bornes, la magie y a éclaté avec LES INVITÉS : Sébastien Dufour, charango, Estelle Lavoie, kora, Ismail Fencioglu, oud, Victor Simon, piano. Seul un enregistrement de cette création peut en dire la beauté donnée par tant de talents unis qui s’accordent. Voici un concert à recréer pour une affiche créative et innovatrice témoin de notre Montréal, ville et métropole culturelle internationale.

 

AZAM ALI_n

Azam Ali, beauté totale et mystique, amour infini.

 

 

AZAM ALI : DE LA NUIT AU LEVER DU JOUR

Nous avons aussi vécu cette soirée du jeudi 11 avril, dont les critiques disent :

« Une œuvre singulière, exotique, sophistiquée et, pour tout dire, d’une troublante beauté! […] …une sublime invitation à l’onirisme absolu. » -Voir

Dans Salle de concert, un spectacle de chansons traditionnelles où se mélangent harmonieusement musique électronique et instruments du Moyen-Orient. Azam Ali (chant), Loga Ramin Torkian (lafta et kamaan), Kiya Tabassian (sétar hoorangiz et voix), Ziya Tabassian (percussions : daf, dordayereh, dhol), Chloé Dominguez (violoncelle). Douceur de sa voix pour Ali Azam qui échange avec le public, se concentre en vocalises, dit dans une voix de mezzo-soprano, la nostalgie éternelle de l’orient. Nous avons encore une fois apprécié la virtuosité des instrumentistes, l’époux de Azam Ali, Loga Ramin Torkian et les frères Tabassian, complice beauté des accords et magie des envoûtements; deux heures de charme et de chants traditionnels du Moyen-Orient portés par des mélodies hallucinantes. Disponible ce soir, le CD existe, dix pièces, celles du spectacle, www.azamalimusic.com

Vendredi 12 avril, un spectacle montréalais, typique, avec Nomadic Massive rappe en français, en créole, en espagnol, en arabe et en anglais. Les chanteurs Vox Sambou, Waahli, Lou Piensa, Nantali Indongo et Meduza et Butta Beats au beatbox utilisent échantillons, platines et influences traditionnelles pour habiller ses chansons métissées de rythmes soul, reggae et afrocaraïbéens. Hip hop- world au Cabaret Juste-là ! Comme lors de leurs prestations sur les grandes scènes d’Europe, du Brésil et ailleurs sur nos places festives, Nomadic Massive est en symbiose avec son public. Une nuit entière de samba, de mélodies post-modernes et de tous les rythmes populaires et accessibles, paroles chantantes dans toutes les langues continentales et cette libre interprétation des classiques en séquences populaires et des chansons populaires en sonorités classiques, une conversion perpétuelle sur laquelle les danses se sont enchaînées.

finale dÉCOUVERTES DU MONDE

Le monde y est, traditions et modernité, la musique sublime

 

 

DÉCOUVERTES DU MONDE

Pour la 23e édition (continuité savante de recherche et de créatiin) consacrée aux découvertes d’artistes professionnels montréalais, connus ou non, dont les projets et les savoir-faire sont à souligner, le menu samedi 13 avril était substantiel :

CAFÉ CANTANTE d’abord qui propose un répertoire riche des traditions arabo-andalouses du XIIIe siècle jusqu’au Flamenco en passant par les grands de la chanson marocaine et arabe des années 70. Avec : Sabah Lachgar (chant), Rae Bowhay (danse), Dominique Soulard (guitare), Miguel Medina (percussions) et la belle Brigitte Dajczer (violon). Nous avons partagé cette immense émotion, afro-négro et arabo-berbère, avec les mélodies espagnoles etc…Danses dans la voix, les voix qui chaloupent et accompagnement des instruments, tous nous étions sous le charme sans compromis. Silence dans la salle de concert, pleine de cœurs qui battent, d’yeux ouverts et attentifs, une sensation de concerts en lieux sacrés, tout le divin coulait avec les accents violonés, les valses de la guitare et sur les pas de la danseuse Rae Bowhay : claquettes et talons, les percussions sont parties en écho du sol jusqu’aux voûtes de la chapelle virtuelle. Danses, fluide suite de pas et de survols aériens d’une sensuelle danseuse aux hanches élégantes, aux mollets toniques et dont le ventre ondule de beauté magique.

OPPENHEIM-YOUNG-EMENAU, ensuite sur scène. Initié par Henri Oppenheim le projet PYM propose des mélodies et des musiques originales inspirées de poèmes yiddish écrits à Montréal au XXe siècle. Avec : Karen Young, (chant), Michel Emenau, (vibraphone, percussions et effet électronique) et Henri Oppenheim, (accordéon et guitare). Un récital qui nous conduit aux années de poésie et des troubadours, la salle chante avec l’extraordinaire Karen Young, la guitare de Henri O est belle de suaves accords et son accordéon plein de velours. Un moment de nostalgie sans tristesse et de joie avec la folle énergie des belles années du Folk mondial.

 

salut finale3

Unique et sublime, vive la MC Ahuntsic et les artistes

 

 

 

QUATUOR MANDINGUE enfin, propose un répertoire associé à l’Empire malien du XIIe siècle avec une orchestration typique et des instruments emblématiques de l’Afrique de l’Ouest. Avec : du Québec, Nathalie Cora (kora), de la Côte-d’Ivoire, Aboulaye Koné (balafon et guitare), du Burkina Faso, Mamadou Koïta (balafon) et Salif Sanou dit Lasso (flûte peuhle). Pas un instant ailleurs que sur la danse et les envolées folles de Aboulaye Koné, maître de la guitare ce soir, car il est aussi percussionniste. Un moment de belle anthologie, sans détour, tout entier de rythmes nuancés et de chants sous-entendus car seuls les instruments et la voix du flûtiste, voilée par le son de la flûte, ont emplis l’espace. Musique instrumentale souveraine et altière qui a fait communier chaque présence au concert universel nègre, musique vivante de l’Ouest africain, du sahel, de la côte et des savanes, harmattan de la vie qui balaie les frayeurs de l’hiver. Cette soirée fut chaleureuse, amoureuse et d’une intériorité, que seule la température froide, au sortir des lieux, a tempérée avec un humour subtil.

ROMA CARNIVALE, en clôture, Gypsy punk au Cabaret Juste-là ! C’est un ensemble réjouissant de musique tzigane de tradition serbe mené par le chanteur et compositeur Dusan Dukic avec sousaphone, ukulele, violon, trompette, guitare et voix. Une soirée qui appelle obligatoirement à la danse. Ce fut cela, dans le comble de présences avec la bière et plusieurs amies et amis, venus finir unis la semaine de musiques du monde. Scène pleine de plus de dix musiciens et danseurs, une cacophonie joyeuse et «tripative» comme aime à le dire un animateur radio au rire unique.

La note véritable finale, a résonné dimanche 14 avril, à11 h. Pour une deuxième année, le musicien Sergiu Popa a convié les accordéonistes amateurs et professionnels à une rencontre musicale amicale sous le signe de l’échange, de l’écoute et de la rencontre. SERGIU POPA ET SES ÉLÈVES, atelier-rencontre auquel nous n’avons pu participer. Mais sachez que cet accordéoniste de génie, homme généreux au talent immense, est le roi de la musique.

Yves ALAVO, poète

Pour finir, un hommage à Liette Gauthier, conception et direction artistique, ainsi qu’à son équipe dont : Martine Simard : assistante à la production et aux communications, Luc Quenneville : directeur technique, Éric Rioux : sonorisateur, Sébastien Lavigne : éclairagiste, Salomé Acosta García : design graphique, Julien Robitaille : support WEB, Marietta Corcuera : stagiaire Nicolas Flores

Pour votre culture et votre bonheur, dès le 26 avril, au Théâtre Plaza, sur la rue St-Hubert, le Festival MMM s’ouvre : la programmation http://www.festivalmmm.ca/

Et les projections débutent pour le Festival du cinéma africain et crole : Vues d’Afrique

http://www.vuesdafrique.com/

DAM : ENSEMBLE, ART ET CULTURE À NOTRE IMAGE SEMBLABLES ET DIFFÉRENTS

12 Mar

39997_455211786417_681176417_6536791_5826467_n

Artistes Montréalaises en spectacle, Ici Laetitia Zonzambé, voix d’or

 

La première soirée bénéfice de diversité artistique Montréal (DAM) 

Le MAI, Culture Montréal et DAM s’associent pour animer le réseau des artistes de la diversité en particulier, de tous les montréalais intéressés par la diversité artistique et culturelle en général. Cette soirée bénéfice aura lieu au Bain Mathieu le jeudi 2 mai 2013 dès 18h30

39969_455208266417_681176417_6536613_2348097_n

Djely Mory Tounkara à la Kora

 

Bain Mathieu
2915 Ontario Est
Montréal, Québec
H2K 1X7

37766_455204476417_681176417_6536465_2403928_n

Les Photos de l’artiste André Chevrier, belles et professionnelles. Ici Leatitia Zonzambé

 

La soirée s’annonce déjà comme un rassemblement de force de tous les artistes de la diversité et de leurs amis, et plus largement de tous ceux qui croient dans un Québec pluriel, éclectique, métissé et enrichi de l’Autre. Supportée par la voix de son porte-parole Rodney Saint-Éloi, écrivain de renom et récent récipiendaire du prix Charles Biddle, cette soirée a trois vocations principales :

D’une part, il s’agit pour DAM d’accéder à une visibilité et une lisibilité notables afin d’inscrire l’organisme sur l’échiquier local comme étant la « porte d’entrée des artistes de la diversité », un des réseaux d’accompagnement le plus important et, plus largement, un lieu d’accueil et de vie de tous ceux qui ont la passion d’aller de l’avant pour vivre de leur art.
Ismaël Fencioglu. le roi du Oud.DSC_8204                                                       Photo André Chevrier, professionnel.  Ismaël Fencioglu, Roi du Oud.

 

D’autre part, la deuxième vocation de cette soirée est de convaincre les réseaux d’affaires que l’art et la culture sont la condition sinequanone d’une qualité de vie essentielle dans toute société et qu’il est primordial que le secteur privé tisse des liens étroits avec des acteurs culturels comme DAM, non seulement pour supporter l’art et la culture financièrement, mais pour participer activement à l’inclusion des artistes de la diversité qui fondent aujourd’hui 30% de la société montréalaise. Le métissage est une réalité, vivons-la pleinement !
38001_455206121417_681176417_6536519_8290712_n
Enfin, et non des moindres, ce rassemblement se veut l’occasion de fêter entre amoureux des arts et de la culture en favorisant le sentiment d’appartenance à une grande famille à laquelle chacun peut s’associer. De nombreux artistes ont répondu présents pour cette belle soirée (Tomas Jensen, Doba, Tapa Diarra, Marie Trézanini ou encore Nabila comme animatrice) parce qu’eux aussi croient que s’associer à DAM, c’est « L’art d’être différent(s) Ensemble ».

Pour découvrir les détails de la programmation, les artistes ainsi que les capsules vidéos : http://evenementdam.wix.com/evenementdam

Informations :
Jérôme Pruneau, directeur général
514 280-3581
Diversité artistique Montréal