Archive | Amérique du Sud RSS feed for this section

Maria Volonté

12 Oct

Colombe ultime

Sur les vents qui courent

Voix en souffle intime.
Lire la suite

Publicités

Régine Cadet directrice générale et codirectrice artistique du MAI (Montréal, arts interculturels) : 12 ans de service

9 Sep

RegineCadet

Le conseil d’administration du MAI (Montréal, arts interculturels) annonce le départ de madame Régine Cadet à la direction générale de l’organisme à compter du 27 septembre 2013. Elle quitte Montréal pour s’installer à Toronto avec sa famille et nous lui souhaitons bonne chance dans cette nouvelle aventure. Nous profitons de l’occasion pour la remercier et saluer son engagement au développement et au rayonnement du MAI durant les douze dernières années, dont sept ans à la direction générale et artistique.

Artiste (danse et chorégraphie), femme de gestion, chef de file de cette génération nouvelle qui allie de nombreux talents avec des habiletés relationnelles et un sens stratégique de la coordination au sein d’environnements complexes.  Régine cadet a su donner au MAI une stature de référence comme centre d’art, lieu de diffusion et centre d’innovation et de développement social et artistique associé au réseau des praticiens et des institutions gouvernementales, para-publiques et privées.

Dans le réseau des maisons de la culture et des centres culturels métropolitains, le MAI se distingue par son approche favorable à l’accompagnement technique, au soutien artistique et au mentorat auprès des artistes.  Lieu de perfectionnement et d’orientation solide pour la plupart des créateurs, le MAI a permis à plusieurs générations d’artistes urbains, aux auteurs, compositeurs ainsi qu’aux interprètes, d’améliorer leurs relations aux publics divers, de bonifier et de structurer de manière valable leur production afin d’atteindre, en de meilleures contextes, les plus hauts standards professionnels.

Souvent, le MAI est un relais expérimental, un incubateur de talents et un espace professionnel performant.  Toutes ces qualités ainsi que cette vocation exceptionnelle de faiseur de vedettes au sens le plus noble, nous le devons à Madame Régine Cadet.  Elle a su créer et développer au sein du MAI et avec ses partenaires, un esprit de coopération, une ouverture aux technologies nouvelles et aux pratiques avancées, permettant de nouvelles qualifications et un progrès substantiel des artistes, tant collectivement qu’individuellement.

Mme Cadet

Pour tous ces motifs et ces réalisations de qualité stratégique significative, nous tenons à dire notre reconnaissance à Régine Cadet.  Nous lui souhaitons un avenir égal ou supérieur à son présent et au passé qui représente un actif important dans la balance de notre vie culturelle montréalaise, métropolitaine, québécoise et je dirais nord-américaine.  Bravo pour l’oeuvre accomplie et félicitations pour avoir aussi créer une masse critique au sein des équipes successives que tu as mis en action au MAI.  Partout nous observons leurs personnalités et leur rayonnement.
« Le conseil d’administration est heureux d’annoncer la nomination de monsieur Michael Toppings comme nouveau directeur général et artistique du MAI.  De façon unanime le conseil d’administration a fait le choix de confier les rênes du MAI à monsieur Toppings. Ce dernier a occupé ce poste à deux reprises lors des congés de maternité de madame Cadet, il travaille au MAI depuis quatre ans et a récemment été promu codirecteur artistique », a souligné Daniel LeBlond, président du conseil d’administration.

Régine Cadet

Michael Toppings prend la relève

Depuis plus de 20 ans monsieur Toppings évolue principalement dans le secteur des organisations à but non lucratif en tant qu’artisan de la culture. Il détient une grande expérience du secteur culturel et a travaillé pour diverses compagnies et organisations artistiques situées dans les provinces de Saskatchewan, d’Alberta, de la Colombie Britannique et du Québec.  À Montréal, il a occupé la fonction
de directeur général et administratif de deux compagnies de danse réputées : PPS Danse et Sinha Danse.

De plus, mentionnons que Michael Toppings est également artiste multidisciplinaire et détient une connaissance approfondie des milieux artistiques contemporains québécois et canadiens, que ce soit pour les arts de la scène, les arts visuels ou encore dans le domaine de la littérature. « Nous sommes assurés que Michael Toppings saura relever le défi avec brio et insuffler une nouvelle énergie au MAI, dans la continuité du travail que nous effectuons depuis bientôt quinze ans », a déclaré monsieur LeBlond.  Cette nomination sera effective à compter du 30 septembre prochain.

Rappelons que le MAI présente des oeuvres vives, engageantes et résolument actuelles.  Pionnier dans le domaine des arts interculturels à Montréal, le MAI est un diffuseur pluridisciplinaire en arts contemporains dont la mission est d’appuyer la création, la diffusion et le rayonnement des arts interculturels.

Source et renseignements : Christine Roy // Coordonnatrice des communications
514 982-1812, poste 227 comm@m-a-i.qc.ca

Une partie du texte, section de réflexion sur l’oeuvre de Régine Cadet, est de Yves Alavo.

Cocktail pour souligner le départ de Régine Cadet
Le conseil d’administration et le personnel sont heureux de vous convier à un cocktail, de type 5 à 7, pour saluer le départ de Régine Cadet à la direction générale et à la codirection artistique du MAI (Montréal, arts interculturels). Pour cette occasion, il vous sera possible de prendre avec nous un verre de l’amitié (à un prix des plus abordables) le :
Mercredi 25 septembre 2013
17 h à 19 h
Café du MAI
3680, rue Jeanne-Mance

 

FEMME MYSTÈRE

3 Juil
Les fleurs premières universelles, contraste poétique et douce caresse du végétal. Photo Yves Alavo

Les fleurs premières universelles, contraste poétique et douce caresse du végétal. Photo Yves Alavo

Elle incarne l'intelligence émotive et la capacité féminine d'analyse et d'action, totale Angela Davis.  Photo Yves Alavo

Elle incarne l’intelligence émotive et la capacité féminine d’analyse et d’action, totale Angela Davis. Photo Yves Alavo

Le mystère en amour est dans nos yeux

Un cheminement de découverte

Le mystère en amour est ce qui fuit

Une vie de famille et de pays

Le mystère en amour est ce que nous vivons

L’harmonie dans ton cœur au diapason

De ton entourage.

Gorée un boabab sur l'IleIMG_2278

Ce baobab goréen vibre de milliers de vies et d’histoires, force antique et actuelle, il est comme l’amour infini de générosité. Photo Yves Alavo

Le mystère en amour est ton image

L’image de la lumière

L’image des rayons

Les rayons de la passion

Les énergies folles qui éclatent

Pour changer nos êtres et vivre fous

Les flammes qui nous propulsent

Avec l’élan vital du bonheur infini.

Le sourire est cet éclairage spirituel capable de faire vivre les fleurs.  Photo Yves Alavo

Le sourire est cet éclairage spirituel capable de faire vivre les fleurs. Photo Yves Alavo

OSH, cour artsFemmes libres2

Lys au cœur du temple intérieur

Épanouie et tournée vers la lumière

Les couleurs filtrent l’éclat solaire

Vibrant de frissons dorés

Qui chantent ta vie profonde.

Luna34473751

Vie intérieure et de transmission

Tu es au centre de la création

Dis le fou

Toi au rêve offerte

Quand l’univers te régénère

Que vibre la pensée des divinités astrales.

Lumière atlantique, sur la mer l'oeil du monde brille, Dakar ville océane  Photo Yves Alavo

Lumière atlantique, sur la mer l’oeil du monde brille, Dakar ville océane
Photo Yves Alavo

Avec Velitchka Yotcheva, violoncelliste de génie

Avec Velitchka Yotcheva, violoncelliste de génie

L’âme au cœur du destin universel

Fond comme métal brûlant

Les formes souples enrobent la mémoire

Riche du capital historique personnel

Qui façonne l’identité centrale.

Fluide espoir qui inonde ton cœur

Favorite dans l’arène familiale

Les ombres caressent la lueur lunaire

Brillant d’étincelles de feu

Qui rythment ta vie toute neuve.

Lumière en arc sublime

Active et plongée dans le mystère

Père et fille, le croisement des émotions et les racines spirituelles, façonnent le monde d'un échange sublime qui ouvre les chemins du bonheur. Photo Paule Mauffette, Dakar

Père et fille, le croisement des émotions et les racines spirituelles, façonnent le monde d’un échange sublime qui ouvre les chemins du bonheur. Photo Paule Mauffette, Dakar                                   Les rêves donnent du tonus

Intense de projets créatifs

Qui illuminent le mystère qui s’amorce en Toi.

Sur les ailes du plaisir

Ange de force et de souple énergie

Les ailes portent sur le vent.

Ces papayes comme des gourdes de bonheur, douces couleurs et saveurs du désir immense.  Photo Yves Alavo

Ces papayes comme des gourdes de bonheur, douces couleurs et saveurs du désir immense. Photo Yves Alavo

Royale au firmament du rêve

Elle vole de talent et de joie.

Élan du mystère

Flèche vivante et perpétuelle

Sublime énergie du surnaturel.

Mangue qui offre sa joue au délices sans mots. Photos Yves Alavo

Mangue qui offre sa joue au délices sans mots. Photos Yves Alavo

Yves Alavo,

Montréal 2013.

BABEL MUSIQUES (DU 6 AU 13 AVRIL 2013)

24 Avr

Les Carnets culturels du poète

Ce festival, cette série spéciale de spectacles a eu lieu dans les salles, la salle multifonctionnelle et dans le cabaret, de la Maison de la culture Ahuntsic-Cartierville. Cette maison de la culture est différente des autres. Pendant 20 ans elle a produit, réalisé et diffusé les rencontres, les spectacles et les réceptions du Festival MMM. C’est un lieu de diffusion, une maison de la culture qui est enracinée dans sa communauté, dans sa ville, un lieu de médiation culturelle en plein espace urbain moderne. Ainsi, depuis plus de deux décennies, particulièrement au cours du mois d’avril, le printemps est sous le souffle des musiques du monde. Je vous souhaite de vivre des spectacles dans cette ambiance faite d’enthousiasme et de tonus que créent les amateurs et les passionnés. Salle comble et vivante de mélange de plaisirs et de cette relation particulière entre l’agente culturelle, son équipe dévouée et le public qui se sait choyé.

LE GRAND SÉNÉBAL DE MONTRÉAL

Une semaine folle qui s’est mise en route avec la fête nationale de l’indépendance sénégalaise, fête montréalaise des cinquante-trois ans du Sénégal (4 avril chaque année), mais soirée du Samedi 6 avril qui a vu le grand SénéBal aménager, s’installer à Ahuntsic avec ses musiques, ses plats, ses kiosques de nourriture et d’artisanat sénégalais, pour sa quatrième édition. Cette initiative célèbre à la fois l’accession à l’indépendance du Sénégal (4 avril 1960) et le retour du printemps. Une brochette de talents, de super artistes originaires du Sénégal, Montréalais de premier plan : Boucar Diouf, Élage Diouf (Bolou Dof), Zale Seck, Zal Sissokho le maître de la Kora accompagné de la savoureuse et impressionnante Tapa Diarra animatrice, chanteuse à la voix exceptionnelle, interprète et créatrice d’une fusion novatrice réunissant traditions, rythmes et mélodies ancestrales et poèmes actuels qui disent la bataille d’une génération ambassadrice africaine pour mettre au monde chez nous la musique universelle. Zal Sissokho partait pour le Brésil, désormais pont vivant entre l’Afrique-mère et la terre africaine du Brésil où vit à Salvador Da Bahia, la source inversée et authentique des traditions profondes Fon du Bénin, comme une synthèse culturelle et humaine.

Ces grandes vedettes natives du Sénégal, ces artistes cultivés, fins dans leurs arts inventeurs de leur gestuelle et généreux de partage et de communion ont tout donné. Le public a dansé, les hanches se sont libérées, les voix ont exprimé la puissance de l’amour total dans l’enceinte de la maison de la culture, de la salle de concert, au Cabaret en passant par le grand hall animé de couleurs, d’odeurs de cuisine et fou de rythmes endiablés. Une flambée de soleil pour tuer l’hiver.

Ainsi démarrait la huitaine ahuntsicoise des musiques universelles. Longue et belle fut cette première soirée, de costumes, de musiques et de plaisirs culinaires et artistiques. Mille surprises ! Mille joies qui font le bonheur durable qui s’est mis en suite de la soirée, vers 23 heures en Musiques à danser au Cabaret Juste-là. Une invention de Liette Gauthier.

 

PHOTO soLO cUERDAS_n

Solo Cuerdas cordes à cordes

 

Mercredi 10 avril, une autre invention de Liette Gauthier et de son équipe, SOLO CUERDAS. Cette soirée de création, signée Babel Musiques, met en scène des artistes de talents sous la direction musicale de Willy Rios, grand interprète du charango, compositeur, guitariste, flûtiste et chanteur ! Une soirée de rencontres, de risques artistiques, d’improvisations et de plaisir auditif garanti !

Le groupe de Willy Rios est composé de Rodrigo Salazar à la basse, Hugo Larenas, à la guitare et Daniel Emden aux percussions. Tous ces musiciens, virtuoses et sorciers instrumentaux forgent des musiques d’inspiration andine. Liette Gauthier a concocté cette rencontre de cordes subtiles et mélodiques et de percussions sans bornes, la magie y a éclaté avec LES INVITÉS : Sébastien Dufour, charango, Estelle Lavoie, kora, Ismail Fencioglu, oud, Victor Simon, piano. Seul un enregistrement de cette création peut en dire la beauté donnée par tant de talents unis qui s’accordent. Voici un concert à recréer pour une affiche créative et innovatrice témoin de notre Montréal, ville et métropole culturelle internationale.

 

AZAM ALI_n

Azam Ali, beauté totale et mystique, amour infini.

 

 

AZAM ALI : DE LA NUIT AU LEVER DU JOUR

Nous avons aussi vécu cette soirée du jeudi 11 avril, dont les critiques disent :

« Une œuvre singulière, exotique, sophistiquée et, pour tout dire, d’une troublante beauté! […] …une sublime invitation à l’onirisme absolu. » -Voir

Dans Salle de concert, un spectacle de chansons traditionnelles où se mélangent harmonieusement musique électronique et instruments du Moyen-Orient. Azam Ali (chant), Loga Ramin Torkian (lafta et kamaan), Kiya Tabassian (sétar hoorangiz et voix), Ziya Tabassian (percussions : daf, dordayereh, dhol), Chloé Dominguez (violoncelle). Douceur de sa voix pour Ali Azam qui échange avec le public, se concentre en vocalises, dit dans une voix de mezzo-soprano, la nostalgie éternelle de l’orient. Nous avons encore une fois apprécié la virtuosité des instrumentistes, l’époux de Azam Ali, Loga Ramin Torkian et les frères Tabassian, complice beauté des accords et magie des envoûtements; deux heures de charme et de chants traditionnels du Moyen-Orient portés par des mélodies hallucinantes. Disponible ce soir, le CD existe, dix pièces, celles du spectacle, www.azamalimusic.com

Vendredi 12 avril, un spectacle montréalais, typique, avec Nomadic Massive rappe en français, en créole, en espagnol, en arabe et en anglais. Les chanteurs Vox Sambou, Waahli, Lou Piensa, Nantali Indongo et Meduza et Butta Beats au beatbox utilisent échantillons, platines et influences traditionnelles pour habiller ses chansons métissées de rythmes soul, reggae et afrocaraïbéens. Hip hop- world au Cabaret Juste-là ! Comme lors de leurs prestations sur les grandes scènes d’Europe, du Brésil et ailleurs sur nos places festives, Nomadic Massive est en symbiose avec son public. Une nuit entière de samba, de mélodies post-modernes et de tous les rythmes populaires et accessibles, paroles chantantes dans toutes les langues continentales et cette libre interprétation des classiques en séquences populaires et des chansons populaires en sonorités classiques, une conversion perpétuelle sur laquelle les danses se sont enchaînées.

finale dÉCOUVERTES DU MONDE

Le monde y est, traditions et modernité, la musique sublime

 

 

DÉCOUVERTES DU MONDE

Pour la 23e édition (continuité savante de recherche et de créatiin) consacrée aux découvertes d’artistes professionnels montréalais, connus ou non, dont les projets et les savoir-faire sont à souligner, le menu samedi 13 avril était substantiel :

CAFÉ CANTANTE d’abord qui propose un répertoire riche des traditions arabo-andalouses du XIIIe siècle jusqu’au Flamenco en passant par les grands de la chanson marocaine et arabe des années 70. Avec : Sabah Lachgar (chant), Rae Bowhay (danse), Dominique Soulard (guitare), Miguel Medina (percussions) et la belle Brigitte Dajczer (violon). Nous avons partagé cette immense émotion, afro-négro et arabo-berbère, avec les mélodies espagnoles etc…Danses dans la voix, les voix qui chaloupent et accompagnement des instruments, tous nous étions sous le charme sans compromis. Silence dans la salle de concert, pleine de cœurs qui battent, d’yeux ouverts et attentifs, une sensation de concerts en lieux sacrés, tout le divin coulait avec les accents violonés, les valses de la guitare et sur les pas de la danseuse Rae Bowhay : claquettes et talons, les percussions sont parties en écho du sol jusqu’aux voûtes de la chapelle virtuelle. Danses, fluide suite de pas et de survols aériens d’une sensuelle danseuse aux hanches élégantes, aux mollets toniques et dont le ventre ondule de beauté magique.

OPPENHEIM-YOUNG-EMENAU, ensuite sur scène. Initié par Henri Oppenheim le projet PYM propose des mélodies et des musiques originales inspirées de poèmes yiddish écrits à Montréal au XXe siècle. Avec : Karen Young, (chant), Michel Emenau, (vibraphone, percussions et effet électronique) et Henri Oppenheim, (accordéon et guitare). Un récital qui nous conduit aux années de poésie et des troubadours, la salle chante avec l’extraordinaire Karen Young, la guitare de Henri O est belle de suaves accords et son accordéon plein de velours. Un moment de nostalgie sans tristesse et de joie avec la folle énergie des belles années du Folk mondial.

 

salut finale3

Unique et sublime, vive la MC Ahuntsic et les artistes

 

 

 

QUATUOR MANDINGUE enfin, propose un répertoire associé à l’Empire malien du XIIe siècle avec une orchestration typique et des instruments emblématiques de l’Afrique de l’Ouest. Avec : du Québec, Nathalie Cora (kora), de la Côte-d’Ivoire, Aboulaye Koné (balafon et guitare), du Burkina Faso, Mamadou Koïta (balafon) et Salif Sanou dit Lasso (flûte peuhle). Pas un instant ailleurs que sur la danse et les envolées folles de Aboulaye Koné, maître de la guitare ce soir, car il est aussi percussionniste. Un moment de belle anthologie, sans détour, tout entier de rythmes nuancés et de chants sous-entendus car seuls les instruments et la voix du flûtiste, voilée par le son de la flûte, ont emplis l’espace. Musique instrumentale souveraine et altière qui a fait communier chaque présence au concert universel nègre, musique vivante de l’Ouest africain, du sahel, de la côte et des savanes, harmattan de la vie qui balaie les frayeurs de l’hiver. Cette soirée fut chaleureuse, amoureuse et d’une intériorité, que seule la température froide, au sortir des lieux, a tempérée avec un humour subtil.

ROMA CARNIVALE, en clôture, Gypsy punk au Cabaret Juste-là ! C’est un ensemble réjouissant de musique tzigane de tradition serbe mené par le chanteur et compositeur Dusan Dukic avec sousaphone, ukulele, violon, trompette, guitare et voix. Une soirée qui appelle obligatoirement à la danse. Ce fut cela, dans le comble de présences avec la bière et plusieurs amies et amis, venus finir unis la semaine de musiques du monde. Scène pleine de plus de dix musiciens et danseurs, une cacophonie joyeuse et «tripative» comme aime à le dire un animateur radio au rire unique.

La note véritable finale, a résonné dimanche 14 avril, à11 h. Pour une deuxième année, le musicien Sergiu Popa a convié les accordéonistes amateurs et professionnels à une rencontre musicale amicale sous le signe de l’échange, de l’écoute et de la rencontre. SERGIU POPA ET SES ÉLÈVES, atelier-rencontre auquel nous n’avons pu participer. Mais sachez que cet accordéoniste de génie, homme généreux au talent immense, est le roi de la musique.

Yves ALAVO, poète

Pour finir, un hommage à Liette Gauthier, conception et direction artistique, ainsi qu’à son équipe dont : Martine Simard : assistante à la production et aux communications, Luc Quenneville : directeur technique, Éric Rioux : sonorisateur, Sébastien Lavigne : éclairagiste, Salomé Acosta García : design graphique, Julien Robitaille : support WEB, Marietta Corcuera : stagiaire Nicolas Flores

Pour votre culture et votre bonheur, dès le 26 avril, au Théâtre Plaza, sur la rue St-Hubert, le Festival MMM s’ouvre : la programmation http://www.festivalmmm.ca/

Et les projections débutent pour le Festival du cinéma africain et crole : Vues d’Afrique

http://www.vuesdafrique.com/

DAM : ENSEMBLE, ART ET CULTURE À NOTRE IMAGE SEMBLABLES ET DIFFÉRENTS

12 Mar

39997_455211786417_681176417_6536791_5826467_n

Artistes Montréalaises en spectacle, Ici Laetitia Zonzambé, voix d’or

 

La première soirée bénéfice de diversité artistique Montréal (DAM) 

Le MAI, Culture Montréal et DAM s’associent pour animer le réseau des artistes de la diversité en particulier, de tous les montréalais intéressés par la diversité artistique et culturelle en général. Cette soirée bénéfice aura lieu au Bain Mathieu le jeudi 2 mai 2013 dès 18h30

39969_455208266417_681176417_6536613_2348097_n

Djely Mory Tounkara à la Kora

 

Bain Mathieu
2915 Ontario Est
Montréal, Québec
H2K 1X7

37766_455204476417_681176417_6536465_2403928_n

Les Photos de l’artiste André Chevrier, belles et professionnelles. Ici Leatitia Zonzambé

 

La soirée s’annonce déjà comme un rassemblement de force de tous les artistes de la diversité et de leurs amis, et plus largement de tous ceux qui croient dans un Québec pluriel, éclectique, métissé et enrichi de l’Autre. Supportée par la voix de son porte-parole Rodney Saint-Éloi, écrivain de renom et récent récipiendaire du prix Charles Biddle, cette soirée a trois vocations principales :

D’une part, il s’agit pour DAM d’accéder à une visibilité et une lisibilité notables afin d’inscrire l’organisme sur l’échiquier local comme étant la « porte d’entrée des artistes de la diversité », un des réseaux d’accompagnement le plus important et, plus largement, un lieu d’accueil et de vie de tous ceux qui ont la passion d’aller de l’avant pour vivre de leur art.
Ismaël Fencioglu. le roi du Oud.DSC_8204                                                       Photo André Chevrier, professionnel.  Ismaël Fencioglu, Roi du Oud.

 

D’autre part, la deuxième vocation de cette soirée est de convaincre les réseaux d’affaires que l’art et la culture sont la condition sinequanone d’une qualité de vie essentielle dans toute société et qu’il est primordial que le secteur privé tisse des liens étroits avec des acteurs culturels comme DAM, non seulement pour supporter l’art et la culture financièrement, mais pour participer activement à l’inclusion des artistes de la diversité qui fondent aujourd’hui 30% de la société montréalaise. Le métissage est une réalité, vivons-la pleinement !
38001_455206121417_681176417_6536519_8290712_n
Enfin, et non des moindres, ce rassemblement se veut l’occasion de fêter entre amoureux des arts et de la culture en favorisant le sentiment d’appartenance à une grande famille à laquelle chacun peut s’associer. De nombreux artistes ont répondu présents pour cette belle soirée (Tomas Jensen, Doba, Tapa Diarra, Marie Trézanini ou encore Nabila comme animatrice) parce qu’eux aussi croient que s’associer à DAM, c’est « L’art d’être différent(s) Ensemble ».

Pour découvrir les détails de la programmation, les artistes ainsi que les capsules vidéos : http://evenementdam.wix.com/evenementdam

Informations :
Jérôme Pruneau, directeur général
514 280-3581
Diversité artistique Montréal

LATIN ARTE, CONCERT DES MUSIQUES AUTHENTIQUES

12 Mar

 

Une culture métisée et vivante JPEG

 

Depuis 2011, LatinArte représente la communauté latino-américaine de Montréal dans La Semaine d’actions contre le racisme (SACR) et offre au public un lieu de découvertes, de rencontres, de contacts et d’échanges afin de mettre l’accent sur la diversité et pour contrer l’inégalité.

L’année 2013 marquera la participation de LatinArte dans la SACR, par le concert-spectacle de Raíces, Caña y Son, qui aura lieu dans la verrière du Musée de Beaux Arts de Montréal, jeudi le 21 mars à 19h30.

C’est une occasion unique de découvrir un univers enrichi par les rencontres des cultures espagnoles, amérindiennes et africaines qui ont marqué chacune des régions de l’Amérique Latine.

Cette soirée sera l’occasion de s’immerger dans un univers enrichi par les rencontres des cultures espagnoles, amérindiennes et africaines qui ont marqué chacune des régions du Pérou.  En effet, ces artistes latino-américains vous feront découvrir leurs racines (Raices) culturelles et musicales dans une ambiance douce et chaleureuse, façon « canne à sucre » (Caña), et ce, au son (Son) de la meilleure musique traditionnelle d’Amérique du Sud.

Le programme de Raíces, Caña y Son est composé de treize chansons du répertoire de la musique péruvienne et s’inspire principalement de la richesse musicale et artistique de l’Amérique Latine.  Ses membres, originaires de la plupart des pays des Amériques, portent en eux le projet collectif de partage et de transmission de la richesse du patrimoine musical d’Amérique du Sud, dans un équilibre alliant authenticité musicale et spontanéité créative.  Parmi ceux-ci, il y a Adrian Manrique au tiple et Medad, Ernest au piano, Latief Valencia à la bandola, au tiple et au requinto, Maksum Gonzalez et Aziz Valencia aux percussions, Olivier Caron à la basse et Emilia Córdoba à la voix, le tout sous la direction artistique et musicale d’Alexandre Brault à la guitare.

 4couv

 

 

Date : jeudi 21 mars – 19h30 – Verrière du Musée des beaux-arts de Montréal, 1380

rue Sherbrooke Ouest

Durée : 1 h 15

Prix : Accès libre à l’achat d’un billet pour l’exposition Pérou : royaumes du Soleil et de la Lune

 

 

 

ANGELA SIERRA AMBASSADRICE DES AMÉRIQUES MÉTISSÉES

Il est opportun se souligner l’immense dévouement, la détermination et la compétence de Mme Angela Sierra, présidente de LAtinArte.

Cette admiratrice de Shakira, se défonce corps et âme pour faire connaître les talents latinos de Montréal. La Colombienne, qui s’est installée depuis 13 ans au Québec, a fini par façonner et finalement imposer LatinArte, la tribune qui manquait pour exposer toute la créativité hispanique de la métropole québécoise.

 

Un prix à une personne, une institution

Modeste, Angela Sierra refuse d’associer un tel crédit à son seul et unique compte. « C’est vrai que je suis l’initiatrice, la fondatrice, la directrice générale, mais je n’y pourrais rien sans cette vaillante équipe d’une quinzaine de personnes qui travaille avec moi.  Nous sommes tous des bénévoles, on travaille ainsi toute l’année pour créer des ouvertures pour les artistes Latino-américains», a-t-elle pris, d’emblée,  le soin de préciser.

 

ANGELA_SIERRA

 

 

La nouvelle lui annonçant sa Nomination au Grande de Personnalité de la Diversité de l’Année a été aussi accueillie dans la plus grande effervescence de la part de l’intéressée. «C’est incroyable, vous n’imaginez pas comment je suis heureuse de l’apprendre de la part de Médiamosaïque, une institution que je respecte beaucoup pour son immense travail dans les communautés. C’est un peu gênant le fait que je sois la personne cible, mais c’est au nom de toute l’équipe,  je prends un tel honneur au nom de LatinArte»
En effet, l’année 2012, qui vient de s’achever, a été particulièrement fructueuse pour LatinArte. «Nous avons gagné le prix « Franco » octroyé par l’Office de la langue française et le Regroupement des Jeunes chambres de Commerce, c’est un prix qui est donné aux organismes qui font la diffusion du français. Nous avons aussi obtenu le prix de la Chambre de Commerce latino-américaine du Québec. En décembre, mon profil et celui de LatinArte ont fait l’objet d’un article du journal Métro et à Radio-Canada, une initiative de la CRE et Alliées Montréal et voilà pour boucler le tout, je suis une des Personnalités de l’Année de Médiamosaïque, wow! »

Une immigration réussie

Mariée à un Québécois d’origine italienne et mère d’une fillette de 10 ans (Andréa), Angela estime que son processus d’immigration «est plutôt une réussite ici au Canada, particulièrement au Québec, à Montréal, où les gens sont très accueillants ». Pour avoir vécu pendant longtemps en Europe, je peux vous dire que l’accueil réservé aux immigrants au Québec est magnifique».


Cependant, « si j’avais un conseil à donner à n’importe quelle personne qui voudrait réussir son processus d’immigration, je lui parlerais tout d’abord de la langue, évidement pour bien s’intégrer, pour bien comprendre le système, pour bouger tranquillement dans un pays qui n’est pas le sien. Je pense que, ce qui m’a aidée en arrivant ici, c’est ma maitrise du français. Tout s’est fait rapidement. Le secret, c’est la maitrise de la langue», a-t-elle témoigné.

 

LatinArte : un mandat et un rayonnement

Via LatinArte, elle se bat pour améliorer «la situation des artistes». Comme un peu partout, «si leur situation est très précaire, elle l’est encore pire pour un immigrant qui n’a pas de réseau de contacts, de réseau de clients, qui ne  connait pas les programmes de bourses, de financement et d’aide. Chez LatinArte, on met l’artiste dans le contexte, on l’explique un peu comment cela se passe. On fait surtout et avant tout du développement afin qu’ils se fassent connaitre et soient imbus des différents moments où ils peuvent se vendre au public », a-t-elle expliqué.

Avant de se faire connaître sous la dénomination actuelle, LatinArte, qui a débuté ses activités en 2009, ciblait uniquement  les artistes d’origine colombienne et se faisait plutôt connaître sous l’appellation «Semaine culturelle latino-américaine». La forte demande qui a suivi  a obligé les initiateurs à l’étendre à tous les créateurs d’origine latino-américaine.

Signe de stabilité et de rayonnement de LatinArte dans la société d’accueil. Des institutions québécoises, non-hispaniques, de renommée indéniable, depuis les quatre dernières années associent leur image ou sponsorisent à l’événement. Citons, entre autres, la Ville de Montréal, la Maison de la culture, le Ministère de l’immigration, le Ministère de la Culture, sans oublier  un de ses partenaires financiers principaux, la Banque Scotia.

 

 Trésors du Pérougallery

 

N.B. :

À propos de PÉROU : ROYAUMES DU SOLEIL ET DE LA LUNE

Identités et conquêtes aux époques ancienne, coloniale et moderne

En exclusivité au Canada, le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) présente en grande première jusqu’au 16 juin 2013 l’exposition Pérou : royaumes du Soleil et de la Lune – Identités et conquêtes aux époques ancienne, coloniale et moderne. Initiée, conçue, produite et mise en tournée par le MBAM, cette exposition révèle une vaste sélection de trésors précolombiens et de chefs-d’œuvre issus de l’ère coloniale jusqu’à l’indigénisme, dont plus d’une centaine n’ont encore jamais été montrés en dehors du Pérou.  Avec ses 370 oeuvres d’art (peintures, sculptures, ornements en or et en argent, céramiques, photographies, œuvres sur papier, textiles et vidéos) provenant de près de 50 collections publiques et privées, dont plus d’une trentaine du Pérou, mais aussi des États-Unis (The Metropolitan Museum of Art, The Museum of Modern Art,

New Orleans Museum of Art…), de France (Musée du quai Branly), d’Allemagne et du Canada, l’exposition parcourt 3 000 ans d’histoire, y compris les découvertes archéologiques des dernières décennies.

 

Source et demande de renseignements :

Angela Sierra

Directora General

LatinArte

514 352-6424

Info@latinarte.ca

 

L’art de vivre latinos !!!

 

 

2012 in review. Revue 2012

30 Déc

Les lutins statisticiens chez WordPress.com ont préparé un rapport annuel 2012 pour ce blog.

Voici un extrait :

600 personnes ont atteint le sommet du Mont Everest en 2012. Ce blog a reçu environ 3 500 vues in 2012. Si chaque personne ayant atteint le somment de l’Everest visitait ce blog, il aurait fallut 6 and pour atteindre autant de vues.

Cliquez ici pour voir le rapport complet.