Archive | engagement RSS feed for this section

VALÉRIE PLANTE PREMIÈRE MAIRESSE DE MONTRÉAL

6 Nov

Mme Valérie Plante 43 ans, élue brillamment, première mairesse historique de Montréal, avec +51% des voies contre 45% au sortant D.Coderre (1 seul mandat)

Élue dimanche 5 novembre 2017, avec plus de 51% des voies contre 45% au sortant Denis Coderre.

La transition est faite, Montréalais et Montréalaises sont fiers souhaitent congé à Denis Coderre.

Nous avons envie d’avancer, besoin de changement, de respect et de dignité. Les plus proches du maire sortant sont aussi remerciés ou ont quitté : Anie Samson, Réal Ménard, Harout Chitilian, Russell Copeman, Pierre Gagnier, Pierre Desrochers, Manon Gauthier. Les parachutés récents ou anciens, aussi mis sur la touche (Lorraine Pagé, Elsie Lefevre). Si le taux de participation avait été plus élevé, l’hécatombe aurait été sévère et ce serait Coderre 40% et Valérie Plante 60%.

Valérie Plante était précise :
IL EST TEMPS DE SE METTRE AU TRAVAIL POUR MONTRÉAL. Mon projet, c’est le vôtre : débloquer Montréal et créer des milieux de vie abordables, sécuritaires et dynamiques pour tous et toutes. Mon projet respecte
l’identité des quartiers qui font de Montréal une ville dont on est si fier. La ville de demain, je veux la construire maintenant, avec vous et pour vous. »

Désormais avec des personnalités fortes, des élus engagés, enracinés dans leurs milieux de vie, des personnes de grande compétence, expérimentés, diplômés de haut niveau, comme jamais ce fut le cas au conseil de ville, des figures lumineuses, qui vivent avec nous, connaissent d’expérience les quartiers, les arrondissements, les districts, mais surtout ont des liens avec les citoyennes, les citoyens et les forces vives de Montréal.

Ce sont elles, et eux, qui font avec nous les mairesses et maires et élus de PM de nos arrondissements de Montréal : Émilie Thuillier avec 2/4 (Ahuntsic-Cartierville), Sue Montgomery avec 4/5 (CDN-NDG), Majda Vodanovic avec 4/4 (LaChine), Luc Ferrandez avec 6/6 (Plateau Mont-Royal), Benoît Dorais avec 4/4 (Sud-Ouest), Normand Marinacci avec 3/4 (Ile-Bizard-Ste-Geneviève), Pierre Lessard-Blais avec 3/4 (M-H-M), Philippe Tomlinson avec 3/4 (Outremont), notons l’élection de Lisa Christensen pour PM dans le district (La Pointe-aux-Prairies), François William Croteau avec 4/4 (R-P-P), Verdun avec 3 élus de PM, Valérie Plante avec 3/4 dont Robert Beaudry qui bat R. Bergeron dans (Saint-Jacques-Ville-Marie), enfin Giuliana Fumagalli avec 2/4 (Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension).

375 ans après Jeanne Mance, fondatrice de Montréal, les Montréalaises et les Montréalais ont écrit le 5 novembre 2017, un livre d’Histoire en élisant la première mairesse de la métropole. Montréal rejoint ainsi des villes comme Rome, Barcelone, Paris. Se faisant, ils ont aussi confirmé que le maire précédent élu avec la plus faible portion du suffrage de l’histoire et aussi celui qui aura eu un mandat unique dans l’ère moderne de notre histoire contemporaine.

Publicités

Valérie Plante à la mairie choisira de respecter les fonctionnaires

28 Oct

L’aspirante mairesse compte travailler avec les dirigeants et fonctionnaires actuels si elle est élue le 5 novembre

Samedi, 28 octobre 2017 |Jeanne Corriveau | Montréal
Valérie Plante, chef de Projet Montréal et candidate à la mairie, a pris part à une table éditoriale dans les bureaux du «Devoir», vendredi.
Photo: Guillaume Levasseur Le DevoirValérie Plante, chef de Projet Montréal et candidate à la mairie, a pris part à une table éditoriale dans les bureaux du «Devoir», vendredi.

Valérie Plante a beau critiquer avec vigueur le bilan de Denis Coderre, elle ne balayerait pas toutes les réalisations de son adversaire si elle était élue à la mairie de Montréal le 5 novembre prochain.

Pas question non plus de remplacer d’emblée les dirigeants de services nommés par le maire sortant, que ce soit à la direction générale de la Ville, à la Société de transport de Montréal (STM) ou au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), a expliqué la chef de Projet Montréal lors d’une entrevue éditoriale au Devoir vendredi.

« Je ne suis pas le genre de leader qui dit : parce que j’arrive, je mets tout le monde à la porte et je m’entoure des gens qui pensent comme moi », indique la candidate à la mairie. « J’aime ça être challengée. »

C’est ainsi que, si son équipe est portée au pouvoir, Valérie Plante compte s’asseoir avec le directeur général de la Ville, Alain Marcoux, ainsi qu’avec Philippe Pichet, chef du SPVM, et Philippe Schnobb, président du conseil d’administration de la STM.

Pour l’aspirante mairesse, le principal problème à la Ville de Montréal, c’est Denis Coderre. Ainsi, elle continue de faire confiance au chef Philippe Pichet malgré les crises, notamment celle de la surveillance de journalistes.

« Je suis très préoccupée par les crises qui ont secoué le SPVM. Entre autres, la commission Chamberland, ce n’est pas rien. Mais la personne qui pour moi est la plus problématique dans ce dossier, c’est Denis Coderre et son incapacité à réaliser que ce n’est pas sain pour un maire de passer des coups de fil [au chef de police] comme il l’a fait. »

Elle compte aussi engager une discussion Philippe Schnobb, qui dirige la STM, et le directeur général de la Ville, Alain Marcoux, si les Montréalais l’élisent le 5 novembre : « Je ne suis pas une personne qui impose ses idées. J’apprécie la critique et le défi. »

La ligne rose

Mais la chef de Projet Montréal aura fort à faire d’ici le scrutin, même si elle dit percevoir une vague de sympathie à son endroit. La ligne rose du métro, qui relierait Montréal-Nord à Lachine avec 29 stations, est son projet phare. Elle n’ignore pas que son projet, qui fait rêver, est accueilli avec un certain scepticisme.

« La première pelletée de terre aura lieu vers la fin du premier mandat ou au début du deuxième, mais ce qui est sûr, c’est qu’on va avoir notre bureau de projet dans notre premier mandat », assure-t-elle.

C’est surtout la question du financement qui fait sourciller ses critiques. Comme plusieurs autres projets figurant dans sa plateforme électorale, la ligne rose ne serait pas financée par la Ville, mais par des contributions des gouvernements du Québec et du Canada, alors même que d’importants investissements sont déjà consentis pour le Réseau électrique métropolitain (REM) et le prolongement de la ligne bleue.

Pour la énième fois, Valérie Plante répète que la Banque de l’infrastructure du Canada prévoit des fonds pour des projets de transport en commun et qu’il faut en profiter.

« C’est maintenant qu’il faut déposer les projets, pas après le REM et la ligne bleue », insiste-t-elle, tout en admettant ne pas avoir communiqué avec des représentants de gouvernements supérieurs pour mesurer leur intérêt envers le projet. Elle le fera si elle est élue à la mairie, dit-elle.

Formule E

Sous une administration Plante, plusieurs projets controversés seraient passés au crible, mais pas nécessairement abandonnés.

C’est le cas de l’amphithéâtre naturel en cours de construction sur l’île Sainte-Hélène, un projet de 73,4 millions qui a entraîné l’abattage d’un millier d’arbres et qui ne servira, dans l’immédiat, qu’à un seul promoteur d’événements.

« On est rendus trop tard pour l’arrêter », avance Valérie Plante tout en promettant d’analyser le dossier pour voir si des économies sont encore possibles afin de transférer des sommes vers d’autres projets, comme la promenade riveraine.

Pour ce qui est de la Formule électrique, Mme Plante maintient que la course pourrait être déménagée au circuit Gilles-Villeneuve, même si Denis Coderre et Jean Todt, président de la Fédération internationale de l’automobile, ont affirmé le contraire.

Valérie Plante n’écarte pas l’idée de résilier le contrat de trois ans en cas d’impasse, mais demeure prudente. « Ma volonté, pour l’instant, c’est de conserver la Formule E », dit-elle.

Tensions avec les arrondissements

Valérie Plante prend aussi des précautions quand elle parle du rapatriement de certains pouvoirs à la ville-centre décrété par l’administration Coderre. Elle qui plaide sans cesse pour la spécificité des arrondissements n’est pas prête à balayer les réformes du maire sortant.

À titre d’exemple, l’harmonisation des services de déneigement est valable, dit-elle, même si elle peut entraîner des aberrations en forçant un arrondissement à déneiger lorsque ce n’est pas requis : « Le problème, ce sont les mesures “one size fits all”. » En revanche, elle promet de modifier le règlement sur les chiens dangereux en retirant les dispositions visant les chiens de type pitbull.

La course à la mairie s’engage maintenant dans sa dernière ligne droite : « J’aime dire que le 5 novembre, je serai la femme de la situation. »

Qui est Valérie Plante ?Âgée de 43 ans

Mère de deux enfants

Originaire de Rouyn-Noranda, elle a quitté l’Abitibi à 19 ans pour s’installer à Montréal. Après un baccalauréat en anthropologie et une maîtrise en muséologie, elle travaille au sein de plusieurs organismes communautaires, puis elle dirige le réseau national de la Fondation Filles d’action.

Elle fut élue conseillère de ville dans l’arrondissement de Ville-Marie en novembre 2013, défaisant Louise Harel. Elle a été élue chef de Projet Montréal en décembre 2016.

L’ancienne protectrice du citoyen renonce à une indemnité de départ de 210 976$

8 Fév

Article du Journal de Montréal  Charles LECAVALIER.  Mercredi 8 février 2017.

Raymonde Saint-Germain renonce à son indemnité de départ de 210 976 $ qu’elle a laissée sur la table en quittant son poste de protectrice du citoyen, a appris Le Journal. Elle demande maintenant un resserrement des règles pour tous les mandarins.

«Quand j’ai téléphoné aux Emplois supérieurs pour leur dire, j’ai compris que c’était peut-être bien la première fois que ça arrivait», a lancé Mme Saint-Germain lors d’une entrevue avec notre Bureau parlementaire.

L’ex-ombudsman des Services gouvernementaux fait une croix sur un chèque de 210 976 $. Comme tous les hauts fonctionnaires de l’État, elle avait droit à un montant calculé en fonction de ses années de service et son salaire annuel. Elle a toutefois choisi de dire non, puisqu’elle savait qu’elle aurait rapidement un autre emploi, cette fois-ci au sénat canadien.

Elle a informé le secrétaire général du Conseil exécutif, Juan Roberto Iglesias, dans une lettre rédigée en novembre.

«Pour moi, c’était facile, car je n’étais pas à l’aise de prendre l’argent. Ça n’a même pas été une décision. J’ai été nommée au sénat le 2 décembre et j’ai quitté en novembre. Je n’ai pas eu de transition. Je ne trouvais pas ça justifié», a-t-elle souligné.

La Protectrice du citoyen est un modèle pour tous les cadres du Québec

La Protectrice du citoyen est un modèle pour tous les cadres du Québec

 

Du changement

La nouvelle sénatrice trouve d’ailleurs que les règles québécoises sont trop permissives. «Ça devrait changer; pour l’instant, c’est un automatisme. C’est dans les contrats: vous y avez droit. Mais il y a toutes sortes de situations où les gens iraient tout de même dans le public sans ça», a-t-elle lancé.

Dans son dernier rapport, Mme Saint-Germain a déploré les coupes du gouvernement Couillard «moins éprouvantes pour la bureaucratie que pour les personnes vulnérables». Elle juge aujourd’hui que le «fondement de ce décret d’embauche» devrait être revu: l’allocation de transition devrait être versée mensuellement et devrait se tarir lorsque la personne se trouve un emploi.

Elle fait toutefois une distinction pour les députés, qui «vivent beaucoup d’insécurité».

À l’aise

Mme Saint-Germain n’aura pas de difficulté à joindre les deux bouts avec son salaire de sénatrice de près de 145 000 $ et sa pension provinciale, à laquelle elle a contribué «pendant 42 ans», a-t-elle précisé.

Rappelons que selon la loi, elle a droit à 50 % de son salaire de 210 000 $ après 10 années de services comme protectrice.

QUI EST RAYMONDE SAINT-GERMAIN ?

  • Après deux mandats consécutifs de cinq ans, Raymonde Saint-Germain a quitté le Protecteur du citoyen le 14 novembre 2016.
  • Recommandée par Justin Trudeau, elle occupe désormais les fonctions de sénatrice à Ottawa.
  • Elle travaillait auparavant comme sous-ministre aux Services gouvernementaux.

DES PRIMES QUI ONT FAIT LES MANCHETTES

  • 654 000 $  à Charles Lapointe, président de Tourisme Montréal, lorsqu’il a pris sa retraite en 2013.
  • 378 000 $ à Henri-Paul Rousseau, l’ex-PDG de la Caisse de dépôt et placement, lorsqu’il quitte en 2008 de son plein gré l’institution pour aller travailler chez Power Corporation.
  • 565 503 $ à Thierry Vandal lorsqu’il a quitté Hydro-Québec en 2014.
  • 650 000 $ environ, à Michael Goldbloom, recteur de l’Université Bishop’s, qui compte 2825 étudiants. Après un reportage du Journal, il n’en a conservé que la moitié, soit près de 325 000 $
  • Charles Lecavalier

le Conseil des Arts du Canada participe à façonner l’avenir de la diversité culturelle

20 Oct

Au coeur de notre combat citoyen et professionnel

Façonner un avenir meilleur : aujourd’hui pour les prochaines générations

Publié par le 20 octobre 2016

« Le gouvernement du Canada a annoncé un investissement de 1.9 milliards dans le secteur des Arts et de la Culture » : c’est en ces termes que Simon Brault, directeur du Conseil des Arts du Canada, introduit son nouveau plan stratégique 2016-2021.

Le directeur, qui vient également d’être nommé au conseil d’administration de la Fédération Internationale des Conseils des Arts et des Agences Culturelles (FICAAC), a souhaité publier sur cultureveille.fr une tribune qui affirme l’ambition du Canada pour cette transformation majeure. Nous vous la livrons dans son intégralité ci-dessous (1).

Le Conseil des Arts du Canada est l’organisme national de soutien aux arts du Canada. Il rend compte de son activité au parlement par l’entremise du ministère du Patrimoine canadien. Ses principaux domaines d’activité sont l’attribution des subventions, des bourses et des prix, et la recherche, la communication et la promotion des arts au Canada.

Simon Brault, directeur du Conseil des Arts du Canada

Simon Brault, O.C., O.Q., (@simon_brault), est directeur et chef de la direction du Conseil des arts du Canada. Il a été récemment nommé au conseil d’administration de la Fédération internationale des conseils des arts et des agences culturelles (FICAAC-IFACCA). Il est actif dans le secteur culturel depuis plus de 30 ans, notamment à titre d’administrateur, de penseur, d’ardent défenseur des arts, de conférencier et d’auteur du livre Le facteur C.

open-quoteEn 2008, j’ai écrit Le facteur C (2) parce que je sentais qu’il devenait urgent de s’attaquer à l’écart grandissant entre l’abondance et l’excellence des expériences artistiques offertes par les professionnels des arts et les changements dans les modes de participation des publics. J’avançais dans cet essai que le dynamisme de la création artistique et la reconnaissance du caractère essentiel de l’art dans nos vies passaient par un changement d’attitude du secteur des arts. De toute évidence, ce secteur devait en faire davantage et devait le faire différemment pour renouveler l’engagement du public envers les arts d’une manière significative et enrichissante pour tous un chacun. J’étais convaincu – et je le demeure – qu’une vie culturelle riche et diversifiée, à laquelle prennent part le plus grand nombre de personnes de tous les horizons et dans laquelle ils se retrouvent, est essentielle au renforcement de la démocratie et à un développement humain durable.

Fort de ma longue expérience d’administrateur et d’activiste au service des arts, j’y affirmais que les organismes artistiques, les bailleurs de fonds et les décideurs politiques devaient enfin donner aux arts un rôle accru et plus vaste dans l’évolution de la société. Je les invitais à saisir pleinement les retombées de leurs décisions et de leurs actions au‑delà du secteur des arts lui-même. Je proposais de nous éloigner de la défense à tous crins de nos propres intérêts sectoriels pour adopter une vision globale et plus généreuse des multiples contributions des arts à une société, particulièrement à un moment où on cherchait des voies de sortie au ralentissement économique mondial qui perdurait alors.

Le nouveau gouvernement fédéral dirigé par Justin Trudeau a annoncé le doublement progressif de notre budget en 5 ans

Voilà que, 8 ans plus tard, je me retrouve à diriger l’organisme fédéral de soutien aux arts du Canada et à orienter une transformation majeure en grande partie éclairée par cette vision. Cette refondation du Conseil se situe à un moment historique pour les arts au Canada. Quelques mois seulement après l’annonce et le début de la mise en œuvre de cette transformation, le nouveau gouvernement fédéral dirigé par Justin Trudeau a annoncé le doublement progressif de notre budget en 5 ans (3). La possibilité de mener à bien la réforme en profondeur que nous avons nous-mêmes conçue, planifiée et annoncée, avec des ressources additionnelles considérables, est diamétralement opposée aux difficultés et restrictions qu’ontend-quote connus et que connaissent d’autres organismes de soutien aux arts dans le monde, en raison de compressions budgétaires ou de changements politiques. Nous sommes tout à fait conscients de notre position privilégiée et exceptionnelle. Comme Pierre Lassonde, le président de notre conseil d’administration se plaît à le dire, il s’agit là « d’une heureuse rencontre entre préparation et occasions ».

Un changement radical pour nos 60 ans

open-quoteAyant assuré la vice-présidence du conseil d’administration du Conseil des arts pendant 10 ans avant d’être nommé directeur et chef de la direction du Conseil, j’ai été à même d’observer de près les complexités de l’organisme. Et ce ne sont pas les complexités et les complications qui manquaient! Comme dans toute bureaucratie étatique, les programmes et processus du Conseil étaient devenus un véritable labyrinthe au fil de ses 60 années d’existence. Une pléthore de programmes de subvention a été créée pour répondre à des préoccupations ou à des besoins spécifiques. Chaque discipline artistique avait sa propre gamme de programmes et, d’une discipline à l’autre, les définitions, objectifs, critères et processus étaient souvent très différents. La plupart de ces programmes étaient normatifs, et les résultats attendus étaient plutôt autoréférentiels, puisqu’ils visaient d’abord et avant tout l’avancement de chaque forme d’art prise dans son propre contexte. La gamme des quelque 140 programmes du Conseil des arts était sans aucun doute le résultat d’ajouts nécessaires et souvent novateurs au fil du temps. Cependant, l’accumulation d’un nombre aussi élevé de programmes ciblés, spécialisés et indépendants les uns des autres nous empêchait non seulement de réagir à temps aux pratiques artistiques et aux modèles organisationnels émergents, mais aussi de rendre compte de nos résultats d’une façon convaincante et, surtout, de planifier stratégiquement nos interventions en tant qu’organisme de soutien aux arts.

Au cours de la dernière décennie, des changements sociaux irréversibles se sont produits. Les conditions de pratique artistique, les modèles d’organisation et les rapports avec les citoyens doivent être repensés. Le Canada d’aujourd’hui ressemble de moins en moins à celui qui prévalait au moment où le Conseil des arts a été créé dans le but de nourrir l’identité du pays à une époque où la scène artistique professionnelle était plutôt inexistante. Le Canada est à présent l’une des sociétés parmi les plus diversifiées et les plus avancées sur le plan technologique. Ses musiciens, danseurs, écrivains, artistes en arts visuels et artistes de théâtre jouissent d’une excellente renommée et cumulent des réussites remarquables de par le monde. Il n’est donc pas exagéré d’affirmer que le Conseil des arts a joué un rôle primordial dans l’évolution culturelle du pays.

La communauté artistique nous laissait entendre […] que le Conseil des arts et ses programmes ne suivaient tout simplement plus le rythme

Néanmoins, au cours des dernières années, la communauté artistique nous laissait entendre de plus en plus souvent que le Conseil des arts et ses programmes ne suivaient tout simplement plus le rythme des profondes transformations attribuables notamment à l’évolution démographique et aux technologies numériques. Nous devions en faire plus pour accueillir les jeunes, ainsi que les artistes et les organismes artistiques issus de la diversité, et pour susciter l’engagement d’un public attiré (voire distrait) par une profusion de contenus de nature et de qualité end-quotevariées et accessibles instantanément. Nous ne pouvions plus nous contenter d’ajuster nos programmes existants, d’en créer de nouveaux de façon ponctuelle et d’essayer d’en faire davantage avec le même budget. Il fallait procéder à une transformation radicale de nos programmes de subvention et de notre rôle en tant qu’organisme public de soutien, rien de moins.

Un système de soutien aux arts financé par les citoyens pour les citoyens

open-quoteÀ titre de société d’État fédérale indépendante du gouvernement, le Conseil des arts reçoit des fonds publics et prend des décisions quant à l’attribution des subventions aux arts en toute liberté et sans ingérence politique. Cependant, en tant qu’organisme bénéficiant d’un financement public, le Conseil a des responsabilités indéniables envers les citoyens. En moyenne, chaque Canadien, par le biais de ses impôts, verse annuellement un peu plus de 5 $ (CAN) à l’appui des arts par l’entremise de nos programmes, un montant qui atteindra près de 10 $ (CAN) d’ici 2021.

En moyenne, chaque Canadien, par le biais de ses impôts, verse annuellement un peu plus de 5 $ (CAN) à l’appui des arts par l’entremise de nos programmes, un montant qui atteindra près de 10 $ (CAN) d’ici 2021.

Cet investissement des deniers publics nous confère l’obligation d’être toujours plus transparents et responsables et de contribuer – à des degrés divers – à des objectifs de politiques publiques plus larges, tels que la démocratisation de l’art, le développement économique, les exportations, la création d’emploi, le mieux-être social et le renforcement des communautés. Ultimement, le financement public des arts contribue à bâtir la société dans laquelle nous voulons vivre, soit une société créative, altruiste, résiliente et prospère, au sein de laquelle les citoyens sont libres de s’exprimer et de prendre part ou d’assister à des expériences de création artistique.

Avant d’entreprendre notre transformation, nous devions d’abord revoir notre mandat original pour l’actualiser. Nous devions contextualiser à nouveau notre mandat de « favoriser et promouvoir l’étude et la diffusion des arts ainsi que la production d’œuvres d’art ». Nous devions constater qu’au fil des ans, à force d’élaborer des programmes de plus en plus ciblés et axés sur les disciplines artistiques ou sur des pratiques très circonscrites, le Conseil s’était progressivement éloigné des grands principes démocratiques qui justifient son financement gouvernemental. Cette prise de conscience a fait ressortir l’importance cruciale de notre engagement à renouveler et à étendre la participation du public à la vie artistique que nous soutenons.

En nous recentrant sur notre mandat, nous étions également mieux à même d’énoncer et de réaffirmer toutes nos valeurs fondamentales. L’une de ces valeurs, l’évaluation par les pairs, nous apparaît toujours comme la méthode la plus équitable et la plus transparente pour orienter les décisions en matière d’attribution de subvention. Chaque année, quelque 600 artistes et professionnels des arts de partout au pays évaluent des demandes de subvention et enrichissent le processus d’évaluation grâce à leurs expériences, leur diversité et leur connaissance approfondie des tendances et des enjeux liés aux pratiques artistiques actuelles. Une autre de nos valeurs fondamentales est l’importance de l’équité pour la réalisation des aspirations des artistes issus de groupes et de communautés victimes de discrimination systémique. Plus précisément, nous sommes convaincus que la scène artistique canadienne est plus riche lorsqu’elle illustre les expériences des artistes et des publics des communautés autochtones, des groupes issus de la diversité, des communautés de langue officielle en situation minoritaire, ainsi que des personnes sourdes ou handicapées. Compte tenu des obstacles systémiques auxquels font face ces groupes, le Conseil s’est doté de nombreux mécanismes pour assurer un accès égal à ses programmes et services. Enfin, l’excellence artistique est, et sera toujours, uneend-quoteconsidération primordiale au cœur du système d’évaluation des demandes de subvention. Combinée à des efforts systématiques pour susciter la participation culturelle, l’excellence artistique est à la base de toute entreprise pour optimiser le rôle du Conseil et celui des arts dans la société.

Changer sans s’excuser de le faire

open-quoteIl faut bien le dire, il n’est pas facile d’entreprendre un processus de transformation au sein d’une bureaucratie quelle qu’elle soit. Les processus et structures mis en place pour se protéger contre les risques sont aussi ceux qui font obstacle au changement. Ce sont des machines conçues pour neutraliser l’innovation. De plus, lorsqu’un organisme de financement comme le Conseil des arts vise le changement, il doit de le faire sans provoquer de bouleversements inutiles et en continuant d’offrir les services professionnels et pertinents dont la communauté artistique dépend.

Il n’est pas facile d’entreprendre un processus de transformation au sein d’une bureaucratie quelle qu’elle soit. […] Ce sont des machines conçues pour neutraliser l’innovation.

Notre approche à l’égard de la transformation est dynamique et organique; nous saisissons les occasions de changement qui se présentent. Nous développons constamment de nouvelles idées, testons les résultats et les réactions, puis réajustons notre orientation en cours de route, et cela s’applique à nos programmes, à notre structure d’entreprise et à notre organisation du travail.

Par exemple, en 2014, nous avons fait une première grande annonce à propos de notre projet de concevoir un nouveau modèle de financement, qui nous ferait passer de 140 programmes ciblés et axés sur les disciplines artistiques à 6 programmes non axés sur les disciplines artistiques. Ces 6 programmes vont offrir aux artistes et aux organismes — ainsi qu’à nous-mêmes, au Conseil — une plus grande flexibilité pour prendre en compte les nouvelles pratiques et tendances et ils vont nous permettre de documenter les résultats qualitatifs et quantitatifs de nos investissements. Au cours de l’année qui a suivi, nous avons commencé à développer ces programmes — à tester nos idées, à consulter la communauté artistique — tout en jetant les bases de notre prochain plan stratégique. Nos travaux quotidiens, la refonte de nos programmes et la définition de nos orientations stratégiques se sont donc nourris les uns les autres d’une manière organique et non linéaire, mais néanmoins sophistiquée.

En mars 2016, nous avons lancé notre plan stratégique 2016-2021 : Façonner un nouvel avenir, qui décrit l’ambitieuse vision sous-jacente à notre transformation et conditionnelle à notre succès en tant qu’organisme public de soutien aux arts. Pour formuler cette vision, nous nous sommes inspirés des opinions et conseils des nombreux répondants au sondage que nous avons mené et des idées recueillies auprès de la communauté au cours des années précédentes, lors de discussions, de sommets, de consultations, de conversations avec les pairs évaluateurs et d’une multitude d’autres occasions pendant lesquelles nous avons échangé avec différents intervenants et partenaires. Les artistes, les membres du personnel et ceux du conseil d’administration souhaitaient tous que notre réflexion soit audacieuse et que nous mettions en relief l’importance des arts à la fois pour nous recentrer sur nos propres vies intérieures et nous rapprocher les uns des autres, particulièrement en ce moment où plusieurs se sentent désenchantés, ignorés ou marginalisés.

À cette étape, nous devions nous doter d’un plan stratégique décrivant tant les actions concrètes que les aspirations philosophiques du Conseil. Notre vision est large et, bien que nous soyons réalistes quant à notre influence réelle, nous réalisons que nous faisons partie d’un vaste écosystème et que nous pouvons mettre à profit des partenariats par-delà les secteurs et les frontières afin d’optimiser notre impact et de promouvoir l’importance et la contribution des arts à notre civilisation. Notre plan stratégique s’articule autour de quatre engagements.

Quatre engagements : […] augmenter notre soutien aux artistes, […] accentuer la qualité, la portée et le partage de l’art […], renouveler les relations entre les artistes autochtones et les publics autochtones et non autochtones […], accroître le rayonnement de la création d’ici et de nos artistes à l’international.

Tout d’abord, nous voulons augmenter notre soutien aux artistes, aux collectifs et aux organismes visant l’excellence artistique et nous voulons susciter un engagement accru d’un public toujours plus diversifié envers les arts. Pour nous, il est clair que les notions d’excellence artistique et de diversification des publics peuvent cohabiter et ne sont absolument pas incompatibles.

Deuxièmement, nous nous engageons à accentuer la qualité, la portée et le partage de l’art au Canada grâce aux technologies numériques afin que les artistes puissent réussir en cette ère numérique et que les publics de proximité et du monde entier puissent avoir accès à leurs œuvres.

Troisièmement, alors que le Canada entreprend un processus de réconciliation avec les Premières Nations, les Inuits et les Métis, le Conseil reconnaît le pouvoir de guérison des arts et s’engage à renouveler les relations entre les artistes autochtones et les publics autochtones et non autochtones pour qu’émerge un avenir possible, un avenir commun.

Finalement, en tenant compte de la faible densité de la population du Canada et de son étalement sur un très vaste territoire, nous reconnaissons qu’il est essentiel que nos artistes accèdent aux marchés internationaux pour réussir et que ces mêmes artistes contribuent dans la mesure de leurs propres ambitions à l’influence culturelle du Canada sur la scène internationale. C’est pourquoi notre quatrième engagement consiste à accroître le rayonnement de la création d’ici et de nos artistes à l’international.

Ces engagements témoignent de notre détermination à être un organisme public de soutien aux arts bien ancré dans le 21e siècle et résolument tourné vers l’avenir. Pour atteindre cet objectif, en plus des engagements décrits précédemment, nous créerons également de nouvelles occasions pour la prochaine génération, notamment les jeunes et les artistes autochtones, ceux issus de la diversité, ceux handicapés ou sourds ou ceux des communautés de langue officielle en situation minoritaire.

En tant qu’organisme de soutien aux arts, le respect de ces engagements repose essentiellement sur nos programmes de subvention, end-quoteet c’est pourquoi notre transformation a débuté par le développement d’un nouveau modèle de financement qui permet aux artistes et aux organismes de planifier des projets et des activités qui répondent à leurs propres ambitions et non pas à nos prescriptions.

6 programmes pour faire avancer les arts et la société

open-quotePour faire écho à nos valeurs fondamentales, nos 6 nouveaux programmes ont été conçus afin d’encourager l’excellence artistique sans la couper des forces progressistes qui façonnent notre société. Par exemple, le Canada, tout comme bon nombre d’autres pays, se trouve à un tournant en ce qui concerne l’urgente redéfinition des relations entre les peuples autochtones et non autochtones, et entre les peuples autochtones et l’État. Le public a récemment été sensibilisé à ce sujet grâce aux travaux de la Commission de vérité et réconciliation du Canada, qui ont mis en lumière les abus qui se sont produits dans les pensionnats sur une longue période de temps et dont l’indicible horreur continue de jeter de l’ombre sur des générations d’autochtones. En tant qu’organisme public de soutien aux arts, nous sommes maintenant conscients, comme nous ne l’étions pas il y a 60 ans, des tentatives délibérées d’éradication des cultures et des langues des peuples des Premières Nations, des Inuits et des Métis tout au long de l’histoire du Canada. Nous avons l’obligation et la responsabilité de modifier nos propres façons de faire de manière à mieux soutenir les artistes et les communautés autochtones selon leurs propres aspirations.

Ainsi, notre programme, Créer, connaître et partager : arts et cultures des Premières Nations, des Inuits et des Métis, adoptera une approche centrée sur l’autodétermination culturelle des peuples autochtones : ce sont des membres autochtones du personnel qui géreront programme et les évaluations d’impact du programme seront réalisées dans un contexte qui respecte les perspectives et les protocoles autochtones. Ce programme unique comporte des caractéristiques qui sont propres aux communautés qu’il dessert. Par exemple, contrairement aux autres programmes de subvention du Conseil, il offrira du financement pour certains projets à petite échelle créés par des artistes non professionnels ou par des artistes en devenir. De plus, il offrira du financement à des organismes à but lucratif afin de reconnaître qu’ils sont parfois les mieux placés pour réaliser un projet dont les effets sur les plans artistique et communautaire sont considérables.

Tous nos programmes contribuent à faire avancer nos engagements.

Le programme Inspirer et enraciner reconnaît le rôle important des organismes artistiques au sein des communautés territoriales où sein desquelles ils sont établis et de leur rôle comme moteur de développement de leurs formes d’art. Il encourage ces organismes à assumer leur rôle de manière à atteindre les plus hauts sommets dans leurs formes d’art respectives tout en reflétant la grande diversité de leurs communautés dans leurs créations, leur gouvernance ou leurs rapports avec les citoyens.

Le programme Explorer et créer vise à favoriser la création et l’innovation artistiques. Le programme offre du financement pour des activités qui permettent d’augmenter les compétences des artistes et soutient la recherche et la création, des toutes premières étapes de la conception artistique jusqu’à la réalisation et à la production.

Grâce à des subventions de voyage, d’échanges et de tournées, le programme Rayonner au Canada donne accès à diverses formes d’expressions et d’expériences artistiques aux Canadiens de toutes les régions du pays.

les artistes sont […] les meilleurs ambassadeurs d’un pays.

Avant même la récente visite du président Obama à Ottawa en juillet 2016 au cours de laquelle il a déclaré que « le monde a besoin de plus de Canada », nous reconnaissions que les artistes sont souvent les meilleurs ambassadeurs d’un pays. C’est pourquoi notre programmeend-quoteRayonner à l’international permettra de financer les déplacements, la traduction, les tournées, les échanges et les coproductions à l’étranger et permettra d’accroître l’impact des artistes canadiens sur la scène internationale.

Opération transformation

open-quoteLe plan stratégique et notre nouveau modèle de financement présentent une vision et des aspirations audacieuses. Ces initiatives ne seraient toutefois que vaines promesses sans les travaux concrets qui les accompagnent. La conception des nouveaux programmes a nécessité et continue de nécessiter des efforts colossaux de la part de notre personnel et un soutien indéfectible de notre conseil d’administration. Nous avons dû communiquer avec clarté, transparence et cohérence avec le gouvernement, la communauté artistique et d’autres intervenants tout en continuant d’administrer nos programmes actuels et en réduisant au minimum les perturbations.

Si la communauté artistique a d’abord manifesté du même souffle enthousiasme et méfiance, elle nous a finalement accordé sa confiance.

Une particularité de notre approche fut de partager le récit de notre transformation au fur et à mesure que nous l’écrivions. Dès juin 2015, lorsque nous avons annoncé notre intention d’apporter des changements, nous avons partagé une première ébauche, puis, à différents moments, alors que nous peaufinions le tout, nous avons donné d’autres renseignements en admettant avec honnêteté qu’il s’agissait d’un travail en pleine évolution. Si la communauté artistique a d’abord manifesté du même souffle enthousiasme et méfiance, elle nous a finalement accordé sa confiance.

On ne peut sous-estimer l’importance de cette confiance en pleine période de transition et compte tenu de l’excellente réputation acquise par le Conseil au cours de ses 60 années d’existence. Je dois aussi affirmer que le vote de confiance de notre nouveau gouvernement — tant celui du premier ministre Justin Trudeau que celui de la ministre de notre propre portefeuille, Mélanie Joly —, a été des plus précieux pour la progression rapide d’une transformation de si grande envergure.

Pour le Conseil, l’injection des nouveaux fonds accordés par le gouvernement représente plus qu’un appui financier; elle fait la end-quotepart belle à l’espoir et aux possibilités et invite tous les intervenants à faire preuve d’audace et de courage.

Financer les arts pour servir le bien commun

open-quoteCe que nous voulons tous, en tant qu’organismes de soutien aux arts, c’est que nos interventions aient un impact. En développant son nouveau modèle de financement, le Conseil des arts a, par la même occasion et souvent de concert avec d’autres partenaires, renforcé sa capacité d’agir rapidement au moment même où ses interventions peuvent contribuer à changer les choses. Au cours des deux dernières années, nous avons eu de nombreuses occasions de mettre à profit cette capacité renforcée et d’accroître le rôle des arts à des moments déterminants de notre vie collective.

[Les] arts pour guérir et approfondir la compréhension mutuelle dans un monde déchiré et divisé

À titre d’exemple, lorsque le gouvernement canadien a annoncé l’année dernière son projet d’accueillir 28 000 réfugiés syriens, nous avons été en mesure d’établir rapidement un partenariat avec la Financière Sun Life afin d’offrir un fonds appelé Bienvenue aux arts. Ce fonds visait à aider les organismes artistiques à offrir gratuitement des expériences culturelles aux réfugiés nouvellement arrivés. Nous avons été ravis de la réponse de la communauté artistique; plusieurs organismes avaient d’ailleurs déjà planifié des initiatives en ce sens. Le ministère du Patrimoine canadien avait notamment travaillé en collaboration avec des éditeurs de partout au pays pour distribuer à chacune des familles de réfugiés syriens un sac cadeau contenant des livres en français et en anglais écrits par des auteurs canadiens. Voilà une illustration du pouvoir transformateur des arts pour guérir et approfondir la compréhension mutuelle dans un monde déchiré et divisé.

L’initiative {Ré}conciliation constitue un autre exemple récent de l’impact public du Conseil des arts. Avant même la publication du rapport très attendu de la Commission de vérité et réconciliation, le Conseil a lancé cette initiative en partenariat avec le Cercle sur la philanthropie et les peuples autochtones au Canada et la Fondation de la famille J. W. McConnell. {Ré}conciliation vise à financer des projets créés par des artistes inuits, métis ou des Premières Nations afin d’établir un rapprochement entre les peuples autochtones et non autochtones.

Comment éviter que le contenu « créé au Canada » soit complètement noyé dans un flot de contenu en ligne et marginalisé par les puissants algorithmes des moteurs de recherche ?

Dans notre réflexion sur la participation culturelle du plus grand nombre, on ne peut faire abstraction de la question de l’accessibilité de l’art et de la culture à l’ère numérique. Nous devons nous demander comment éviter que le contenu « créé au Canada » soit complètement noyé dans un flot de contenu en ligne et marginalisé par les puissants algorithmes des moteurs de recherche. Le gouvernement canadien mène actuellement une vaste consultation publique à ce sujet. Le Conseil s’intéressera de près aux recommandations et décisions qui en découleront et qui pourraient toucher la communauté artistique. De plus, nous savons pertinemment que l’investissement et la mobilisation du secteur des arts dans les technologies et les approches numériques sont jusqu’à présent nettement insuffisants et que ce secteur a besoin d’un soutien réel pour s’adapter à l’ère numérique. Le Conseil analyse actuellement les résultats d’un sondagedétaillé portant également sur ce sujet et organisera un important sommet en 2017 afin de valider une stratégie visant à assurer aux artistes et organismes artistiques un accès aux ressources et au soutien dont ils ont besoin pour réussir dans l’environnement actuel.

Un dernier exemple de la flexibilité acquise par le Conseil au cours de la dernière année est la création et le lancement, en quelques semaines seulement, du programme de financement ponctuel Nouveau chapitre, à l’occasion du 150e anniversaire de la Confédération en 2017. Cet ambitieux programme invite les artistes et les organismes artistiques à rêver et à voir grand afin de réaliser des projets d’une envergure exceptionnelle qui laisseront un héritage artistique durable dans les années à venir. Je suis impatient de découvrir les œuvres qui seronend-quotet créées grâce à ce programme. Ces œuvres contribueront à inspirer, à éclairer, à interpréter et à imaginer l’avenir de ce pays en s’interrogeant sur ses valeurs, en engageant le public et en donnant plus de visibilité à l’art, et cela, ici et dans le monde.

Au cœur d’un dialogue, au cœur de la vie

open-quoteLe fil conducteur de toutes ces initiatives spéciales est qu’elles placent le Conseil, de même que les arts, au cœur d’un dialogue plus large ayant pour but de définir qui nous sommes en tant que société en ouvrant des perspectives sur ce que nous voulons devenir. Elles démontrent que les arts peuvent encore éclairer la condition humaine. Et c’est, selon moi, exactement là où le Conseil et les arts doivent se positionner pour demeurer pertinents et faire partie intégrante de la vie quotidienne de nos concitoyens d’ici et d’ailleurs dans ce monde.

Au cours des 2 dernières années, nous avons fait des détours, surmonté les obstacles qui se dressaient à l’horizon et emprunté des avenues inhabituelles qui nous ont permis de saisir des occasions que nous n’aurions jamais pu prévoir.

En écrivant cet article, je suis conscient que mon exposé peut donner à penser que la transformation du Conseil des arts est linéaire et bien ordonnée. Je peux toutefois vous assurer qu’il en est tout autrement. Au cours des 2 dernières années, nous avons fait des détours, surmonté les obstacles qui seDRESSAIENT à l’horizon et emprunté des avenues inhabituelles qui nous ont permis de saisir des occasions que nous n’aurions jamais pu prévoir. La volonté d’apprivoiser le changement a été la seule constante de notre parcours. Et je suis fermement convaincu qu’avec le end-quotesoutien continu de la communauté artistique et avec l’appui grandissant des citoyens, le Conseil des arts sera en mesure de gagner une pertinence accrue. En se plaçant à l’écoute des espoirs, des peurs, des rêves et des réalités des Canadiens et des citoyens du monde

Notes

  1. Cet article a été publié en anglais dans la revue américaine de Grantmakers in the Arts,Readers, vol. 23, no 3, automne 2016. Voir Shaping a Brighter Future: The Canada Council Transforms for the Next Generation.
  2. Simon Brault, Le facteur C, Les éditions voix parallèles, Montréal, 2009. Paru en anglais sous le titre No Culture, No Future, Cormorant Book, Toronto, 2010.
  3. Voir le billet de Simon Brault, « Un rendez-vous avec notre avenir », sur cet investissement historique.

Maria Volonté

12 Oct

Colombe ultime

Sur les vents qui courent

Voix en souffle intime.
Lire la suite

Maison de l’Afrique Mandingo, lieu poésie

6 Fév

C’est la Maison de la solidarité et de l’innovation, la poésie y est chez elle. Merci pour ces photos qui disent mon Amour pour le Montréal que nous voulons et le don à 100% pour réussir la création d’un vivre actif respectueux des différences, la collaboration de toutes les énergies positives et de tous nos talents.

Poésie partagée avec les publics et les instrumentistes

Poésie partagée avec les publics et les instrumentistes

Créateurs et auteurs,

Compositeurs et interprètes,

artistes et artisans de nos vies

et des bonheurs de notre ville.

Les artistes sont une part importante de l’oxygène collectif,

cette couleur spéciale qui dit notre identité.

Ce Coeur battant au rythme duquel

nous nous identifions

toutes et tous,

celles et ceux qui aiment totalement notre société.

Respect, justice, dignité, solidarité,

les motifs de fierté de nos fibres amicales et fraternelles,

dans la lumière et la joie à un niveau supérieur.

Merci merveilleuse famille des arts et de la culture.

Nouveau visage H A

2966, Visage universel. Peinture de Hassane Amraoui

 

Un récital de poésie à la Maison de l’Afrique Mandingo:

Samedi 6 février 2016, de 18:00 à 21:00 h.

Musiques et paroles fières, au-dessus des nuages.

Cette élégance de l’esprit qui défie la bête servile

qui, enfoncée et corrompue de haine,

de hargne et de vil harcèlement,

meurt de jalousie.

Le triomphe de l’intégrité,

de la générosité et de la vérité du verbe,

terrasse l’animal(e) ignoble.

La poésie porte cette énergie

qui déracine les thuriféraires

de la mesquinerie et de la méchanceté.

Victoire du don et du beau,

voilà notre réponse publique,

nous les métèques et sages saltimbanques nègres.

Nous qui apportons honneur et gloire

au théâtre fade et monochrome

qui défile sous nos yeux.

Telle est l’offrande du 6 février 2016,

un chant nouveau

pour louer nos généreuses partitions à l’univers urbain.

Qu’il monte en joie et en force

ce cantique suprême et noble.

Ne sommes nous pas les reines et les rois de la fraternité ?

Ce rendez-vous il est à vous,

à nous, aux artistes totalement libres et fraternels.

Les publics y vivront de joie et d’amour.

Yves Alavo

Vendredi 29 janvier 2016.

Dire pour la liberté et chanter pour la justice

Dire pour la liberté et chanter pour la justice

 

LA VOIX

Comme une musique

Qui berce l’âme

Une mélodie sans arrêt

Un chant des vents lointains

Une harmonie transcendantale.

La voix est émotion

Une sensation de soi

Une odeur de l’intime

Une mélodie intemporelle

Au-dessus du temps une voix qui ouvre ses bras à l'amour éternel

Au-dessus du temps une voix qui ouvre ses bras à l’amour éternel

Comme le chant des vagues

Le murmure des vents

La vibration des dunes

Le silence du désert

Le remous des palpitations

La douce impression de la lumière

L’immense frémissement des cimes des Séquoias

Cette cadence cordiale des esprits

En route pour les confins du temps

Une oraison perpétuelle aux divinités.

La voix redit corps et esprit

Revit totale harmonie de l’infiniRejoint le bigbang spatial

De la préhistoire aux personnages d'animation numérique. Peinture de Hassane Amraoui.

De la préhistoire aux personnages d’animation numérique. Peinture de Hassane Amraoui.

Vibre pour toujours dans l’univers

La voix est cet écho spirituel

Cet appel des dieux

Cette annonce des prouesses poétiques

Une note sans fin

Une mélodie nouvelle sans son sorcier

Roulement d’espoir

Choc d’amour

Un accord pour les danses sensuelles

Une transe sans danse parfois

Mais souvent une danse sans transe.

Yves Alavo

 

 

FEMME MYSTÈRE

Le mystère en amour est dans nos yeux

Un cheminement de découverte

Poètes continentaux Louisa Lafable, Mérès Wech, Sabine Monpierre, Mariana Baldé, Bebeton Lonsili organisateur, Domonique Moïse, fille du poète Serge Moïse, Yves Alavo, Adama Daou, balafoniste. Photos Kevin Calixte

Poètes continentaux Louisa Lafable, Mérès Wech, Sabine Monpierre, Mariana Baldé, Bebeto Lonsili organisateur, Dominique Moïse, fille du poète Serge Moïse, Yves Alavo, Adama Daou, balaffoniste. Photos Kevin Calixte

Le mystère en amour est ce qui fuit

Une vie de famille et de pays

Le mystère en amour est ce que nous vivons

L’harmonie dans ton cœur au diapason

De ton entourage.

Le mystère en amour est ton image

L’image de la lumière

L’image des rayons

Les rayons de la passion

Les énergies folles qui éclatent

Pour changer nos êtres et vivre fous

Les flammes qui nous propulsent

Oeuvre de Hassane Amraoui

Oeuvre de Hassane Amraoui

Avec l’élan vital du bonheur infini.

Lys au cœur du temple intérieur

Épanouie et tournée vers la lumière

Les couleurs filtrent l’éclat solaire

Vibrant de frissons dorés

Qui chantent ta vie profonde.

Vie intérieure et de transmission

Tu es au centre de la création

Dis le fou

Toi au rêve offerte

Quand l’univers te régénère

Que vibre la pensée des divinités astrales.

L’âme au cœur du destin universel

Fond comme métal brûlant

Les formes souples enrobent la mémoire

Riche du capital historique personnel

Qui façonne l’identité centrale.

Fluide espoir qui inonde ton cœur

Favorite dans l’arène familiale

Les ombres caressent la lueur lunaire

Brillant d’étincelles de feu

Qui rythment ta vie toute neuve.

Lumière en arc sublime

Active et plongée dans le mystère

Les rêves donnent du tonus

Intense de projets créatifs

Qui illuminent le mystère qui s’amorce en Toi.

Sur les ailes du plaisir

Ange de force et de souple énergie

Les ailes portent sur le vent.

Royale au firmament du rêve

Elle vole de talent et de joie.

Élan du mystère

Flèche vivante et perpétuelle

Sublime énergie du surnaturel.

Yves Alavo,

Engagement et participation au développement de notre société

13 Nov

Créer, Innover et Collaborer

Ce qui me motive :
– Défendre et promouvoir des idées et des pratiques innovantes;
– Créer de nouvelles stratégies de partage du savoir;
– Mettre en action des équipes polyvalentes et créatives.

Ce que je sais faire :
– Créer de nouveaux modèles d’échanges et de transmission des valeurs;
– Mettre en oeuvre des événements collaboratifs d’envergure internationale;
– Activer et développer des liens inter-culturels à fort potentiel communicatif;
– Gérer la transmission de la créativité et du tonus au sein d’équipes professionnelles.

Ce que je poursuis :
– Actions collaboratives entre artistes multidisciplinaires;
– Projets interactifs d’écriture, d’architecture et de solutions numériques;
– Conseils stratégiques performants aux nouvelles organisations créatives;
– Plans de développement aux jeunes organisations pour atteindre des résultats durables. Lire la suite