Archive | Justice et équité RSS feed for this section

VALÉRIE PLANTE PREMIÈRE MAIRESSE DE MONTRÉAL

6 Nov

Mme Valérie Plante 43 ans, élue brillamment, première mairesse historique de Montréal, avec +51% des voies contre 45% au sortant D.Coderre (1 seul mandat)

Élue dimanche 5 novembre 2017, avec plus de 51% des voies contre 45% au sortant Denis Coderre.

La transition est faite, Montréalais et Montréalaises sont fiers souhaitent congé à Denis Coderre.

Nous avons envie d’avancer, besoin de changement, de respect et de dignité. Les plus proches du maire sortant sont aussi remerciés ou ont quitté : Anie Samson, Réal Ménard, Harout Chitilian, Russell Copeman, Pierre Gagnier, Pierre Desrochers, Manon Gauthier. Les parachutés récents ou anciens, aussi mis sur la touche (Lorraine Pagé, Elsie Lefevre). Si le taux de participation avait été plus élevé, l’hécatombe aurait été sévère et ce serait Coderre 40% et Valérie Plante 60%.

Valérie Plante était précise :
IL EST TEMPS DE SE METTRE AU TRAVAIL POUR MONTRÉAL. Mon projet, c’est le vôtre : débloquer Montréal et créer des milieux de vie abordables, sécuritaires et dynamiques pour tous et toutes. Mon projet respecte
l’identité des quartiers qui font de Montréal une ville dont on est si fier. La ville de demain, je veux la construire maintenant, avec vous et pour vous. »

Désormais avec des personnalités fortes, des élus engagés, enracinés dans leurs milieux de vie, des personnes de grande compétence, expérimentés, diplômés de haut niveau, comme jamais ce fut le cas au conseil de ville, des figures lumineuses, qui vivent avec nous, connaissent d’expérience les quartiers, les arrondissements, les districts, mais surtout ont des liens avec les citoyennes, les citoyens et les forces vives de Montréal.

Ce sont elles, et eux, qui font avec nous les mairesses et maires et élus de PM de nos arrondissements de Montréal : Émilie Thuillier avec 2/4 (Ahuntsic-Cartierville), Sue Montgomery avec 4/5 (CDN-NDG), Majda Vodanovic avec 4/4 (LaChine), Luc Ferrandez avec 6/6 (Plateau Mont-Royal), Benoît Dorais avec 4/4 (Sud-Ouest), Normand Marinacci avec 3/4 (Ile-Bizard-Ste-Geneviève), Pierre Lessard-Blais avec 3/4 (M-H-M), Philippe Tomlinson avec 3/4 (Outremont), notons l’élection de Lisa Christensen pour PM dans le district (La Pointe-aux-Prairies), François William Croteau avec 4/4 (R-P-P), Verdun avec 3 élus de PM, Valérie Plante avec 3/4 dont Robert Beaudry qui bat R. Bergeron dans (Saint-Jacques-Ville-Marie), enfin Giuliana Fumagalli avec 2/4 (Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension).

375 ans après Jeanne Mance, fondatrice de Montréal, les Montréalaises et les Montréalais ont écrit le 5 novembre 2017, un livre d’Histoire en élisant la première mairesse de la métropole. Montréal rejoint ainsi des villes comme Rome, Barcelone, Paris. Se faisant, ils ont aussi confirmé que le maire précédent élu avec la plus faible portion du suffrage de l’histoire et aussi celui qui aura eu un mandat unique dans l’ère moderne de notre histoire contemporaine.

Publicités

Maria Volonté

12 Oct

Colombe ultime

Sur les vents qui courent

Voix en souffle intime.
Lire la suite

la mobilisation de l’école et de ses partenaires pour faire vivre les valeurs de la République

28 Jan

Face à l’horreur, chacun de nous a cherché les mots pour répondre aux questions des enfants et des jeunes qui nous entourent. C’est une mission difficile, de grande humanité qu’ont eu à mener les enseignants de France lorsque, dès le lendemain de ces attentats barbares, ils ont rassemblé les enfants pour se recueillir et, à ma demande, libéré la parole dans leurs classes.

Avec pédagogie, ils ont déployé ces trésors quotidiens d’écoute et d’argumentation qui sont le sens même de leur mission éducative. Pour ce faire, ils ont pu compter sur leur expérience, sur les outils repérés ou saisis dans l’urgence, mais aussi sur les ressources pédagogiques que les services du ministère de l’éducation nationale ont mis à leur disposition, dans la nuit suivant le premier attentat, sur le site éduscol.education.fr, consulté près de 200 000 fois en quelques jours. Lire la suite

BIBLIOTHÈQUE VIVANTE – LIVING LIBRARY : AU MAI SAMEDI 28 SEPTEMBRE 2013 DE 13 À 16 HEURES.

16 Sep

Artistes PARTICIPANTS / PARTICPATING Artists

Shirlette Wint, Ally Ntumba, Gilles Garand, Damian Nisenson, Janet Lumb, Eman Haram, Koshro Berahmandi, Mohsen El Gharbi, Anna Beaupré Moulounda, Patricia Pérez, Yves Alavo, Carmen Ruiz

La coiffure d'Amilcar Cabral, héros des indépendances africaines, la Guinée-Bissau.  auto portrait.

La coiffure d’Amilcar Cabral, héros des indépendances africaines, la Guinée-Bissau. auto portrait.

Plusieurs pistes peuvent de dessiner, selon les contextes : l’écriture poétique, la cuisine, les communications, la diversité culturelle en action localement, régionalement et internationalement.

Livre d’une bibliothèque vivante c’est comme s’ouvrir et se laisser lire.  Plusieurs chapitres s’offrent.  Soit une lecture chronologique qui traverse, de l’enfance à la période actuelle, une vie de plus de soixante années vécue sur plusieurs continents, dans des statuts, des fonctions et des situations très variées, souvent circonstancielles, inédites et imprévues.

2010, gagnant des primaires socialistes et co listier de la candidate du PS français, Corinne Narassiguin, première député des Français en Amérique du Nord

2010, gagnant des primaires socialistes et co listier de la candidate du PS français, Corinne Narassiguin, première député des Français en Amérique du Nord

Il pourrait aussi, ce livre, être conçu comme une suite de nouvelles, avec des titres qui sonnent comme autant de thématiques, dont certaines dominées par des personnes, celles qui ont été déterminantes dans ma vie, de la famille, des amis, aussi parfois des relations qui se sont construites lors de la phase d’apprentissage, ou bien au cours des différents emplois assumés.

 

L'harmonie vestimentaire est accessoire, elle peut parfois contribuer à créer du beau.

L’harmonie vestimentaire est accessoire, elle peut parfois contribuer à créer du beau.

 

Enfin, un autre angle peut former la charpente du livre de la vie.  Il s’agit des principales réalisations, les liens entre elles, les effets, changements ou les impacts réalisés dans les domaines d’action, de militance ainsi que les perspectives nouvelles qui s’ouvrent.  Prendre avec soi un certain recul et observer, c’est-à-dire, devenir l’observateur de sa propre vie.

 

Devenir Grand Papa, une vie nouvelle remplie de bonheur.

Devenir Grand Papa, une vie nouvelle remplie de bonheur.

Tels sont à mon sens les voies qui peuvent être empruntées pour porter sur une vie, une œuvre, un pan de notre histoire personnelle et collective, un regard descriptif, analytique ou alors y détecter les mouvements de force, les ruptures ou y lire une certaine continuité.

Un défi sans pareil que de se métamorphoser en livre au sein d’une bibliothèque vivante.

Yves Alavo

Pour les Journées de la Culture

Samedi 28 septembre 2013-09-17

Au MAI Montréal arts interculturels.

Régine Cadet directrice générale et codirectrice artistique du MAI (Montréal, arts interculturels) : 12 ans de service

9 Sep

RegineCadet

Le conseil d’administration du MAI (Montréal, arts interculturels) annonce le départ de madame Régine Cadet à la direction générale de l’organisme à compter du 27 septembre 2013. Elle quitte Montréal pour s’installer à Toronto avec sa famille et nous lui souhaitons bonne chance dans cette nouvelle aventure. Nous profitons de l’occasion pour la remercier et saluer son engagement au développement et au rayonnement du MAI durant les douze dernières années, dont sept ans à la direction générale et artistique.

Artiste (danse et chorégraphie), femme de gestion, chef de file de cette génération nouvelle qui allie de nombreux talents avec des habiletés relationnelles et un sens stratégique de la coordination au sein d’environnements complexes.  Régine cadet a su donner au MAI une stature de référence comme centre d’art, lieu de diffusion et centre d’innovation et de développement social et artistique associé au réseau des praticiens et des institutions gouvernementales, para-publiques et privées.

Dans le réseau des maisons de la culture et des centres culturels métropolitains, le MAI se distingue par son approche favorable à l’accompagnement technique, au soutien artistique et au mentorat auprès des artistes.  Lieu de perfectionnement et d’orientation solide pour la plupart des créateurs, le MAI a permis à plusieurs générations d’artistes urbains, aux auteurs, compositeurs ainsi qu’aux interprètes, d’améliorer leurs relations aux publics divers, de bonifier et de structurer de manière valable leur production afin d’atteindre, en de meilleures contextes, les plus hauts standards professionnels.

Souvent, le MAI est un relais expérimental, un incubateur de talents et un espace professionnel performant.  Toutes ces qualités ainsi que cette vocation exceptionnelle de faiseur de vedettes au sens le plus noble, nous le devons à Madame Régine Cadet.  Elle a su créer et développer au sein du MAI et avec ses partenaires, un esprit de coopération, une ouverture aux technologies nouvelles et aux pratiques avancées, permettant de nouvelles qualifications et un progrès substantiel des artistes, tant collectivement qu’individuellement.

Mme Cadet

Pour tous ces motifs et ces réalisations de qualité stratégique significative, nous tenons à dire notre reconnaissance à Régine Cadet.  Nous lui souhaitons un avenir égal ou supérieur à son présent et au passé qui représente un actif important dans la balance de notre vie culturelle montréalaise, métropolitaine, québécoise et je dirais nord-américaine.  Bravo pour l’oeuvre accomplie et félicitations pour avoir aussi créer une masse critique au sein des équipes successives que tu as mis en action au MAI.  Partout nous observons leurs personnalités et leur rayonnement.
« Le conseil d’administration est heureux d’annoncer la nomination de monsieur Michael Toppings comme nouveau directeur général et artistique du MAI.  De façon unanime le conseil d’administration a fait le choix de confier les rênes du MAI à monsieur Toppings. Ce dernier a occupé ce poste à deux reprises lors des congés de maternité de madame Cadet, il travaille au MAI depuis quatre ans et a récemment été promu codirecteur artistique », a souligné Daniel LeBlond, président du conseil d’administration.

Régine Cadet

Michael Toppings prend la relève

Depuis plus de 20 ans monsieur Toppings évolue principalement dans le secteur des organisations à but non lucratif en tant qu’artisan de la culture. Il détient une grande expérience du secteur culturel et a travaillé pour diverses compagnies et organisations artistiques situées dans les provinces de Saskatchewan, d’Alberta, de la Colombie Britannique et du Québec.  À Montréal, il a occupé la fonction
de directeur général et administratif de deux compagnies de danse réputées : PPS Danse et Sinha Danse.

De plus, mentionnons que Michael Toppings est également artiste multidisciplinaire et détient une connaissance approfondie des milieux artistiques contemporains québécois et canadiens, que ce soit pour les arts de la scène, les arts visuels ou encore dans le domaine de la littérature. « Nous sommes assurés que Michael Toppings saura relever le défi avec brio et insuffler une nouvelle énergie au MAI, dans la continuité du travail que nous effectuons depuis bientôt quinze ans », a déclaré monsieur LeBlond.  Cette nomination sera effective à compter du 30 septembre prochain.

Rappelons que le MAI présente des oeuvres vives, engageantes et résolument actuelles.  Pionnier dans le domaine des arts interculturels à Montréal, le MAI est un diffuseur pluridisciplinaire en arts contemporains dont la mission est d’appuyer la création, la diffusion et le rayonnement des arts interculturels.

Source et renseignements : Christine Roy // Coordonnatrice des communications
514 982-1812, poste 227 comm@m-a-i.qc.ca

Une partie du texte, section de réflexion sur l’oeuvre de Régine Cadet, est de Yves Alavo.

Cocktail pour souligner le départ de Régine Cadet
Le conseil d’administration et le personnel sont heureux de vous convier à un cocktail, de type 5 à 7, pour saluer le départ de Régine Cadet à la direction générale et à la codirection artistique du MAI (Montréal, arts interculturels). Pour cette occasion, il vous sera possible de prendre avec nous un verre de l’amitié (à un prix des plus abordables) le :
Mercredi 25 septembre 2013
17 h à 19 h
Café du MAI
3680, rue Jeanne-Mance

 

ARTISTES DU MONDE POUR LAC-MÉGANTIC

19 Août

C’est dimanche 18 août 2013, sous le patronage de Mary Deros, responsable des communautés d’origine diverses au sein du comité exécutif de la Ville de Montréal, que s’est déroulé le souper-spectacle «Artistes du monde pour le Lac-Mégantic» au Buffet LDG Centre de congrès de Rosemont (2953, rue Bélanger est), entre 17 h et 23h.

Lasso Salif Sanou, flûtiste et joueur de Kora (Burkina Faso), Adama Daou, balafoniste et percussionniste de talent (originaire du Mali), Medo Comes (Cote d’Ivoire), la compagnie Luc et Lancinet ou encore Geneviève Roy (chanteuse d’opéra), aussi  le réputé et exceptionnel Daouda Diéye le roi du Hoddou (originaire de Mauritanie/Sénégal) sont quelques-uns des artistes qui se sont produits, généreusement  dimanche soir.  C’est l’animateur DJ Meps qui a tenu la console et l’animateur de radio et photographe, Serge Lerus qui a été maître de cérémonie.

Une soirée de solidarité avec les sinistrés de Lac Mégantic

Une soirée de solidarité avec les sinistrés de Lac Mégantic. Photo Serge LERUS

L’évènement a été organisé par Mohamed Sall du Carrefour des jeunes volontaires pour le développement mauritano-canadien, la Fête au village en collaboration avec la Croix rouge canadienne et une importante participation de la Ville de Montréal.

«Cet événement a aidé à tisser des liens privilégiés au cœur des relations qu’entretiennent les Montréalaises et les Montréalais de diverses origines et la société d’accueil.  Ces citoyennes et ces citoyens contribuent de manière notable au développement socioéconomique et culturel de la Métropole, tout en créant un réseautage interculturel et un rapprochement durable entre toutes les composantes de notre ville».  En résumé, c’est le sentiment dominant qui animait la plupart des participants à cette soirée.

Lasso-Salif-Sanou-400x212

La liste des principaux artistes participants :

– La compagnie de danse Luc et Lancinet : Guinée -Burkina Faso-Québec
– Medo Comes : Cote d’Ivoire
– Nnanta Sylla: Guinée
– Daouda Diéye le roi du Hoddou: Mauritanie -Sénégal
– Ciriac Oloum : Cameroun
– Geneviève Roy : Québec
– Henza Benty : Cameroun
– Adama Daou : Mali
– Lasso Salif Sanou : Burkina Faso
– Yari Touré : Guinée
– Alby de Bara: Sénégal-Congo
– Léonel Jules, artiste peintre haïtien

-Khady Diarra : Burkina Faso

La médaille des artiste qui contribuent pour le bénéfice des sinistrés de Lac Mégantic

CAMUS : CENTENAIRE LE NOBEL DE LITTÉRATURE

8 Août

Albert cigarette en coeur

Que le centenaire de la naissance d’Albert Camus,  soit bien le temps fort de l’avenir au monde de notre grand écrivain, poète, philosophe et journaliste enraciné dans notre Algérie originelle et plus jeune Prix Nobel de littérature, hommage à la culture française universelle, celle des droits de la personne et de la création libre,de la solidarité humaine.

47 ans de 1913 à 1960, une vie pleine et franche

L’exposition « Camus de Tipasa à Lourmarin », du 3 au 8 septembre 2013, à Lourmarin, pour le centenaire de la naissance de l’auteur de L’Etranger.

« Voici vos ors, que je sertis de remerciements. » Ainsi commence la lettre inédite d’Albert Camus à Jean-Paul Sartre, trouvée par deux libraires d’Orléans dans un livre acheté à un collectionneur.

Pendant le Salon du livre ancien de Loumarin

http://www.salondelourmarin.fr/

A l’occasion du centenaire de la naissance d’Albert Camus dont Lourmarin fut le village d’adoption, l’associationSisyphe, organisatrice du Salon du Livre ancien et de la Bibliophilie de Lourmarin, aura le plaisir de vous présenter une exposition retraçant le parcours éditorial de l’auteur.

Château de Loumarin, Luberon

Au château de Lourmarin le visiteur pourra découvrir une chronologie précise et exhaustive des œuvres de Camus jalonnée par des exemplaires précieux, pour certains jamais exposés, et des documents uniques  (manuscrits, photographies, correspondances) : ils seront rassemblés ici pour la première fois de notre histoire.

Le Salon du Livre ancien et de la Bibliophilie de Lourmarin, anciennement « Journées du Livre ancien et de la Bilbiophilie de Lourmarin » a été fondé en 2003  par Léoda Scale et Bernard Maurel, libraires spécialisés en éditions d’art. Jusqu’alors régies par l’association Lubéron-Montagne Magique, ces Journées ont vu le jour grâce à l’élan passionné de ce couple de libraires.

Mme Léoda Scale, passionnée comme son mari, deux pionniers

Fondatrice du salon

Ayant comme tant d’autres suivi depuis ses débuts ce rendez-vous annuel, nous avons aujourd’hui à charge de reprendre l’organisation de cette manifestation. L’association Sisyphe, nouvellement constituée, est  organisatrice de l’événement, renommé Salon du Livre ancien et de la Bibliophilie de Lourmarin.

Bernard Maurel co-fondateur

Pour sa VIII ème édition, le Salon sera désormais enrichi chaque année d’un événement culturel (concert, exposition) visant à promouvoir le livre et ses acteurs.

célèbre photo de l'homme de Stockholm, Prix Nobel

Hervé et Eva Valentin, qui organisent une exposition consacrée à Camus en septembre à Lourmarin, l’ont découverte dans une édition originale d’un texte de Sartre. Le mot, manuscrit, avait été glissé dans l’ouvrage en 1966.

Non datée, la lettre pourrait concerner la période allant de 1943, année de leur rencontre, à 1948, celle de leur rupture, d’après des experts. Selon les découvreurs de la lettre, qui citent l’expertise de Ronald Aronson, spécialiste américain de Sartre, « cette lettre est très importante, elle montre, contrairement à ce qu’ont écrit certains auteurs, que Sartre et Camus avaient une relation amicale et suivie ».

L’instituteur

Le jour où il a reçu le sien, Albert Camus a tiré son chapeau à son instituteur. Un certain Louis Germain, qui lui apprit mille choses en le jugeant digne « de découvrir le monde », se souvient-il dans Le Premier Homme, et qui l’encouragea à poursuivre ses études.

Robert Gallimard

Il y devient le principal interlocuteur de Jean-Paul Sartre et de Romain Gary, et de bien d’autres auteurs, gérant aussi nombre de successions, jusqu’en 1990. Membre du comité de lecture, assis à la droite de Gaston, dont il supplée, la vieillesse venant, l’ouïe défaillante, Robert Gallimard exerce ainsi plus de quarante ans un magistère discret mais impeccable. En janvier 1952, il épouse Renée Thomasset, la sœur de Jeanne (1919-2006) qui fut successivement la femme de Pierre Gallimard, frère de Robert, puis de leur cousin germain Michel (1917-1960). Celui-là même qui périt des suites de l’accident de voiture qui coûta la vie à Albert Camus, à bord de la Facel-Vega de l’éditeur, le 4 janvier 1960. Emotion nationale autant que drame familial.

Robert reprend alors la direction de la « Bibliothèque de la Pléiade », passée dès 1946 sous la responsabilité directe de la famille, Raymond, frère de Gaston, puis Michel justement, dont Robert maintient le directeur littéraire, Jean Ducourneau, tout juste choisi par Michel en 1959.

Au sein de la maison, dans le sillage de son cousin, Robert accueille plutôt des hommes de gauche, même si lui-même se veut apolitique, en retrait par rapport à Mascolo, qui, ancien résistant, milite pour l’émancipation algérienne, animant le Comité des intellectuels français contre la poursuite de la guerre en Afrique du nord. C’est Robert qui s’entretient en priorité avec Sartre, Camus bien sûr, d’autres penseurs et écrivains que des affinités d’esprit et des amitiés communes lient plus clairement que leurs options politiques.

En 1960, le décès tragique de Michel Gallimard (neveu de Gaston) au volant de sa Face Vega, avec Albert Camus à son côté, comme passager, empêche une première guerre de succession : Claude Gallimard, fils de Gaston, reste en effet, seul maître à bord. Trente ans après, à la…

Le premier Homme : un film en 2013.

Publié en 1994, Le Premier Homme, roman inachevé, jetait une lumière vive sur l’enfance d’Albert Camus. Le film de Gianni Amelio filtre cette lumière à travers les conventions de l’adaptation littéraire au cinéma. Le récit va et vient entre l’enfance de l’écrivain et une visite qu’il fait à Alger en 1958. Jacques Gamblin incarne avec une dignité un peu compassée cet enfant du pays qui découvre sa patrie à l’agonie, secouée par les attentats et la répression, déchirée par une haine qu’il s’obstine à croire curable.

On ne peut rien reprocher au Premier homme, le film. Chaque réplique est pesée. La partie du récit située en 1958 s’appuie sur des écrits ou des propos de Camus. Le portrait des deux femmes qui ont encadré son enfance – sa grand-mère et sa mère – est tracé avec une sobriété bienvenue, mais sans grand relief. On verra passer Bruno Podalydès en instituteur qui décèle chez le futur prix Nobel l’étoffe d’un intellectuel et Jean-François Stévenin en fermier humaniste. On devine derrière chacun de ces tableau un chapitre, un paragraphe, luxueusement et fidèlement illustrés.

Ninot Jouglet incarne Camus enfant

La lumière impeccable, les uniformes et les vêtements d’époque irréprochables, la musique pleine de goût, tout est fait pour témoigner d’un respect infini à l’oeuvre et à son auteur. Mais c’est une attitude qui convient mieux aux mausolées qu’aux salles de cinéma.  Film français et italien de Gianni Amelio, avec Jacques Gamblin, Denis Podalydès. (1h41)

Le mythe de Sisyphe

En effet, dans Le Mythe de Sisyphe, Albert Camus défend l’idée que, face à un monde absurde où tout va vers la mort, il ne faut pourtant pas se résigner, mais au contraire se révolter, seule attitude susceptible de donner du sens à une existence humaine.

Dans le monde de plus en plus clairsemé des grandes consciences indignées, Françoise Seligmann, morte le 27 février à l’âge de 93 ans, occupait pourtant une place tout aussi lumineuse : résistante de la première heure, pilier de la Ligue des droits de l’homme, cette ancienne sénatrice socialiste avait conservé intacte, malgré le grand âge, cette faculté de s’élever contre les injustices qui fut le fil rouge de sa vie.

Conscience exceptionnelle : Résistante, femme politique Françoise Seligmann

Dans la préface de son livre Les Socialistes aux portes du pouvoir (Michalon, 2005), son ami Pierre Joxe avait inventé un néologisme pour la qualifier : « Comme d’autres sont polyglottes ou polytechniciens, elle est polygénérationnelle. » Le mot est juste : par ses engagements successifs, Françoise Seligmann a bel et bien appartenu à plusieurs générations militantes, liant son destin à quelques-unes des grandes causes du « second XXe siècle », témoignant d’un goût jamais démenti pour le combat.

Combat : c’est d’ailleurs par ce mot qu’il faut commencer, car au fond tout est parti de là. C’est en effet au sein de Combat, le mouvement de Résistance fondé par Henri Frenay, que Françoise Jullien – son nom de jeune fille – dit pour la première fois non à l’ordre établi. Née le 9 juin 1919 à Marseille, c’est alors une étudiante de 22 ans, ou plutôt une ancienne étudiante, car elle a dû cesser de l’être pour gagner sa vie après la promulgation par Vichy du « statut des juifs » du 3 octobre 1940, qui a contraint sa mère à quitter l’enseignement.

A l’époque, la jeune femme avait le choix de la facilité. Celle que lui proposa son père, officier dans l’armée coloniale mais absent depuis dix ans, qui lui écrivit alors cette lettre aussitôt déchirée mais à jamais restée dans sa mémoire : « Tu dois comprendre que ton avenir serait bien compromis si tu restais auprès de ta juive de mère. Je t’invite à nous rejoindre à Casablanca où nous t’accueillerons, ma femme et moi. »

Préférant rester auprès de sa « juive de mère », la jeune femme accomplira de nombreuses missions au sein de Combat : fabrication de faux papiers, exfiltration de dizaines d’enfants juifs vers la Suisse, jusqu’à une opération commando, revolver au poing, destinée à libérer une camarade résistante prisonnière à l’hôpital de Blois… Tout cela est raconté dans Liberté, quand tu nous tiens… (Fayard, 2000-2003), deux très beaux volumes de Mémoires publiés après la mort de son mari, François-Gérard Seligmann (1912-1999), ancien résistant devenu antiquaire et collectionneur.

Rôle central au PS

Après la guerre, Françoise Seligmann mènera d’autres combats. Féministe, elle fonde en 1946, l’année où Hélène Lazareff lance le magazine Elle, le journal La Française, auquel collabore Albert Camus. En 1949, elle adhère à la Ligue des droits de l’homme et en devient l’une des chevilles ouvrières. Elle y fonde, en 1957, la revue Après-demain, qui existe toujours.

La politique active ne tarde toutefois pas à la rattraper. A la demande de Pierre Mendès France, Françoise Seligmann accepte, à l’été 1958, de devenir secrétaire nationale de l’Union des forces démocratiques, un cartel regroupant des forces politiques de gauche opposées au retour au pouvoir du général de Gaulle et à la Constitution de la Ve République. A ce titre, elle participe à la campagne d’Albert Châtelet, ancien doyen de la faculté des sciences et candidat de la gauche non communiste contre de Gaulle à la présidentielle du 21 décembre 1958.

Le scrutin, auquel participent 80 000 grands électeurs, est une déconvenue totale : de Gaulle est élu avec 78,5 % des voix, et Albert Châtelet n’obtient que 8,5 % des suffrages, cinq points derrière le candidat communiste Georges Marrane.

Engagée contre la torture au moment de la guerre d’Algérie, Françoise Seligmann revient à la politique partisane au moment de la campagne présidentielle de 1974. Au QG de François Mitterrand, au troisième étage de la tour Montparnasse, elle s’occupe du courrier. Après la défaite du candidat socialiste, elle joue un rôle central dans la mobilisation de l’appareil militant du PS. Elle y crée notamment les « Entretiens du jeudi », une sorte de club où les responsables du parti commentent l’actualité de la semaine avec les sympathisants, mais aussi « Allo PS », un bulletin quotidien d’information téléphonique sur la vie du PS…

Proche de Pierre Joxe, et plus tard de Bertrand Delanoë ou d’Arnaud Montebourg, Françoise Seligmann devient sénatrice des Hauts-de-Seine en 1992. L’aventure ne durera que trois ans, mais le goût de l’action ne la quittera pas pour autant. En 2006, à 87 ans, elle crée une fondation à son nom qui finance des projets dans des quartiers difficiles et décerne chaque année un prix littéraire contre le racisme.

Elle était encore là, le 5 février, à l’Hôtel de Ville de Paris, pour la remise de ce prix à Léonora Miano pour son livreEcrits pour la parole (éd. de l’Arche). Fidèle, jusqu’au bout, à ce qualificatif si juste que lui donna il y a dix ans Le Nouvel Observateur : celui de « vieille dame indignée ».

 

En réflexion

 

 

La solitude du gardien de but 

Quel est le point commun entre Albert Camus et le pape Jean Paul II ? Facile : ils ont tous les deux été gardiens de but. Comme Arthur Conan Doyle, Vladimir Nabokov ou encore Che Guevara, d’ailleurs.. C’est à se demander si l’idée de porter un maillot différent du reste des joueurs.

« Créer, c’est donner une forme à son destin », écrivait Albert Camus

Roger Grenier
oger Grenier parle comme il écrit : à l’économie. A chaque question, il répond en trois ou quatre phrases, pas plus. Parfois il dispense une anecdote – sa hotte à souvenirs en contient des quantités – puis il s’arrête net et vous fixe avec attention. De digression, point. Jamais d’épanchement non plus. L’homme n’est pas bavard. Il ne tient pas à fanfaronner. Cet écrivain du désenchantement juge du bon cru d’une année au nombre de fois où il s’est rendu aux sports d’hiver. Non aux prix littéraires qu’il a pu remporter au cours de sa carrière. C’est dire.En exergue de son nouveau recueil de nouvelles, ce nonagénaire à l’oeil malicieux, pilier historique de la maison Gallimard qui l’a recruté en 1964, a choisi une phrase d’A. O. Barnabooth, le double de Valéry Larbaud : « Je préfère parler de moi à la troisième personne, c’est plus convenable. » C’est ainsi que ce myope voit loin. En une dizaine de pages, il résume l’existence de quelques velléitaires, ombrée par le regret et traversée de rencontres fugaces. Mélancolique, Grenier ? « Non, nostalgique peut-être, pessimiste, sensible à l’absurde. »

On verrait bien cet érudit, en tout point frugal, croqué par Sempé. Les personnages de Brefs récits pour une longue histoire lui ressemblent. Chez eux, pas de sanglots ni même de soupirs. Plutôt une pointe de fatalisme. Ces histoires d’amour aussi ratées que le sont les suicides se savourent à la manière d’un chasse-spleen. A ceci près que le nouvelliste, féru de Tchekhov, ne dédaigne pas l’humour. Des exemples ? Ce mort qui, depuis sa tombe, entend sa veuve, qu’il avait jadis connue si douce, virer acariâtre au fil des ans ; ce jeune coursier censé aider un groupe de résistants à prendre l’Hôtel Matignon en août 1944, confond celui-ci avec un meublé dans la rue du même nom. Lequel se révèle être une maison close où, en ce jour historique pour la libération de Paris, il sera déniaisé. Défaite ou victoire, c’est selon, estimeront les lecteurs.

Ce travailleur paresseux

Que ces tranches de vie soient ou non inspirées de faits vécus, par l’auteur ou par d’autres, a peu d’importance. « Je me suis rendu compte que, qu’on invente ou qu’on dise la vérité, le ton reste le même. » Distinguée par le Grand Prix de l’Académie française en 1991, l’oeuvre de Roger Grenier, riche d’une trentaine d’ouvrages (romans, nouvelles, essais) manifeste une forte unité. C’est une fugue jouée mezza voce. « En évoluant, on se rend compte que forme et fond sont inséparables. Plus les années passaient, plus je trouvais un ton à moi. Je pense à une musique. Quand je relis une page et que je juge que ce n’est pas moi, je l’enlève. » Le genre bref est celui qu’il affectionne le plus, celui où il excelle. « C’est facile à faire, difficile à réussir », convient-il.

Situé au 3e étage de la maison d’édition, le bureau 138 est à l’image de son occupant : modeste. Hormis les piles de livres et le branchage encore vert d’un marronnier balayant la fenêtre, aucun ornement n’égaye la « cellule » où ce travailleur paresseux, donc infatigable dit-il, se rend tous les jours. Pour apercevoir une photographie du maître des lieux, il faut s’introduire dans le bureau voisin, celui de J. B. Pontalis. Voici Roger Grenier avec son chien, Ulysse, qu’il a tant aimé et qui a joué dans Folies bourgeoises, de Claude Chabrol (1976). « Pontalis est un vieux copain. Il vient se plaindre alors que c’est lui le psychanalyste et s’amuse à dire que je n’ai pas d’inconscient. On s’est connus chez Sartre, aux Temps modernes. » Mémoire d’une maison dont il est aujourd’hui le doyen, Roger Grenier est un monument de frêle apparence qu’on vient visiter du monde entier pour l’entendre conter ses compagnonnages et sa traversée du siècle. Et quel parcours que le sien ! Il a conduit le gamin de Pau, fils de petits-bourgeois, à s’engager dans la Résistance, puis à côtoyer les plus grands intellectuels de son temps. « Une succession de hasards », prétend-il, sans quoi il eût été « clerc de notaire ou employé de préfecture ». Confident de Gaston Gallimard, intervieweur d’André Gide, de Mistinguett et de Maurice Thorez, ami intime d’Albert Camus, de Pascal Pia, de Romain Gary, de Claude Roy dont il a été l’exécuteur testamentaire, Roger Grenier n’a jamais tenu de journal intime. Il n’entend pas davantage écrire ses Mémoires. En revanche, lorsqu’il est sollicité pour parler de ses camarades, il répond présent.

Tel est cet ancien journaliste passé par Combat puis par France Soir, cet éditeur qui a appris à s’effacer et à se mettre au service d’autrui. Roger Grenier est à un âge où l’on a enterré beaucoup d’amis. A le voir si attentif, parfois espiègle, il ne semble pas encombré par ses chers disparus. Sans doute est-ce plus « convenable » ainsi.

Macha Séry

OAS

C’est en 1961, et non en 1958, comme écrit par erreur dans notre reportage consacré à l’exposition Albert Camus (Le Monde du 15 septembre), que les premiers militants de l’Organisation de l’armée secrète (OAS, elle-même créée en 1961), opposés à l’indépendance de l’Algérie,

Résister

 

Camus, couleur et sourire

 

Résistante enfin, à Londres, elle se range du côté du général de Gaulle avant de mourir précocement de tuberculose, non sans laisser un des livres de philosophie politique à contre-courant des temps nouveaux, édité par Albert Camus : L’Enracinement (Folio, 1990)

Kateb Yacine Algérie

Entre 1955 et 1962, Mouloud Feraoun, kabyle, romancier et instituteur en Algérie, ami d’Albert Camus, a tenu un journal (paru au Seuil en 1962, mais épuisé) qui se révèle être un document passionnant pour comprendre l’insurrection algérienne. Ce texte montre aussi un

« Exilés du même royaume, nous voici comme deux frères ennemis, drapés dans l’orgueil de la possession renonçante, ayant superbement rejeté l’héritage pour n’avoir pas à le partager », écrit Kateb Yacine à Albert Camus, quelques semaines avant que ce dernier reçoive le prix…

L’empreinte d’Albert Camus, d’Emmanuel Roblès, de Jules Roy, de Driss Chraïbi, de Kateb Yacine…» et « La littérature sert-elle aussi à faire la paix ? » Parmi les auteurs présents figurent Hélène Cixous, Boualem Sansal, Abdellatif Laabi, Noura Bensaad, Michel del…

Cela, je l’ai écrit il y a déjà vingt ans dans mes ouvrages, à la suite, bien sûr, des écrits d’Albert Camus, qui, lui-même issu d’un milieu très pauvre, expliquait la destinée des Européens d’Algérie à travers ses livres, notamment Le Premier Homme.

Journaliste

 

 

Visage de philosophe

 

 

Ni dans Fragments d’un combat 1938-1940 (Gallimard, « Cahiers Albert Camus » n° 3, 1978), de Jacqueline Lévy-Valensi et André Abbou, qui réunit des articles publiés par Camus alors qu’il habitait en Algérie.. C’est en dépouillant carton par carton que nous…

« Le journaliste est l’historien de l’instant », disait Albert Camus. L’instant serait donc à la phobie. Phobie douce, phobie dure…. « Prolophobie » n’est certes paru qu’à deux reprises dans Le Monde. Mais la première, dans la chronique de Franck Nouchi en avril 2011 («..

Rencontres :  Il y aura notamment une rencontre entre la fille d’Albert Camus, Catherine, et l’épouse de René Char, Marie-Claude, un hommage à Guy Debord organisé avec l’université de Strasbourg, une rencontre entre Maurice Nadeau et Laure Adler. Portée par la ville de Strasbourg, cette..

Diplomatie littéraire

Victor Hugo, Charles Baudelaire, Albert Camus, mais aussi Milan Kundera ou Mario Vargas Llosa ont permis à leurs lecteurs de résister aux divers assauts d’un nihilisme protéiforme et de regarder vers notre pays pour y chercher consolation ou espérance, parfois en dépit de…

L’Étranger : Meilleure vente : L’Etranger, d’Albert Camus (6,6 millions d’ex., 1972).. Domaine : collection de poche de littérature française et étrangère..

Marseille : Le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (Mucem), dont les fondations s’achèvent, rendra hommage à Albert Camus, « l’étranger qui nous ressemble ». La nature est au programme avec l’ouverture d’un sentier de grande randonnée, le GR 2013,

CATHERINE PARLE DE SON PÈRE

Pas de manifestation officielle, pas de partage culturel national autour du centenaire de la naissance d’Albert Camus (1913-1960), l’auteur de L’Etranger, Le Mythe de Sisyphe ou d’Actuelles, dont l’œuvre est traduite en soixante langues. Mais aux quatre coins de la France et de par le monde, une myriade d’initiatives. On dira que cela correspond mieux à l’esprit libertaire de Camus, mais quand même. D’autant que la grande exposition prévue par Marseille-Provence Capitale européenne de la Culture a avorté. Il était donc l’heure d’aller rencontrer celle qui, avec pudeur et humilité, s’occupe de la vie des œuvres de son père. Catherine Camus a accepté de nous recevoir dans la fameuse maison de Lourmarin, celle que les habitants du cru refusent de vous indiquer afin de la protéger des indiscrets. Extraits d’une très longue conversation ponctuée de beaucoup de rires.

Journal César – Deux mots sur ce lieu. Votre père qui fréquentait René Char à l’Isle sur Sorgues a acheté cette maison et en a fait la surprise à sa famille ?
Catherine Camus – Il l’a trouvée en septembre 1958. Il nous a amenés ici. Je me souviens d’un jour de septembre brumeux, très doux, et de la grande rue de Lourmarin qui était paysan à l’époque. Il a demandé si l’on regretterait la mer. Mon frère a dit non, moi j’ai dit oui. Puis il a acheté la maison et l’a entièrement arrangée avant de nous faire venir. Il y avait tout, rideaux, lits, draps, tasses, assiettes, meubles. Il avait tout conçu avec des artisans et des brocanteurs. C’était un cadeau magnifique, irréel pour nous qui avions été élevés sans superflu.

Qu’est-ce qui lui plaisait dans cette maison ?
Elle possède une vue magnifique. On y ressent un sentiment de respiration, de beauté. Et pour lui, la mer était derrière les montagnes et, derrière la mer, il y avait l’Algérie.

La signature du journaliste

 

 

Lorsqu’on évoque Albert Camus, il y a le mythe. Mais pour vous, il y a le père. Comment le décrire ?
C’était quelqu’un de rassurant. De juste. De sévère. D’éthique. Et de tendre.

Des tonalités que l’on retrouve dans ses écrits si l’on estime qu’Albert Camus, ça grandit le lecteur, ça apaise, ça suscite des interrogations ?
En effet, ce n’est pas lui qui répond à votre place. Mon père nous posait des questions. Il nous mettait devant qui on était, ce qu’on avait fait. Il nous demandait ce qu’on en pensait. Il m’a appris à ne pas mentir. Le mensonge est mortifère, il tue la vie. On était libres et responsables. C’est sûr que c’est fatigant. C’est pour cela que beaucoup de gens n’ont pas envie d’être libres. Cela suppose un état d’alerte permanent. La liberté sans responsabilité n’existe pas. Sinon vous êtes un parasite. Vous êtes responsable de vous-même et de vos actes. Et à chaque heure de la journée, vous faites un choix et ce choix a des conséquences. Aujourd’hui, les responsabilités sont extrêmement diluées. Vous ramassez un truc des impôts, vous dites que vous avez payé, mais on vous dit que c’est l’ordinateur. Lequel ordinateur peut aller jusqu’à vous envoyer le commissaire ou le serrurier. On ne sait pas quand cela va s’arrêter, mais c’est la faute à personne. Après, le principe de transversalité dont on nous rebat les oreilles, c’est la dilution de la responsabilité individuelle.

Comment se manifestait à l’égard de votre frère et de vous cette exigence ?
Elle se manifestait tout le temps, dans le mal et le bien. Par exemple, il m’apportait des livres et me demandait ce que j’en pensais. Ce que je disais ne devait pas être d’un très haut niveau intellectuel, mais il ne m’a jamais dit que c’était idiot. Au contraire, il me demandait pourquoi je pensais cela, insistait sur des points particuliers. Si l’on avait fait une connerie, il ne criait pas. Il nous demandait ce qu’on en pensait. Mon père disait toujours : « Ce qu’on ne peut pas changer, il faut juste en tenir compte mais pas se résigner ». Et quand il y avait un gros problème, il disait qu’il fallait « se faire une disposition pour ». Cela m’a aidée toute ma vie. Et Dieu sait que je n’ai pas eu une vie sur des roulements à billes. Mais j’ai pensé que ma vie, c’est ma vie, la seule que j’ai. Et que la seule liberté que j’ai, c’est de faire en sorte que j’accepte même l’inacceptable s’il est inéluctable. Sinon, l’on se perd. Or, qu’est ce qu’on peut donner aux autres si on s’est perdu ?

Autre aspect de la personnalité de votre père, il était plutôt spartiate, pas dispendieux.
Mon père avait vécu dans la nécessité, se demandant si on allait manger et s’il y aurait de l’argent pour le lendemain. Il avait une juste idée de comment on dépense son argent. Alors, élevée comme cela, c’est un peu compliqué pour moi d’accepter l’époque dans laquelle on vit. Aujourd’hui, on est tellement passé à la machine à laver de la publicité que les gens sont malheureux parce qu’ils ne consomment pas assez ou parce qu’il y a un retard dans le train. (Ici l’on évoque Pierre Rahbi qu’elle adore et ses réflexions sur « la sobriété heureuse »).

Vous avez composé un livre, Albert Camus, solitaire et solidaire 1. Pourquoi ces deux termes ?  
Un jour, je lui demande : «Tu es triste ? » et il me répond : « Je suis seul ». C’était au moment de L’Homme révolté et j’ai compris beaucoup plus tard pourquoi, parce que lorsque vous avez neuf ans, vous ne savez pas 2. Je l’ai juste regardé en espérant qu’il ait compris. Car, pour moi, il n’était pas seul puisque j’étais là ! Mais évidemment que oui, il était seul ! Il y a des gens comme cela qui ont autour d’eux une espèce de cristal de solitude qui fait comme un sas entre le monde et eux. Et qui sont présents quand même.

Doit-on voir dans cette solitude le fait que certains de ses écrits, dans leur souci des nuances humaines, juraient avec les logiques idéologiques d’une époque, celle de la Guerre froide, terriblement manichéiste ?
Oui ! Et c’est en cela qu’il était seul. D’autant qu’il n’avait pas derrière lui un parti, ou l’orchestre que beaucoup de gens prennent la précaution d’avoir avant de s’exprimer. Lui, il était seul, à côté de l’Homme. De tous les hommes. De tous ceux qui justement n’avaient pas la parole.

A propos du mot solidaire. Peut-on comprendre Camus à travers la métaphore de la passe en football ? Lui qui disait :« Tout ce que je sais de plus sûr à propos de la moralité et des obligations des hommes, c’est au football que je le dois » ?  Bien sûr. La passe, c’est la solidarité. Sans les autres, vous n’êtes rien. En 2008, d’ailleurs, Wally Rosell a écrit un truc génial pour les Rencontres méditerranéennes Albert Camus de Lourmarin : Eloge de la passe tiré de l’acte fondateur du football anarcho-camusien.
Quid des rapports d’Albert Camus avec les libertaires ?
J’ai souvent suggéré en haut lieu qu’on fasse quelque chose sur ce thème mais l’on m’a regardée en me faisant comprendre qu’on n’était pas sur la même fréquence d’ondes. Aussi ce thème fut abordé lors des Rencontres. A ce propos, j’avais dis à l’organisatrice, Andrée Fosty : « Je t’assure que c’est intéressant. Ceci dit, si les libertaires débarquent à Lourmarin je te souhaite du plaisir ». En fait, le seul remous qu’il y eut fut à propos du football. Wally Rosell, qui est le neveu de ce libertaire formidable, Maurice Joyeux, s’était mis à expliquer qu’il n’y avait pas de plus belle place dans une équipe que celle de demi-centre (rire)…

Pour sa part, votre père avait été gardien de but du Racing Universitaire d’Alger ?
Et il paraît que c’était un bon ! A cet égard, étant donné que Marseille Provence 2013 fut un échec, j’ai proposé que Lourmarin-Provence-2013 organise le 15 juin un match en hommage au premier goal Prix Nobel de Littérature. Il y aura une équipe Camus contre l’IJSF (La jeunesse sportive de Lourmarin) et des chibanis. L’arbitre sera le facteur qui est un bon joueur de foot !

Vous gérez l’œuvre de votre père depuis 1980 mais n’avez jamais voulu être une gardienne du temple. Quelle est votre philosophie à l’égard de toutes les sollicitations qui vous parviennent ?
Il n’y en a pas (rire). A partir du moment où l’esprit, l’éthique, de mon père sont respectés, j’accepte. Les demandes sont aussi variées que l’humanité. Et donc, à ceux qui s’adressent à moi, y compris les opportunistes pour lesquels papa fait plus tabouret qu’autre chose, je dis oui si c’est correctement fait. Après, j’ai une vision de l’oeuvre de Camus comme tous les lecteurs. Je ne détiens aucune vérité.

Dans toutes ces propositions, je suppose qu’il y en a d’étonnantes ?
Il y en a aussi de consternantes et j’ai d’ailleurs constitué un dossier de « curiosités » (rire). Mais il y a aussi des choses en bien. J’ai été très étonnée, par exemple, lorsque Abd al Malik souhaitait travailler sur la préface de L’Envers et l’endroit. L’oeuvre n’est pas très connue et la préface, très importante, l’est encore moins. Quand ce garçon formidable m’a envoyé ses textes je les ai trouvés en harmonie avec la préface. Et bien que n’ayant pas une passion pour le rap, lorsque je suis allée l’écouter, j’ai été fort séduite par son travail et j’ai eu le sentiment que mon père était à sa place.

Vous avez achevé la publication du manuscrit Le Premier homme au bout de huit ans 3. Qu’avez-vous découvert à travers ce texte ?
Ce qu’il y avait dans Le Premier homme, je le savais. Une chose a changé, c’est la vision de ma grand-mère maternelle qui se promenait quand même avec un nerf de bœuf. Je la détestais parce que papa s’y référait lorsque nous voulions quelque chose de superflu, nous expliquant qu’on avait un toit, à manger et des livres, ou lorsqu’il nous disait comment il enlevait ses chaussures pour pouvoir jouer au foot. Et puis, je me suis rendu compte qu’elle avait eu des méthodes un peu rudes mais qu’elle n’avait pas eu le choix.

Vous avez dit qu’en travaillant sur ce livre vous sentiez presque son écriture ?
Vous ne pouvez pas travailler longtemps sur un manuscrit de mon père au risque de partir sur une mauvaise piste. C’est comme un tricot. Vous sautez deux mailles, vous avez un trou dans le tricot ou montez une manche à l’envers. Il faut faire attention à chaque mot. Donc, j’y travaillais trois heures par jour. Mais c’est vrai que par moments j’avais l’impression que l’écriture ne passait pas par ma tête mais que je mettais le mot qu’il fallait. C’était juste parce que c’était du corps à corps avec le texte. C’est limite comme impression ! On sent que Montfavet n’est pas très loin (rire).

Comment était ce manuscrit ?
Très raturé. Il comportait beaucoup de rajouts, d’interrogations, que j’ai respectés. Pour certaines feuilles, c’était la place de l’Etoile. Avec le doigt, vous devez suivre la ligne pour voir si vous ne vous êtes pas trompé…
Parlant de votre lecture de La Chute lorsque vous aviez 17 ans, vous avez dit : « Je trouvais qu’il était innocent » ?
Ce livre est douloureux. Et lorsque je l’ai lu à cet âge-là, je me suis demandée : « mais il ne le savait pas qu’on est double ? » Mais lui, avait dû me l’apprendre. C’est en cela que je l’avais trouvé innocent. Mais c’est vrai que La Chute c’est aussi le déchirement de la perte de l’innocence…

Ceci dit, il y toujours en filigrane dans les écrits d’Albert Camus une innocence ?
Oui, au sens originel, ce qui ne nuit pas. Et en ce sens, je pense que les écrits de mon père tendent à aider les autres. Quand il dit : un artiste ne juge pas, il essaie de comprendre. Mais artiste ou pas, nous devrions tous faire cela. Certes, il y a des choses à ne pas accepter et on peut juger que quelqu’un qui va dénoncer un Juif durant la guerre est incompréhensible, mais en dehors de situation extrême, dans la vie courante, on peut essayer de comprendre sans toutefois admettre.

Vous le voyiez écrire ?
Oui, debout à son écritoire. Je pense que lorsqu’on a été très malade et qu’on a pensé mourir (Ndlr : Camus fut atteint de tuberculose), le lit est quelque chose de très anxiogène. Qu’on a besoin de remuer…

Votre père était exigeant avec la langue française, au point, lors de son discours de réception du Prix Nobel de Littérature à Stockholm, de saluer Louis Germain, son instituteur. Il pensait que c’était une conquête pour lui ?
C’en était une ! Car enfant, il parlait le pataouète, le langage de la rue à Belcourt 4. C’est ce qui le sépare de la majeure partie des écrivains français de son époque qui étaient issus de milieux aisés.

Comment a-t-il vécu cette célébrité ?
Comme tout un artiste, il aimait être reconnu. Mais il était pudique et ne se prenait pas pour Pic de la Mirandole. Car vous perdez de l’humain dans la célébrité.

(1) Albert Camus, solitaire et solidaire, Ed Michel Lafon. L’essentiel des œuvres d’Albert Camus est disponible chez Gallimard.
(2) Paru en 1951, L’Homme révolté suscite une violente polémique avec les « Existentialistes » qui sera entretenue par la revue Les Temps modernes et qui entraîne la brouille définitive avec Sartre. Camus écrira : « C’est un livre qui a fait beaucoup de bruit mais qui m’a valu plus d’ennemis que d’amis (du moins les premiers ont crié plus fort que les derniers). (…) Parmi mes livres, c’est celui auquel je tiens le plus ».
(3) Un roman qu’écrivait Albert Camus au moment de son accident mortel. Une oeuvre aux accents autobiographiques qui évoque avec tendresse ses souvenirs d’enfance.
(4) Le parler des Français d’Algérie qui comporte beaucoup d’emprunts à l’arabe, à l’espagnol et à l’italien.

TOUS LES COMMENTAIRES

Belle interview… Merci ! En particulier pour cette étymologie d’“innocence”, ce qui ne nuit pas.

Vous me donnez l’envie de relire ce que je connais déjà de Camus, et de découvrir tout ce que j’en ignore.

Oui, Albert Camus est un phare dans la nuit. « Le premier homme » je ne sais pourquoi  me reste comme un livre solaire que je garde au coeur. « Le mythe de Sisyphe » fut choisi par mon professeur de philo pour que je le dissèque afin de préparer le bac philo; ce prof faisait du sur-mesure pour certaines de ses élèves et ce livre aussi marque ma vie. Merci à Catherine Camus, intègre et souriante.

Pendant toute ma carrière d’enseignant en Lycée Professionnel, j’ai fait lire et commenter « La Peste ».

J’ose espérer que mes élèves en ont tiré quelques leçons bien utiles en ces temps de recontamination des esprits par l’idéologie nazillonne, le fascisme rempant, et ces prétendues « valeurs » que défend la droite dure, la droite décomplexée.

Ce n’est pas facile de vivre « libre et responsable ». La majorité de nos semblables aspirent à suivre, à subir, à obéir à un gourou, à un « sauveur », à un « chef. »

L’Homme est un animal grégaire et moutonnier tout en étant un loup pour l’Homme.

Mais qu’est-ce que l’Homme ? Les humains. Oui. Gare aux abstractions !

Journal César – Deux mots sur ce lieu. Votre père qui fréquentait René Char à l’Isle sur Sorgues

La poésie me volera ma mort. ( René Char )

J’ai été au cimetière de Lourmarin un après midi de septembre il y a quelques années. La lavande fleurait bon, l’air était doux, quelque chose de paisible envahissait l’esprit; me revenaient alors les très longues phrases du « Premier homme », la description du jardin de l’hôpital où travaillait sa mère, une ode à la nature, aux plantes, un des plus beau livre que qu’il m’ait été donné de lire. Merci pour ce billet, merci à Catherine Camus.

Merci de nous avoir introduit au sein de cette conversation. Il y a quelque chose de touchant dans la simplicité et la tempérance des réponses qui rappelle heureusement le « discours » du père. Une réserve sur le fond toutefois. Pourquoi reprendre ce propos redevenu à la mode chez nombre d’intellectuels sur le refus du mensonge, avec cette connotation plus moins consciente de morale confortable passant sous silence les multiples situations périlleuses que les hommes doivent affronter dans des positions manifestement d’infériorité physique, intellectuelle, quand cela n’est pas immédiatement et directement vital ? Et que dire dans ces conditions de l’usage du mensonge par omission, du mensonge jaillissant de l’inconscient, du rôle du mensonge dans la nécessité dialectique des rapports humains, de ceux des états, des sociétés, des rapports sociaux-économiques contraints, voire criminels, de la place du mensonge dans cet étrange dialogue de sourd qui se perpétue entre entre la vérité et la réalité… . Peut-on raisonnablement traverser la vie humaine -hier, aujourd’hui et demain –  avec pour discipline stricte et mot d’ordre :  je ne mens jamais ?!  Je pense qu’il est effectivement possible de le faire à trois conditions : être sorti(e) de la cuisse de Jupiter, de n’avoir de compte à rendre à quiconque, et de ce fait, de s’abstenir du commerce des hommes !  Signé : un menteur séquentiel et contraint !

Merci de nous avoir introduit au sein de cette conversation. Il y a quelque chose de touchant dans la simplicité et la tempérance des réponses qui rappelle heureusement le « discours » du père. Une réserve sur le fond toutefois. Pourquoi reprendre ce propos redevenu à la mode chez nombre d’intellectuels sur le refus du mensonge, avec cette connotation plus moins consciente de morale confortable passant sous silence les multiples situations périlleuses que les hommes doivent affronter dans des positions manifestement d’infériorité physique, intellectuelle, quand cela n’est pas immédiatement et directement vital ? Et que dire dans ces conditions de l’usage du mensonge par omission, du mensonge jaillissant de l’inconscient, du rôle du mensonge dans la nécessité dialectique des rapports humains, de ceux des états, des sociétés, des rapports sociaux-économiques contraints, voire criminels, de la place du mensonge dans cet étrange dialogue de sourd qui se perpétue entre entre la vérité et la réalité… . Peut-on raisonnablement traverser la vie humaine -hier, aujourd’hui et demain –  avec pour discipline stricte et mot d’ordre :  je ne mens jamais ?!  Je pense qu’il est effectivement possible de le faire à trois conditions : être sorti(e) de la cuisse de Jupiter, de n’avoir de compte à rendre à quiconque, et de ce fait, de s’abstenir du commerce des hommes !  Signé : un menteur séquentiel et contraint !

Votre père était exigeant avec la langue française, au point, lors de son discours de réception du Prix Nobel de Littérature à Stockholm, de saluer Louis Germain, son instituteur. Il pensait que c’était une conquête pour lui ?
C’en était une ! Car enfant, il parlait le pataouète, le langage de la rue à Belcourt 4. C’est ce qui le sépare de la majeure partie des écrivains français de son époque qui étaient issus de milieux aisés.

Prière laïque et républicaine pour que cette exigence soit partagée par tout le monde, y compris par le corps médical, y compris par le corps médical qui affirme soigner par la par..

A bientôt.

Merci pour cette belle entrevue et on sera d’acccord avec Albert Camus lorsqu’il nous dira: «Le monde finit toujours par vaincre l’histoire.»

Et en effet le pataouète (mot d’origine catalane) était bien la seconde langue maternelle des pieds-noirs, une langue où on retrouve ce qui fit l’Algérie coloniale avec des mot issus du français, du catalan/valencien, de l’espagnol, de l’italien avec un peu d’arabe et un peu de kabyle…D’ailleurs je le disais dans un billet maintenant disparu que les fruits/légumes portaient souvent des noms d’origines espagnols (chumbos pour figues de barbarie par exemple) en Oranie… Ou à Alger tout comme à Oran, la garantita (kalentika/Calentica) un plat populaire d’origine espagnole, le mot calentica signifierait chaud ou la frita(salade de poivrons/tomates) tant aimée par Camus à Oran…On penserait à E. Glissant et le créole: «Pour l’Antillais, le mot est d’abord son. Le bruit est parole. Le vacarme est discours.» En Algérie camusienne aussi…merci.

Yves Alavo