Archive | Vie citoyenne RSS feed for this section

PARTAGER L’INFORMATION DYNAMISER LA VIE MUNICIPALE

9 Nov

Un outil d’information au service des employés, pour valoriser la vie municipale

1.La démocratie à Montréal : un jeu d’enfant!

Lors de l’élection du 5 novembre, Élection Montréal a mis en place le volet Petit bureau de vote ouvert aux jeunes montréalais d’âge scolaire afin de leur permettre d’expérimenter l’exercice du vote de manière concrète et positive en plus de les éveiller à la démocratie. Cette initiative en est une parmi d’autres qui permettent à nos jeunes de se familiariser avec leur rôle de citoyens.

L’apprentissage du rôle de citoyen

Il y a bientôt 20 ans, le Centre d’histoire de Montréal, musée municipal dédié à l’histoire de Montréal, lançait la visite Apprentis citoyens avec la participation de la Section des archives du Service du greffe, dans le cadre de l’exposition temporaire Leurs Honneurs, Messieurs les Maires – Comédie en 3 actes, présentée à l’automne 1998 au Centre d’histoire de Montréal.

L’activité a été si appréciée par les enseignants et les écoliers que le Centre d’histoire de Montréal l’a incluse à ses visites éducatives courantes l’année suivante. Au fil des ans, cette visite est devenue un projet éducatif plus élaboré qui permet d’initier les écoliers aux concepts de démocratie et de citoyenneté qui deviennent plus accessibles aux enfants puisque les services offerts par la ville touchent directement leur quotidien.

Une activité éducative et ludique

Apprentis citoyens initie les élèves du 2e et du 3e cycle du primaire à la démocratie municipale montréalaise grâce à des activités originales en classe et dans le Vieux-Montréal qui leur permettent d’explorer des lieux qui en conservent la mémoire comme l’hôtel de ville et le Centre d’histoire de Montréal.

Avec le soutien de l’enseignant, la séquence débute en classe par deux ateliers préparatoires qui portent sur la démocratie à Montréal et une simulation d’élection mettant en vedette un ancien maire de Montréal en campagne électorale. Les élèves sont regroupés en équipe pour préparer l’affiche électorale du maire de leur choix. À la toute fin de l’activité, ils doivent voter pour choisir leur nouveau maire.

L’activité se poursuit sur deux autres journées par trois visites au Centre d’histoire de Montréal, à l’hôtel de ville et aux Archives. De retour en classe, les écoliers procèdent au dépouillement du vote qui vient clore le processus électoral.

Avec l’activité Citoyen de ma ville qui s’adresse plus particulièrement aux élèves du 3e cycle du primaire, on pousse l’expérience encore plus loin. Les jeunes participent en plus à un atelier sur la Charte montréalaise des droits et responsabilités et le rôle de l’ombudsman animé par un intervenant culturel du Centre d’histoire de Montréal et un représentant du Bureau de l’ombudsman.

Une visite et une rencontre avec un élu à la mairie de l’arrondissement d’où proviennent les élèves. Les élèves sont invités à présenter leurs demandes, souhaits ou préoccupations aux élus.

« À la fin de cette activité, ils comprennent que les élus sont des personnes à qui ils peuvent faire des demandes pour régler des problèmes » explique Josée Lefebvre, agente de programmes éducatifs au Centre d’histoire de Montréal.

L’activité Citoyen de ma ville est soutenue financièrement par Une école montréalaise pour tous, un programme mis en place pour le gouvernement du Québec pour favoriser la réussite éducative des élèves issus des milieux défavorisés montréalais.

Une charte adaptée pour les jeunes

Illustration de Philippe Béha.

Illustration de Philippe Béha.

Dans la foulée de l’adoption de la Politique de l’enfant, une disposition a été ajoutée à la Charte montréalaise des droits et responsabilités afin de reconnaître le droit de l’enfant à un milieu de vie propice à son développement.

Pour soutenir cette modification, une version de la Charte montréalaise des droits et responsabilités expliquée aux jeunes a été produite et lancée le printemps dernier. Dans ce document, les jeunes apprennent que Montréal possède son propre « code de vie » pour les citoyens, les employés et les représentants de la Ville.

Cette brochure aborde des sujets de la vie de tous les jours en leur faisant vivre des situations concrètes qui leur permettent de réfléchir sur des questions de justice, d’équité et d’inclusion.

« Pour concevoir cette brochure, on s’est posé la question à savoir comment on pouvait rendre les différents sujets traités dans la charte accessibles aux enfants. On décidé de travailler avec le même graphiste et le même illustrateur afin de conserver un air de famille à tous nos outils et présenter les contenus comme dans une bande dessinée avec des exemples concrets ce qui rend le contenu plus facile à comprendre pour les enfants et… les adultes », raconte Sylvie Lalonde, secrétaire-recherchiste au Service du greffe aujourd’hui à la retraite.

Cette brochure est un outil de plus qui sera utilisé dans le cadre du programme Apprentis citoyens et remis aux écoliers lors de la visite à l’hôtel de ville.

En vigueur depuis le 1erjanvier 2006, la Charte montréalaise des droits et responsabilités est inclusive et contribue au mieux vivre ensemble des Montréalais, y compris des jeunes.

Suivre l’exemple des parents

Le 5 novembre dernier, les jeunes étaient invités à se présenter à l’un des Petits bureaux de vote bilingues situés dans les 19 arrondissements de la Ville. On leur remettait alors un bulletin de vote, des plus réalistes, à remplir derrière l’isoloir pour voter en faveur de leur service municipal préféré. Une question simple, mais néanmoins pertinente, leur était posée :

« À Montréal, qu’est-ce qui est le plus important pour toi? »

Les quatre choix de réponse suivants, présentés en mots et en images, leur étaient offerts :

 

Les résultats du vote des enfants.

a) Les arénas, les centres sportifs et les piscines
b) Les autobus, le métro et le train;
c) Les bibliothèques, les centres de loisirs et les spectacles
d) Les parcs, les modules de jeux et les espaces verts.

Après avoir déposé leur bulletin dans l’urne, on leur offrait le tatouage temporaire « J’AI VOTÉ! »

Au terme de ce projet pilote, un peu plus de 3000 jeunes, électrices et électeurs en herbe, ont pu noircir un bulletin de vote sur le territoire de la Ville de Montréal.

Pour la toute première fois, ces jeunes ont eu la possibilité de vivre cet exercice démocratique en famille et de voter en répondant à une question liée aux services municipaux dont ils font usage sur une base régulière en tant que jeunes Montréalaises et Montréalais.

 

2.Parcours Gouin : un pavillon d’accueil à énergie nette zéro

Fruit d’une collaboration déterminante entre plusieurs employés d’Ahuntsic-Cartierville et d’une centaine de résidents, le Parcours Gouin est à l’honneur cet automne. Trois prix ont été reçus pour ce projet d’envergure.

Le Parcours Gouin et son pavillon d’accueil cumulent les récompenses!

 

L’équipe du prix de l’AQLM lors de la remise de prix le 5 octobre. De gauche à droite :
À l’avant : Édith Matthon, Marie-Josée Trudeau, Joël Lacroix et Colette Boudrias.
À l’arrière : Gilles Côté, Richard Blais, Jocelyn Gauthier et Eric Brazé.

 

 

 

 

 

 

 

L’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville a reçu le 5 octobre le prix d’excellence de l’Association québécoise du loisir municipal (AQLM) dans la catégorie 50 000 habitants et plus dans le cadre de la Conférence annuelle du loisir municipal. À titre de projet municipal de grand calibre, le Parcours Gouin s’est démarqué en matière de loisir, d’aménagement, d’immobilisation, de mobilisation du milieu, en plus d’un nouveau programme d’activités auprès de diverses clientèles.

Puis, le 19 octobre, lors du Gala de remise des Prix INOVA de l’Institut de développement urbain du Québec, la conception architecturale du pavillon d’accueil du Parcours Gouin a été prisée. La firme BBBL Architectes a remporté le prix Morneau Shepell dans la catégorie « Services publics » soulignant le souci environnemental marqué, l’ingénieuse intégration des panneaux solaires et l’embellissement du site.

Pour couronner le tout, le 3 novembre, le Groupe uni des éducateurs-naturalistes et professionnels en environnement (GUEPE), l’organisme partenaire à qui l’arrondissement a confié la gestion du pavillon d’accueil, s’est mérité le Prix Carrière de l’Association québécoise des interprètes du patrimoine (AQIP) pour souligner les 25 ans de l’organisme. Le jury a mentionné la proactivité et le dynamisme avec lesquels GUEPE rend accessible et met en valeur le patrimoine naturel à la population.

Un projet intégré de développement durable et écoresponsable

 

 

 

 

 

: Moca photo.

Le nouveau pavillon d’accueil du Parcours Gouin est le premier bâtiment à consommation nette zéro à voir le jour à Montréal, il s’inscrit dans un vaste projet intégré de développement durable et écoresponsable offrant à la population un accès privilégié aux berges de la rivière des Prairies.

 

 

 

 

 

 

En provenance de cinq directions de l’arrondissement, l’équipe dévouée a déployé temps, énergie et efforts pour offrir aux résidents d’Ahuntsic-Cartierville et à l’ensemble des Montréalais un équipement collectif de premier ordre, véritable pierre angulaire du projet connu sous le nom de Parcours Gouin.

La genèse du Parcours Gouin

La mise en œuvre d’un parcours récréotouristique, longeant la rivière des Prairies, est issue d’une mobilisation des résidents d’Ahuntsic-Cartierville. Depuis plus d’une décennie, le désir de se réapproprier les berges et de faire profiter aux amateurs de sport nautique et amoureux d’espaces verts et patrimoniaux a motivé des centaines de résidents et d’employés qui ont collaboré, depuis le milieu des années 2000, à la création du Parcours Gouin.

Inauguré en juin 2015, ce parcours récréotouristique long de 15 km traverse d’est en ouest, les quelque 17 parcs en rive de l’arrondissement. Jusqu’à cet été, le Parcours disposait d’un site d’accueil temporaire doté de conteneurs événementiels situés sur une voie piétonne également temporaire. Depuis l’inauguration du pavillon d’accueil, le 8 juin, le Parcours Gouin bénéficie d’un port d’attache qui permettra de développer, 7 jours sur 7, tout au long de l’année une gamme complète d’activités pour les amateurs de plein air de tous les âges.

Situé au 10905, rue Basile-Routhier, en bordure du pont Viau, face à la rivière des Prairies et à un jet de pierre de la station de métro Henri-Bourassa, l’emplacement est idéal pour ce projet d’envergure dont l’investissement se chiffre à 4,3 M$. Conçu dans une véritable démarche intégrée de développement durable et écoresponsable, le pavillon d’accueil constitue une structure immobilière à consommation énergétique nette zéro (CENZ). Ce type de bâtiment produit autant d’énergie qu’il en consomme sur une base annuelle. Cette construction, à l’avant-garde, est composée de plusieurs systèmes écologiques qui permettent de contrôler ses besoins énergétiques.

Pensé et construit de manière à réduire ses besoins énergétiques, ce bâtiment surpasse les exigences du Code du bâtiment, limite la consommation d’énergie par le choix des matériaux en plus de présenter un ensemble de caractéristiques lui permettant de viser la certification LEED OR.

D’une superficie de 480 m2, le pavillon se répartit sur deux étages et abrite, entre autres, une vitrine d’exposition, une salle polyvalente avec terrasse et un accès au toit végétalisé. Des aménagements extérieurs comme une allée piétonne accédant à l’abri solaire, des aires d’activités créant un lien direct avec la rivière, un aménagement paysager, des bassins de rétention, ainsi que des supports à vélo, viennent compléter ce projet. Le site constitue un véritable havre naturel où les adeptes de plein air, les cyclistes, les résidents et les visiteurs profitent d’une offre de service diversifiée (information, location de vélos, prêt d’équipement, de livres et de jeux de société, comptoir-lunch.

Et ce n’est pas terminé!

Située à deux pas du pavillon d’accueil, l’avenue piétonne Park Stanley deviendra permanente à compter de l’été 2018. Devenue piétonne de façon temporaire en 2015 pour y installer des conteneurs événementiels, l’avenue sera encore plus accueillante prochainement! Les travaux sont déjà amorcés de sorte que la population pourra profiter d’une place publique extérieure multifonctionnelle des plus agréables!

Image à la une : Pavillon d’accueil à énergie nette zéro du Parcours Gouin

Crédit photo : Moca photo

Publicités

VALÉRIE PLANTE PREMIÈRE MAIRESSE DE MONTRÉAL

6 Nov

Mme Valérie Plante 43 ans, élue brillamment, première mairesse historique de Montréal, avec +51% des voies contre 45% au sortant D.Coderre (1 seul mandat)

Élue dimanche 5 novembre 2017, avec plus de 51% des voies contre 45% au sortant Denis Coderre.

La transition est faite, Montréalais et Montréalaises sont fiers souhaitent congé à Denis Coderre.

Nous avons envie d’avancer, besoin de changement, de respect et de dignité. Les plus proches du maire sortant sont aussi remerciés ou ont quitté : Anie Samson, Réal Ménard, Harout Chitilian, Russell Copeman, Pierre Gagnier, Pierre Desrochers, Manon Gauthier. Les parachutés récents ou anciens, aussi mis sur la touche (Lorraine Pagé, Elsie Lefevre). Si le taux de participation avait été plus élevé, l’hécatombe aurait été sévère et ce serait Coderre 40% et Valérie Plante 60%.

Valérie Plante était précise :
IL EST TEMPS DE SE METTRE AU TRAVAIL POUR MONTRÉAL. Mon projet, c’est le vôtre : débloquer Montréal et créer des milieux de vie abordables, sécuritaires et dynamiques pour tous et toutes. Mon projet respecte
l’identité des quartiers qui font de Montréal une ville dont on est si fier. La ville de demain, je veux la construire maintenant, avec vous et pour vous. »

Désormais avec des personnalités fortes, des élus engagés, enracinés dans leurs milieux de vie, des personnes de grande compétence, expérimentés, diplômés de haut niveau, comme jamais ce fut le cas au conseil de ville, des figures lumineuses, qui vivent avec nous, connaissent d’expérience les quartiers, les arrondissements, les districts, mais surtout ont des liens avec les citoyennes, les citoyens et les forces vives de Montréal.

Ce sont elles, et eux, qui font avec nous les mairesses et maires et élus de PM de nos arrondissements de Montréal : Émilie Thuillier avec 2/4 (Ahuntsic-Cartierville), Sue Montgomery avec 4/5 (CDN-NDG), Majda Vodanovic avec 4/4 (LaChine), Luc Ferrandez avec 6/6 (Plateau Mont-Royal), Benoît Dorais avec 4/4 (Sud-Ouest), Normand Marinacci avec 3/4 (Ile-Bizard-Ste-Geneviève), Pierre Lessard-Blais avec 3/4 (M-H-M), Philippe Tomlinson avec 3/4 (Outremont), notons l’élection de Lisa Christensen pour PM dans le district (La Pointe-aux-Prairies), François William Croteau avec 4/4 (R-P-P), Verdun avec 3 élus de PM, Valérie Plante avec 3/4 dont Robert Beaudry qui bat R. Bergeron dans (Saint-Jacques-Ville-Marie), enfin Giuliana Fumagalli avec 2/4 (Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension).

375 ans après Jeanne Mance, fondatrice de Montréal, les Montréalaises et les Montréalais ont écrit le 5 novembre 2017, un livre d’Histoire en élisant la première mairesse de la métropole. Montréal rejoint ainsi des villes comme Rome, Barcelone, Paris. Se faisant, ils ont aussi confirmé que le maire précédent élu avec la plus faible portion du suffrage de l’histoire et aussi celui qui aura eu un mandat unique dans l’ère moderne de notre histoire contemporaine.

Valérie Plante à la mairie choisira de respecter les fonctionnaires

28 Oct

L’aspirante mairesse compte travailler avec les dirigeants et fonctionnaires actuels si elle est élue le 5 novembre

Samedi, 28 octobre 2017 |Jeanne Corriveau | Montréal
Valérie Plante, chef de Projet Montréal et candidate à la mairie, a pris part à une table éditoriale dans les bureaux du «Devoir», vendredi.
Photo: Guillaume Levasseur Le DevoirValérie Plante, chef de Projet Montréal et candidate à la mairie, a pris part à une table éditoriale dans les bureaux du «Devoir», vendredi.

Valérie Plante a beau critiquer avec vigueur le bilan de Denis Coderre, elle ne balayerait pas toutes les réalisations de son adversaire si elle était élue à la mairie de Montréal le 5 novembre prochain.

Pas question non plus de remplacer d’emblée les dirigeants de services nommés par le maire sortant, que ce soit à la direction générale de la Ville, à la Société de transport de Montréal (STM) ou au Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), a expliqué la chef de Projet Montréal lors d’une entrevue éditoriale au Devoir vendredi.

« Je ne suis pas le genre de leader qui dit : parce que j’arrive, je mets tout le monde à la porte et je m’entoure des gens qui pensent comme moi », indique la candidate à la mairie. « J’aime ça être challengée. »

C’est ainsi que, si son équipe est portée au pouvoir, Valérie Plante compte s’asseoir avec le directeur général de la Ville, Alain Marcoux, ainsi qu’avec Philippe Pichet, chef du SPVM, et Philippe Schnobb, président du conseil d’administration de la STM.

Pour l’aspirante mairesse, le principal problème à la Ville de Montréal, c’est Denis Coderre. Ainsi, elle continue de faire confiance au chef Philippe Pichet malgré les crises, notamment celle de la surveillance de journalistes.

« Je suis très préoccupée par les crises qui ont secoué le SPVM. Entre autres, la commission Chamberland, ce n’est pas rien. Mais la personne qui pour moi est la plus problématique dans ce dossier, c’est Denis Coderre et son incapacité à réaliser que ce n’est pas sain pour un maire de passer des coups de fil [au chef de police] comme il l’a fait. »

Elle compte aussi engager une discussion Philippe Schnobb, qui dirige la STM, et le directeur général de la Ville, Alain Marcoux, si les Montréalais l’élisent le 5 novembre : « Je ne suis pas une personne qui impose ses idées. J’apprécie la critique et le défi. »

La ligne rose

Mais la chef de Projet Montréal aura fort à faire d’ici le scrutin, même si elle dit percevoir une vague de sympathie à son endroit. La ligne rose du métro, qui relierait Montréal-Nord à Lachine avec 29 stations, est son projet phare. Elle n’ignore pas que son projet, qui fait rêver, est accueilli avec un certain scepticisme.

« La première pelletée de terre aura lieu vers la fin du premier mandat ou au début du deuxième, mais ce qui est sûr, c’est qu’on va avoir notre bureau de projet dans notre premier mandat », assure-t-elle.

C’est surtout la question du financement qui fait sourciller ses critiques. Comme plusieurs autres projets figurant dans sa plateforme électorale, la ligne rose ne serait pas financée par la Ville, mais par des contributions des gouvernements du Québec et du Canada, alors même que d’importants investissements sont déjà consentis pour le Réseau électrique métropolitain (REM) et le prolongement de la ligne bleue.

Pour la énième fois, Valérie Plante répète que la Banque de l’infrastructure du Canada prévoit des fonds pour des projets de transport en commun et qu’il faut en profiter.

« C’est maintenant qu’il faut déposer les projets, pas après le REM et la ligne bleue », insiste-t-elle, tout en admettant ne pas avoir communiqué avec des représentants de gouvernements supérieurs pour mesurer leur intérêt envers le projet. Elle le fera si elle est élue à la mairie, dit-elle.

Formule E

Sous une administration Plante, plusieurs projets controversés seraient passés au crible, mais pas nécessairement abandonnés.

C’est le cas de l’amphithéâtre naturel en cours de construction sur l’île Sainte-Hélène, un projet de 73,4 millions qui a entraîné l’abattage d’un millier d’arbres et qui ne servira, dans l’immédiat, qu’à un seul promoteur d’événements.

« On est rendus trop tard pour l’arrêter », avance Valérie Plante tout en promettant d’analyser le dossier pour voir si des économies sont encore possibles afin de transférer des sommes vers d’autres projets, comme la promenade riveraine.

Pour ce qui est de la Formule électrique, Mme Plante maintient que la course pourrait être déménagée au circuit Gilles-Villeneuve, même si Denis Coderre et Jean Todt, président de la Fédération internationale de l’automobile, ont affirmé le contraire.

Valérie Plante n’écarte pas l’idée de résilier le contrat de trois ans en cas d’impasse, mais demeure prudente. « Ma volonté, pour l’instant, c’est de conserver la Formule E », dit-elle.

Tensions avec les arrondissements

Valérie Plante prend aussi des précautions quand elle parle du rapatriement de certains pouvoirs à la ville-centre décrété par l’administration Coderre. Elle qui plaide sans cesse pour la spécificité des arrondissements n’est pas prête à balayer les réformes du maire sortant.

À titre d’exemple, l’harmonisation des services de déneigement est valable, dit-elle, même si elle peut entraîner des aberrations en forçant un arrondissement à déneiger lorsque ce n’est pas requis : « Le problème, ce sont les mesures “one size fits all”. » En revanche, elle promet de modifier le règlement sur les chiens dangereux en retirant les dispositions visant les chiens de type pitbull.

La course à la mairie s’engage maintenant dans sa dernière ligne droite : « J’aime dire que le 5 novembre, je serai la femme de la situation. »

Qui est Valérie Plante ?Âgée de 43 ans

Mère de deux enfants

Originaire de Rouyn-Noranda, elle a quitté l’Abitibi à 19 ans pour s’installer à Montréal. Après un baccalauréat en anthropologie et une maîtrise en muséologie, elle travaille au sein de plusieurs organismes communautaires, puis elle dirige le réseau national de la Fondation Filles d’action.

Elle fut élue conseillère de ville dans l’arrondissement de Ville-Marie en novembre 2013, défaisant Louise Harel. Elle a été élue chef de Projet Montréal en décembre 2016.

Une histoire qui a 30 ans

31 Mai

LANCEMENT OFFICIEL DU NOUVEL INSTITUT INTERNATIONAL DE FORMATION METROPOLIS, LE RÉSEAU D’APPRENTISSAGE DE METROPOLIS

2014

Lancement officiel du nouvel Institut international de formation METROPOLIS (« MITI » selon son acronyme en anglais), le réseau d’apprentissage de METROPOLIS. MITI a pour but de renforcer les capacités institutionnelles et professionnelles des autorités locales et métropolitaines, ainsi que de leurs dirigeants, avec leur mise à l’échelle au niveau mondial. Aujourd’hui, MITI compte sur un siège situé à Séoul, et quatre centres régionaux: Le Caire, Machhad, Mexico et Paris Île-de-France.

Pour la première fois en 30 ans d’histoire de l’association, une ville indienne, Hyderabad, accueille le XIe  Congrès Mondial de METROPOLIS, sous le thème « Des villes pour tous ». De par sa riche culture, sa tradition, son équité sociale, sa prospérité économique et ses atouts démographiques, c’est un référent parmi les villes qui inventent la ville de demain.

Réseau des femmes

TROISIÈME FORUM MONDIAL «LES VILLES DYNAMIQUES ONT BESOIN DES FEMMES » À ABIDJAN, AVEC LE THÈME: «FEMMES ET LES CONFLITS ARMÉS »

2013

Événements

LA VILLE DE JOHANNESBURG ACCUEILLE LA RÉUNION ANNUELLE DE METROPOLIS

2013

La ville de Johannesburg accueille la Réunion annuelle de METROPOLIS sous le thème  « Villes à visage humain »,, qui se fonde sur le concept d’Ubuntu, une éthique africaine ou philosophie humaniste, centrée sur les relations et allégeances qu’entretiennent les personnes entre elles. Le Conseil d’administration désigne la ville de Barcelone en tant que présidente du Réseau international Femmes de METROPOLIS.

Événements

INNOVATION POUR UN MEILLEUR FUTUR

2012

 

Innovation pour un meilleur futur est le thème central de la Réunion annuelle tenue à Guangzhou.

Outre la réunion de METROPOLIS, Guangzhou célèbre la première édition du Prix international pour l’innovation urbaine, dont le concept est issu de la coopération à long terme de la ville de Guangzhou avec CGLU et METROPOLIS.

Les Initiatives METROPOLIS sont lancées. Par le biais de ces Initiatives, METROPOLIS entend renforcer la gestion en réseau de ses activités, afin qu’elle soit davantage axée sur des projets et des résultats, et plus ouverte aux partenariats et au financement externe. Prends l’initiative !

Conformément à la décision prise lors du Conseil d’administration de METROPOLIS, le siège du MITI (Institut International de Formation de METROPOLIS) déménage de Montréal à Séoul.

Événements

XE CONGRÈS MONDIAL « VILLES EN TRANSITION » À PORTO ALEGRE. LE NOUVEAU PLAN D’ACTION POUR LA PÉRIODE 2012-2014 EST APPROUVÉ LORS DU CONGRÈS.

2011

Événements

LE CONSEIL D’ADMINISTRATION SE RÉUNIT À BARCELONE LORS DE L’ASSEMBLÉE CONSTITUTIVE DU FONDS MONDIAL POUR LE DÉVELOPPEMENT DES VILLES (FMDV)

2010

Événements

LE CONSEIL D’ADMINISTRATION SE RÉUNIT À MOSCOU.

2009

METROPOLIS et CISCO Systems concluent un accord de partenariat dans le cadre de la Commission « Alliance pour l’innovation urbaine ».

Événements

IXE CONGRÈS MONDIAL À SYDNEY « CONNECTER LES VILLES » (VIDÉO DE LA CÉRÉMONIE D’OUVERTURE)

2008

IXe Congrès Mondial à Sydney « Connecter les villes » (vidéo de la cérémonie d’ouverture). Remise des troisièmes Prix METROPOLIS.

L’accord de coopération entre METROPOLIS et la Section Asie-Pacifique de CGLU (ASPAC) devient une réalité et renforce la présence du réseau de la région.

Événements

LE CONSEIL D’ADMINISTRATION SE RÉUNIT À ANTANANARIVO

2007

Le Conseil d’administration se réunit à Antananarivo. Le Réseau Femmes de METROPOLIS organise à Bruxelles le Premier Forum International « Les villes dynamiques ont besoin des femmes ».

Événements

UNE RÉUNION EXTRAORDINAIRE DU CONSEIL D’ADMINISTRATION A LIEU EN DÉCEMBRE 2006 AVEC L’OBJET DE REMPLACER JOAN CLOS EN TANT QUE PRÉSIDENT DE METROPOLIS ET ÉLIRE JEAN-PAUL HUCHON

2006

Une réunion extraordinaire du Conseil d’administration a lieu en décembre 2006  avec l’objet de remplacer Joan Clos en tant que Président de METROPOLIS et élire Jean-Paul Huchon, Président de la Région Ile de-France depuis 1998, comme nouveau Président de METROPOLIS. Il est réélu à Sydney en 2008, Porto Alegre en 2011 et Hyderabad en 2014.

Événements

VIIIE CONGRÈS MONDIAL À BERLIN, « TRADITION ET TRANSFORMATION. L’AVENIR DE LA VILLE »

2005

Remise des deuxièmes Prix METROPOLIS. Création du Réseau International Femme.

Événements

METROPOLIS PARTICIPE AU CONGRÈS CONSTITUTIF DE CITÉS ET GOUVERNEMENTS LOCAUX UNIS À PARIS.

2004

Le mouvement se consolide à travers la  coordination des associations de villes à l’échelle internationale. METROPOLIS parvient à un accord avec la nouvelle Association Mondiale pour créer et gérer la Section métropolitaine de la nouvelle organisation.

CGLU et METROPOLIS inaugurent leur nouveau siège à Barcelone, ce qui rend plus visible l’effort unitaire des gouvernements locaux.

Événements

VIIE CONGRÈS MONDIAL À SÉOUL « LA GOUVERNANCE MÉTROPOLITAINE DANS LE NOUVEAU MILLÉNAIRE ». REMISE DES PREMIERS PRIX METROPOLIS.

2002

Événements

KOFI ANNAN REÇOIT LES REPRÉSENTANTS DES PRINCIPALES ASSOCIATIONS INTERNATIONALES DES AUTORITÉS LOCALES À NEW YORK.

2001

Le Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, reçoit les représentants des principales associations internationales des autorités locales à New York.

Le 6 juin, Joan Clos, Président de METROPOLIS, au nom de toutes les autorités locales, parle devant l’Assemblée générale des Nations Unies et présente la déclaration de la IIe Assemblée Mondiale des Villes et Autorités Locales auprès des Nations Unies.

Événements

JOAN CLOS EST ÉLU PRÉSIDENT DE CAMCAL (COORDINATION DE L’ASSOCIATION MONDIALE DES VILLES ET AUTORITÉS LOCALES)

2000

Il est également élu Président du Comité Consultatif des Autorités Locales auprès des Nations Unies (UNACLA). Le Secrétariat général est transféré à Barcelone.

Événements

VIE CONGRÈS MONDIAL DE BARCELONE, SOUS LE TITRE « UN RÉSEAU DE VILLES POUR LES CITOYENS DU MONDE »

1999

Le Conseil d’administration approuve à l’unanimité la nouvelle organisation administrative de METROPOLIS en Secrétariats régionaux.

Événements

METROPOLIS PARTICIPE À LA CONFÉRENCE HABITAT II

1996

METROPOLIS participe à la conférence Habitat II. Constitution de la Coordination de l’Association Mondiale des Villes et Autorités Locales (CAMVAL) sur proposition de METROPOLIS au cours de la conférence Habitat II à Istanbul.

Événements

VE CONGRÈS MONDIAL À TOKYO, « LA MÉTROPOLE POUR L’HOMME : LA RECHERCHE D’UNE SOLIDARITÉ ENTRE LES CITOYENS DU MONDE »

1995

Événements

IVE CONGRÈS MONDIAL METROPOLIS À MONTRÉAL, « LE CITOYEN ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE »

1993

METROPOLIS met en marche son Service d’Assistance Technique

Événements

IIIE CONGRÈS MONDIAL À MELBOURNE, SOUS LE TITRE « L’ESSOR DES MÉTROPOLES »

1990

Depuis 1990, METROPOLIS articule ses commissions techniques qui présentent leurs résultats dans chaque Congrès triennal.

Événements

IIE CONGRÈS MONDIAL À MEXICO, « POUR UNE VILLE MEILLEURE POUR TOUS DANS LES MÉTROPOLES »

1987

Événements

CONSTITUTION OFFICIELLE DE L’ASSOCIATION MONDIALE DES GRANDES MÉTROPOLES, À MONTRÉAL.

1985

Michel Giraud, alors Président de la Région Ile-de-France, propose d’organiser le premier Congrès Mondial de METROPOLIS en 1984.  En avril 1985, METROPOLIS est officiellement créée à Montréal par 14 membres fondateurs : Abidjan, Addis-Abeba, Barcelone, Buenos Aires, Le Caire, Colombo, Ile-de-France, Londres, Los Angeles, Mexico, Montréal, New York, Tokyo et Turin ; et Michel Giraud accepte d’en assurer la présidence.

LES GRANDES VILLES PRIX DE L’INNOVATION SMART CITIES 2017

20 Mai
INNOVATION
2016 WCS Singapore

De nos jours, la technologie et l’innovation jouent un rôle essentiel pour répondre aux plus grandes difficultés des villes. De la délinquance urbaine à l’approvisionnement en eau en passant par la pollution et les problèmes complexes de transport, le rôle de l’innovation et la technologie locales est fondamental pour résoudre les problèmes urbains actuels. Avec l’augmentation de la population urbaine et la dégradation sociale et environnementale, les villes ont besoin d’un changement radical pour répondre à leurs nécessités quotidiennes et planifier leurs futurs besoins. La résilience et l’environnement urbains sont les défis les plus urgents à travers le monde. On ne peut pas résoudre ou répondre à ces défis de manière isolée car ils présentent des complexités physiques, des dépendances économiques et une connectivité croissante autour du monde. Les médias libres responsables sont reconnus comme un pilier important de la démocratie. Ils jouent un rôle essentiel dans l’urbanisation récente, en particulier dans les domaines de l’équité sociale, les environnements et transformations économiques. Les médias ont été identifiés comme les plateformes les plus importantes pour sensibiliser le public et apporter des solutions globales aux gouvernements locaux et aux communautés.

Un travail considérable a été effectué par des médias internationaux et maisons d’édition partout dans le monde autour de l’importance des villes intelligentes, des interventions technologiques et de l’innovation urbaine. De nos jours, plus de 56 % de la population mondiale vivant dans des villes et régions urbaines, les outils de la ville intelligente et l’innovation sont indispensables pour la planification et la gestion à venir. Les interventions et innovations technologiques permettent de franchir une étape vers l’environnement durable, l’équité et l’accès aux services urbains de base. En l’absence de telles interventions et sans l’adoption de l’innovation urbaine au niveau des gouvernements locaux, il serait presque impossible de répondre aux demandes urbaines élémentaires dans le contexte actuel. Le média français Le Monde, également maison d’édition, a fait preuve de responsabilité sociétale d’entreprise (RSE) en mettant l’innovation des villes intelligentes au cœur de leurs questions globales en vue de répondre aux défis des villes, de leurs habitants et des parties prenantes, y compris les gouvernements de tous les niveaux. Le Monde met en avant trois principaux domaines dans la promotion des villes intelligentes et de l’innovation au niveau international : l’environnement, l’utilité de la technologie à tous les niveaux de la société urbaine et la participation citoyenne. Le Monde, en collaboration avec des partenaires internationaux tels que BNP Paribas et à travers un jury international, honore et reconnait les grandes villes avec cinq catégories de récompenses :

  • le Grand Prix de l’Innovation urbaine
  • le Prix de la Participation citoyenne
  • le Prix de l’Habitat
  • le Prix de la Mobilité
  • et le Prix de l’Énergie

Metropolis soutient le rôle important des médias dans le débat international sur les défis et l’environnement urbains. L’association encourage grandement la presse et les médias internationaux à collaborer avec elle en diffusant les connaissances et les informations sur le développement durable et le leadership responsable des villes. Metropolis se félicite de cette initiative globale du Monde dédiée à l’innovation des villes intelligentes. Le conseiller de Metropolis Sunil Dubey a été invité par Le Monde à participer et contribuer aux  Prix de l’innovation Smart Cities 2017 à Singapour le 2 juin 2017.

Metropolis est fière que le secrétaire régional de Metropolis pour l’Europe Mme Barbara Berninger et M. Sunil Dubey soient membres du conseil de Citiscope, une plateforme médiatique internationale consacrée aux villes durables et dont la crédibilité repose sur le journalisme indépendant.

Pour tout renseignement concernant Metropolis Asie-Pacifique, les villes intelligentes et les partenariats d’innovation urbaine, veuillez contacter Mme Agnes Bickart

Une publication de : http://www.metropolis.org

 

 

OXFAM MARCHE DES JEUNES 2017 À MONTRÉAL

15 Mai

Pour une 47e année consécutive, plus de 5 000 jeunes Québécoises et Québécois ont investi les rues de Montréal dans une ambiance festive pour crier haut et fort leur solidarité et leur volonté de lutter contre les inégalités, qui frappent plus particulièrement les jeunes et les femmes. La Marche Monde est le plus gros rassemblement dédié à la jeunesse citoyenne au Québec.

 

Éric à gauche et sa fiancée Nadine sont solidaires des jeunes de Montréal marcheurs de la 47e édition OXFAM. Photo Yves Alavo

Vanessa Pilon, ambassadrice jeunesse d’Oxfam-Québec : « Je voulais marcher à nouveau avec eux.  Il y a tellement de grands mouvements de justice sociale et de paix qui sont nés grâce à la jeunesse, grâce aux étudiants. Les jeunes jettent un regard neuf sur les enjeux actuels. Ils arrivent, avec intelligence et sensibilité, à imaginer un monde différent. Je suis profondément convaincue que si l’on faisait l’effort de les écouter davantage et de collaborer avec eux, nos sociétés en ressortiraient plus inclusives, plus durables et équitables. »
Nos voix comptent ! est le thème de la Marche Monde 2017, puisque les jeunes représentent le quart de l’humanité et sont encore systématiquement exclus des processus de prises de décisions. Les gouvernements, ici et partout dans le monde, doivent permettre aux jeunes d’avoir accès à une éducation de qualité et à des emplois décents, autant au niveau du salaire que des conditions de travail.

« Plus de 500 millions de jeunes vivent avec moins de 2 $ par jour, et près de 126 millions d’entre eux ne peuvent pas lire une phrase complète. En marchant aujourd’hui, les jeunes ont affirmé leur volonté d’être entendus.  Ils sont bien conscients qu’ils ont un rôle à jouer dans les décisions qui ont des conséquences sur leur avenir. » dit Denise Byrnes, directrice générale d’Oxfam-Québec.

 

Plus de 5000 jeunes ont participé à la Marche à Montréal vendredi 12 mai 2017. Photo OXFAM-Québec

 

Un manifeste rédigé par des jeunes de plus de 20 pays circule présentement à travers le monde pour mieux faire connaître la vision et les revendications des jeunes concernant les défis importants auxquels ils font face, déterminés à construire des sociétés égalitaires et durables. Ce manifeste lance un appel aux jeunes du monde entier à se mobiliser autour des enjeux reliés à la participation des jeunes, la diversité, l’autonomisation des jeunes femmes, l’éducation, l’emploi, et l’accès équitable aux ressources.

Liens connexes

Manifeste des jeunes
www.marchemonde.ca
Rapport Jeunes et inégalités

Oxfam-Québec est membre de la confédération internationale Oxfam, qui regroupe 20 organisations non gouvernementales en Afrique du sud, Allemagne, Australie, Belgique, Brésil, Canada, Danemark, Espagne, États-Unis, France, Hong Kong, Inde, Irlande, Italie, Japon, Mexique, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Royaume-Uni.

 

SOURCE OXFAM-QUEBEC

Renseignements : Contact de presse : Andrée-Anne Perrier, relations médias, Oxfam-Québec, 514 905-1027, cellulaire 514 513-0506, andree-anne.perrier@oxfam.org

LIENS CONNEXES
www.oxfam.qc.ca

L’ancienne protectrice du citoyen renonce à une indemnité de départ de 210 976$

8 Fév

Article du Journal de Montréal  Charles LECAVALIER.  Mercredi 8 février 2017.

Raymonde Saint-Germain renonce à son indemnité de départ de 210 976 $ qu’elle a laissée sur la table en quittant son poste de protectrice du citoyen, a appris Le Journal. Elle demande maintenant un resserrement des règles pour tous les mandarins.

«Quand j’ai téléphoné aux Emplois supérieurs pour leur dire, j’ai compris que c’était peut-être bien la première fois que ça arrivait», a lancé Mme Saint-Germain lors d’une entrevue avec notre Bureau parlementaire.

L’ex-ombudsman des Services gouvernementaux fait une croix sur un chèque de 210 976 $. Comme tous les hauts fonctionnaires de l’État, elle avait droit à un montant calculé en fonction de ses années de service et son salaire annuel. Elle a toutefois choisi de dire non, puisqu’elle savait qu’elle aurait rapidement un autre emploi, cette fois-ci au sénat canadien.

Elle a informé le secrétaire général du Conseil exécutif, Juan Roberto Iglesias, dans une lettre rédigée en novembre.

«Pour moi, c’était facile, car je n’étais pas à l’aise de prendre l’argent. Ça n’a même pas été une décision. J’ai été nommée au sénat le 2 décembre et j’ai quitté en novembre. Je n’ai pas eu de transition. Je ne trouvais pas ça justifié», a-t-elle souligné.

La Protectrice du citoyen est un modèle pour tous les cadres du Québec

La Protectrice du citoyen est un modèle pour tous les cadres du Québec

 

Du changement

La nouvelle sénatrice trouve d’ailleurs que les règles québécoises sont trop permissives. «Ça devrait changer; pour l’instant, c’est un automatisme. C’est dans les contrats: vous y avez droit. Mais il y a toutes sortes de situations où les gens iraient tout de même dans le public sans ça», a-t-elle lancé.

Dans son dernier rapport, Mme Saint-Germain a déploré les coupes du gouvernement Couillard «moins éprouvantes pour la bureaucratie que pour les personnes vulnérables». Elle juge aujourd’hui que le «fondement de ce décret d’embauche» devrait être revu: l’allocation de transition devrait être versée mensuellement et devrait se tarir lorsque la personne se trouve un emploi.

Elle fait toutefois une distinction pour les députés, qui «vivent beaucoup d’insécurité».

À l’aise

Mme Saint-Germain n’aura pas de difficulté à joindre les deux bouts avec son salaire de sénatrice de près de 145 000 $ et sa pension provinciale, à laquelle elle a contribué «pendant 42 ans», a-t-elle précisé.

Rappelons que selon la loi, elle a droit à 50 % de son salaire de 210 000 $ après 10 années de services comme protectrice.

QUI EST RAYMONDE SAINT-GERMAIN ?

  • Après deux mandats consécutifs de cinq ans, Raymonde Saint-Germain a quitté le Protecteur du citoyen le 14 novembre 2016.
  • Recommandée par Justin Trudeau, elle occupe désormais les fonctions de sénatrice à Ottawa.
  • Elle travaillait auparavant comme sous-ministre aux Services gouvernementaux.

DES PRIMES QUI ONT FAIT LES MANCHETTES

  • 654 000 $  à Charles Lapointe, président de Tourisme Montréal, lorsqu’il a pris sa retraite en 2013.
  • 378 000 $ à Henri-Paul Rousseau, l’ex-PDG de la Caisse de dépôt et placement, lorsqu’il quitte en 2008 de son plein gré l’institution pour aller travailler chez Power Corporation.
  • 565 503 $ à Thierry Vandal lorsqu’il a quitté Hydro-Québec en 2014.
  • 650 000 $ environ, à Michael Goldbloom, recteur de l’Université Bishop’s, qui compte 2825 étudiants. Après un reportage du Journal, il n’en a conservé que la moitié, soit près de 325 000 $
  • Charles Lecavalier